Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > Wieger : T A O — T E I — K I N G (Livre I, Chapitre 1)

T A O — T E I — K I N G

Wieger : T A O — T E I — K I N G (Livre I, Chapitre 1)

Léon Wieger

mardi 7 octobre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

L I V R E I

Chapitre 1. Texte.

A. Le principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
qui peut être énoncé, n’est pas celui qui fut toujours. L’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
qui peut être nommé, n’est pas celui qui fut de tout temps. Avant les temps, fut un être ineffable, innommable.

B. Alors qu’il était encore innommable, il conçut le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
et la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
. Après qu’il fut ainsi devenu nommable, il donna naissance à tous les êtres.

C. Ces deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
actes n’en sont qu’un, sous deux dénominations différentes. L’acte acte
puissance
energeia
dynamis
générateur unique, c’est le mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
de l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
. Mystère des mystères. Porte porte
porta
puerta
gate
door
par laquelle ont débouché sur la scène de l’univers Univers
Universo
Universe
, toutes les merveilles qui le remplissent.

D. La connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jnāna
jnana
que l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
a du principe universel, dépend de l’état de son esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
. L’esprit habituellement libre de passions, connaît sa mystérieuse essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
. L’esprit habituellement passionné, ne connaîtra que ses effets.

Résumé des commentaires.

Avant les temps, et de tout temps, fut un être existant de lui même, éternel, infini Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
, complet, omniprésent. Impossible de le nommer, d’en parler, parce que les termes humains ne s’appliquent qu’aux êtres sensibles. Or l’être primordial fut primitivement, et est encore essentiellement non sensible. En dehors de cet être, avant l’origine, il n’y eut rien. On l’appelle ou néant Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
de forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
, huan mystère, ou tao Tao
Dao
la Voie
The Way
principe. On appelle sien tien, avant le ciel, l’époque où il n’y avait encore aucun être sensible, où l’essence du principe existait seule. Cette essence possédait deux propriétés immanentes, le yinn concentration et le yang Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
expansion, lesquelles furent extériorisées un jour, sous les formes sensibles ciel (yang) et terre (yinn). Ce jour fut le commencement du temps. De ce jour le principe put être nommé par le terme double ciel terre. Le binôme ciel terre émit tous les êtres sensibles existants. On appelle You être sensible, ce binôme ciel-terre produisant par tei la vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
du principe, et tous ses produits qui remplissent le morde. On appelle heou t’ien après le ciel, les temps postérieurs à l’extériorisation du ciel terre. L’état yinn de concentration et de repos repos
repouso
stillness
quietud
quietness
passividade
doçura
quietude
quiescence
recueillement
recolhimento
apaisement
hesychia
śānta
Śamah
, d’imperceptibilité, qui fut celui du principe avant le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
, est son état propre. L’état yang d’expansion et d’action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
, de manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
dans les êtres sensibles, est son état dans le temps, en quelque sorte impropre. A ces deux états du principe, répondent, dans la faculté de connaître de l’homme, le repos et l’activité, autrement dit le vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
et le plein. Quand l’esprit humain produit des idées, est plein d’images, s’émeut de passions, alors il n’est apte à connaître que les effets du principe, les êtres sensibles distincts. Quand l’esprit humain, absolument arrêté, est complètement vide et calme, il est un miroir miroir
espelho
espejo
glass
reflexo
reflexão
reflex
refléxion
pur et net, capable de mirer l’essence ineffable et innommable du Principe lui même. — Comparez Chapitre 32.