Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Nicolas Berdyaeff (1874-1948) > Berdiaeff : L’Objectivation de l’esprit. Symbolisation et réalisation (...)

Esprit et réalité

Berdiaeff : L’Objectivation de l’esprit. Symbolisation et réalisation (I)

mercredi 12 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

I

Nous avons montré que l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
est sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
et qu’il se révèle dans le sujet [1]. Mais l’esprit s’objective, il se projette à l’extérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
, il s’exprime au dehors, dans l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
qui existe pour un autre. L’esprit s’exprime socialement. Il se socialise. L’esprit entre dans l’histoire Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
 : à partir de ce moment, il change anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
beaucoup, on dirait qu’il perd un certain nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
de ses caractères pour en acquérir d’autres. L’esprit est intérieur, un des caractères de l’esprit s’exprime dans ce symbole symbolon
symbolisme
symboles
symbole
simbolismo
símbolo
símbolos
symbol
symbolism
symbols
spatial Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
. Tout ce qui est spirituel vient du dedans, des profondeurs. Mais l’intérieur passe à l’extérieur, se révèle. L’esprit est être-en-soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, mais il devient nécessairement être-pour-les-autres, en s’exprimant activement pour d’autres. Il faut bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
s’exprime dans une certaine signification signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
, et pourtant il reste vrai que « la pensée exprimée est mensonge ». L’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
de l’esprit le rend expansif. Il est impossible à l’esprit de ne pas sortir.de lui-même pour pénétrer dans l’autre, dans le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
. L’esprit pénètre dans un monde qui n’est pas esprit pur. C’est alors que commence la tragédie de l’esprit. Cette tragédie vient de ce que l’esprit ne peut demeurer être-en-soi et que la sortie de soi ne signifie jamais l’entrée dans le règne de l’esprit objectif, parce.qu’il n’existe pas d’esprit objectif, mais seulement une objectivation Objektivierung
objectivation
objetivação
objectivación
objectifying
de l’esprit. Mais l’esprit subjectif disparaît dans l’objectivation, il devient méconnaissable. Lorsque l’esprit subjectif s’objective il ne passe pas au « toi », à un autre esprit subjectif, il ne communique pas, ne s’unit pas avec celui-ci, mais il pénètre dans l’objet, dans ce monde objectif qui n’a pas d’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
propre et n’est lié à l’existence que par l’esprit subjectif qui se dissimule derrière lui. Quand l’esprit subjectif pénètre dans le monde objectif, il se sépare de lui-même, il se meurt dans l’objectivité subjectivité
objectivité
subjetividade
objetividade
subjectividad
objectividad
subjectivity
objectivity
Subjektivität
Objektivität
.

Feuerbach enseigne que la foi
foi
faith
pistis
en Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
n’est autre chose que l’aliénation par l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
de sa propre nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
qui se projette dans la sphère transcendante. Marx Marx Karl Heinrich Marx (1818-1883) philosophe allemand a étendu cette conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
à l’économie qui lui est apparue, surtout en ce qui concerne l’économie capitaliste, comme une aliénation de la nature humaine de l’ouvrier, de sa puissance acte
puissance
energeia
dynamis
de travail travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
qui se trouve transformée en des réalités illusoires considérées comme objectives. Cette aliénation produit des illusions de conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
. C’est cette nature aliénée que Feuerbach et Marx désiraient rendre à l’homme dans toute sa plénitude, mais ils n’y ont pas réussi car l’homme reste pour eux un être purement matériel matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
sans aucun élément spirituel, c’est-à-dire un être amoindri, dépouillé. On peut comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
l’objectivation de l’esprit dans le monde de l’histoire et de la civilisation comme une aliénation de la nature spirituelle de l’homme. L’homme prend pour des réalités spirituelles appartenant objectivement au monde ce qui n’est en réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
que le produit de l’activité créatrice de l’esprit subjectif. L’esprit subjectif, c’est-à-dire l’esprit tout court, renferme une infinie puissance — l’infini Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
de ses aspirations. Or dans toute objectivation le fini reste vainqueur, il se produit comme un asservissement. L’esprit subjectif est précisément infini, tandis que ce que l’on appelle esprit objectif est fini. Les Grecs mettaient l’objectif au-dessus du subjectif, parce que l’esprit objectif s’était mieux révélé à eux que l’esprit subjectif, ils percevaient l’esprit en tant que cosmos Kosmologie
cosmologie
cosmologia
cosmología
cosmology
cosmo
cosmos
kosmos
et en tant que monde intelligible intelligible
intelligibles
noeton
kosmos noetos
inteligível
inteligíveis
inteligible
inteligibles
. Mais l’esprit subjectif est la liberté Freiheit
liberté
liberdade
freedom
liberdad
eleutheria
svātantrya
Atiguna
et il se révèle dans le christianisme.

N. Hartmann Hartmann Nicolai Hartmann (Nikolajs Hartmanis), philosophe et professeur de philosophie allemand, (1882-1950) se place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
à un point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
tout différent du mien, mais on trouve chez lui des idées très intéressantes sur l’esprit objectif et l’esprit objectivé. Il distingue l’objectif de l’objectivé. Il pousse le problème encore plus loin en distinguant l’Objectivation et l’Objection, le premier processus étant actif, le second passif. Quant à moi, je dirais que l’objectivation de l’esprit est une activité de l’esprit subjectif qui est provoquée par les rapports de l’esprit personnel avec.l’état de morcellement, du monde, par la nécessité Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
d’établir un contact avec cet « autrui » qui lui est étranger. Mais le sujet conçoit les résultats de l’objectivation comme des objets réels qu’il doit accepter passivement. Pour N. Hartmann l’esprit objectif est le support de l’histoire, tandis que l’esprit objectivé nous introduit dans l’infini idéal ; cette façon de s’exprimer produit une confusion des termes. Bien que N. Hartmann ait eu tort d’admettre l’existence d’un esprit objectif, il prend pourtant conscience du conflit discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
entre l’esprit vivant et l’esprit objectivé. Il comprend qu’il se produit là un asservissement de l’esprit vivant. Il va même jusqu’à dire : l’esprit vivant est révolutionnaire, l’esprit objectivé est tyranni-que. L’esprit objectivé est un principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
conservateur. Le retour de l’esprit objectivé à l’esprit vivant est inévitable. L’esprit vivant n’est pas un esprit objectif ou objectivé, il est un esprit subjectif, personnel. Je formule cette idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
ainsi : ce qui nous ferme l’accès de l’infini, c’est cette objectivation qui donne l’illusion Maya
maya
Mâyâ
Māyā
illusion
ilusão
ilusión
d’un esprit objectif, cette soumission à la loi. L’objectivation de l’esprit est toujours en même temps une socialisation de l’esprit. Or la socialisation de l’esprit finit par le soumettre à la quotidienneté sociale. La socialisation de l’esprit reste, même pendant les révolutions, un principe conservateur, le principe du fini. L’objectivation de l’esprit mène à l’embourgeoisement (au sens spirituel du mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
), et par conséquent au tarissement de l’énergie et de l’activité vitales et créatrices. Elle ne mène pas moins inévitablement au mensonge, qu’on considère comme nécessaire à la sécurité de l’organisme social. Ce mensonge socialement utile imprègne tous les processus de socialisation. Le pathos Leidenschaft
passion
paixão
pathos
passión
rāga
rajas
de la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
pure reste réservé à l’esprit subjectif. L’asservissement de l’esprit à la quotidienneté sociale apparaît dans l’organisation de l’État, de l’Église en tant qu’institution sociale, du dogme en tant que système de concepts rationnels, des académies, des classes sociales, de l’organisation familiale, des mœurs, des lois et des normes. A. tout cela s’oppose l’ardeur de l’esprit subjectif, personnel. Le socialiste religieux L. Rogatz espère que le prolétariat libéré de la propriété et d’une objectivation bien établie s’ouvrira définitivement à l’infini. Cette pensée est intéressante, mais n’a pas encore été justifiée. L’embourgeoisement du prolétariat est un processus de l’objectivation qui ferme l’infini. Toute victoire dans le domaine de la création Création
Criação
criação
creation
creación
culturelle ou de la vie Leben
vie
vida
life
zoe
sociale signifie une objectivation, une victoire de l’objectif sur le subjectif, du général et du socialisé sur l’individuel. Semblable au feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
têjas
tejas
, à la liberté, à un envol créateur, l’esprit s’oppose à toute société établie, à toute organisation, à toute tradition diadosis
tradition
tradição
tradición
figée. En utilisant la terminologie de Kant Kant Emmanuel Kant (Immanuel en allemand), philosophe allemand , que je considère du reste comme fausse et peu claire, on pourrait dire que l’esprit est « la chose en soi » et que l’objectivation est « un phénomène phénomène
fenômeno
phenomenon
phainomenon
 ». Il serait mieux de dire que l’esprit est « liberté », tandis que l’objectivation est « nature » (mais non dans le sens où les Romantiques emploient ce mot). L’objectivation a deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
sens. Elle signifie d’une part la déchéance du monde, son morcellement et son esclavage, quand les sujets existentiels, les personnes se trouvent transformés en choses, en objets. Mais elle signifie aussi les actes du sujet, de l’esprit personnel, pour rétablir dans ce monde déchu des liaisons, des communications. L’objectivation est donc liée au problème de la culture, et c’est de là que vient sa complexité.

On ne trouve que des symboles dans l’objectivation, aucune réalité fondamentale. L’esprit est réaliste. La culture est symbolique, la vie sociale est symbolique. Dans l’objet on ne rencontre aucune réalité, mais seulement un symbole de la réalité. La réalité est toujours dans le sujet. Aussi bien cette objectivation, qui aboutit à l’apparence Scheinen
paraître
aparentar
parecer ser
aparência
seeming
Schein
apparence
semblance
d’un esprit objectif, ne peut rien contenir de réellement sacré, mais seulement du sacré symbolique. Rien n’est saint sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
dans l’histoire objective du monde, on n’y trouve qu’une symbolisation conventionnelle ; le sacré n’existe que dans ce qui existe, dans les sujets existentiels. On ne peut connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
la profondeur de l’esprit que d’une façon existentielle, en vivant le destin Schicksal 
Geschick
Ge-schick
schicksalhaft
destin
co-destin
fado
destiny
destino
fate
destinal
destinée
humain, en traversant la souffrance douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
, l’angoisse Angst 
angoisse
angústia
anxiety
angustia
angstbereit
prêt à l’angoisse
ängsten
s’angoisser
angustiar-se
, la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
, l’amour amour
eros
éros
amor
love
, la création ; on la trouve dans la liberté et non dans les objets. La religion Religion
religion
religião
religión
est avant tout existentielle, elle est enracinée dans l’esprit, elle touche aux réalités premières. Mais la religion est sujette, elle aussi, à l’objectivation, et dans cette objectivation nous ne trouvons plus les réalités fondamentales, mais seulement des symboles. Il ne faut pas entendre ici le symbolisme dans un sens idéaliste, comme symbole d’un état d’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, mais d’une façon réelle, comme symbole des réalités premières de l’être même.

Il advient qu’on prenne les symboles pour des réalités, et dans ce cas il est malaisé de revenir aux réalités. La Révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
elle-même court le risque de l’objectivation. Cette objectivation est particulièrement claire dans toutes les conceptions autoritaires de l’Eglise. On se représente la Révélation comme la pénétration dans l’homme d’une réalité objective ou d’un système de concepts auquel on attribue une signification réelle. C’est ainsi que le réalisme Realismus
réalisme
realismo
realism
naïf interprète la Révélation sans prendre conscience de l’activité du sujet. Mais le réalisme naïf est le produit d’une objectivation naïve et inconsciente faite par le sujet, il n’est qu’une illusion de la conscience fort éloignée de la réalité. Dans cette conception, l’esprit se trouve comme aliéné par lui-même et apparaît comme venant du dehors sous forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
d’un système d’objets. La critique de la Révélation, c’est-à-dire la réflexion qui vient la délivrer d’une objectivation naïve, nous conduit à la concevoir comme une action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
de l’esprit sur l’esprit, de l’Esprit Divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
sur l’esprit humain, sur la liberté et la conscience humaines qui sont des réalités actives. La Révélation est un événement Ereignis
événement
acontecimento
acontecimento apropriador
acontecimiento
enowning
evento
event
intérieur de la vie spirituelle ; ce n’est que dans la vie spirituelle qu’on peut entendre la voix de Dieu. Ce n’est que dans un processus secondaire, quand l’esprit est rejeté au dehors, que la révélation s’objective et qu’elle apparaît comme un événement extérieur, provenant de l’objet. La rencontre avec le Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
dans la foi et l’amour n’est pas une rencontre avec un objet, comme il apparaît dans l’objectivation, mais une rencontre avec un sujet, avec le « Tu », c’est dire qu’elle appartient au plan existentiel existentiell
existentiel
existentivo
existentiell
. La rencontre avec Dieu est la rencontre avec un sujet et non avec un objet. Or le sujet n’agit jamais sur le sujet comme une objectivité contraignante. L’autorité est au contraire une objectivité contraignante, mais elle ne signifie nullement l’action du sujet sur le sujet, de l’esprit sur l’esprit. L’autorité est une fabrication typique de l’objectivation, de la masse humaine, c’est une symbolisation de l’état spirituel des sujets, de leur non-liberté, de leur absence de maturité spirituelle, de leur aliénation. L’autorité joue un rôle des plus importants dans l’histoire de la quotidienneté sociale.

Mais dans l’authentique réalité spirituelle, ni Dieu ni la Révélation ne représentent une autorité, car il ne s’agit pas de réalités objectives, et sans objectivité on voit disparaître également l’illusion symbolique de l’autorité. Dans sa faiblesse lâcheté
faiblesse
pusillanimité
couardise
paresse
bassesse
indignité
pusilanimidade
covardia
indignidade
, l’homme cherche une autorité sur laquelle il puisse s’appuyer entièrement. Mais l’autorité sur laquelle il s’appuie est née de sa faiblesse, elle est une projection de sa subjectivité incapable de pénétrer en « autrui », d’atteindre à l’universel concret. Or c’est précisément la faiblesse de l’autorité de laisser l’homme replié sur lui-même. Toute conception de quelque réalité que ce soit comme une objectivité qui agit du dehors engendre précisément ce repliement sur soi, cette impuissance à se dépasser. L’autorité est le pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
du principe générique sur le principe individuel, elle s’enracine dans l’être générique. C’est de l’objectivation que naît l’illusion d’une primauté des universaux sur l’existence personnelle.

C’est ce qui advient aux religions lorsqu’elles se socialisent. Ce processus est inévitable dans la vie spirituelle et il signifie que le royaume de Dieu n’est pas encore venu. Le Saint-Esprit Esprit-Saint
Saint-Esprit
Espírito Santo
Holy Ghost
Holy Spirit
Le Saint-Esprit représente, comme la Vierge, le mystère du divin Amour. [Frithjof Schuon]
se trouve objectivé dans l’Église en tant qu’institution sociale. Il s’agit bien là encore d’une socialisation, c’est-à-dire d’une adaptation à la quotidienneté sociale des masses humaines, à l’aliénation en elles de l’esprit. Seuls quelques privilégiés conservent alors la vraie spiritualité spiritualité
espiritualidade
espiritualidad
spirituality
. Mais l’Église n’est pas seulement une institution sociale concernant le monde de la quotidienneté, elle a encore une signification existentielle. Dans cette deuxième conception de l’Église règne la liberté, tout comme l’autorité domine la première. La conscience, qui est la profondeur spirituelle de l’homme, son lieu de rencontre avec Dieu, et qui est en même temps liberté, ne saurait ni s’aliéner ni s’objectiver, ni se transférer à de quelconques organismes collectifs. L’esprit est pur et libre de toute utilité sociale. En tant qu’institution sociale historiquement organisée, l’Eglise est soumise aux lois du monde objectivé, elle tombe sous la domination de l’utile, la vérité s’y obscurcit. Or la vérité est spirituelle, et elle n’est aucunement utile à l’organisation du monde objectivé, de la société objectivée, elle est même néfaste à cette organisation. La vérité est le bouleversement du monde. A l’état pur, et non sous une forme dépendant du monde objectivé, la Révélation chrétienne aurait fait sauter le monde. Mais cette vérité a été objectivée et socialisée ; on l’a aménagée pour servir à la quotidienneté sociale, et c’est à ce prix qu’on a rendu possible le christianisme historique. Le christianisme authentique fondé sur la vérité non objectivée et non socialisée aurait paru dans le monde comme une révolution personnaliste. Même dans l’Évangile évangile
euanggelion
evangelium
gospel
evangelho
nouveau testament
novo testamento
NT
novum testamentum
new testament
, la pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
de la Révélation est ternie par le milieu social humain, par la langue Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
humaine, par la médiocrité humaine. L’esprit ne peut jamais s’exprimer complètement dans ses productions historiques, il se symbolise plutôt qu’il ne se réalise. La phénoménologie phénoménologie
fenomenologia
phenomenology
de la Révélation nous montre la primauté absolue de l’esprit, c’est-à-dire de la liberté, sur tout être objectivé. Le sacré authentique n’existe que dans l’esprit ; non dans la nature, ni dans l’histoire, ni dans la société, même pas dans une communauté religieuse. La perfection perfection
perfeição
perfección
entelecheia
est incompatible avec la finitude Endlichkeit
finitude
finitude
finitud
finite
limit
limite
limitação
limitación
limitation
, elle n’existe que dans l’infini (apeiron apeiron
indéterminé
indeterminado
ilimitado
illimité
undetermined
unlimited
), dans la création infinie. L’objectivation de l’esprit crée les collectivités, qui se considèrent comme un esprit objectif. Mais la communauté spirituelle et existentielle n’est nullement l’esprit objectif. La communauté spirituelle peut exister en toute personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
, en tout esprit subjectif, mais elle ne peut être le résultat d’une addition. Cette communauté spirituelle est une certaine qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
du contenu universel de l’esprit individuel subjectif, elle ne se réalise que dans le monde spirituel, non dans le monde objectivé. L’esprit collectif est déjà un produit secondaire, une objectivation. Mais le développement de l’esprit est ambivalent : il n’unit pas toujours, il peut aussi désunir.

L’objectivation est le résultat des rapports entre sujets et des rapports du sujet avec le tout Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
cosmique. Aussi l’objectivation doit s’évaluer de deux façons, positivement et négativement. L’objectivation est liée à la déchéance du monde, au morcellement de ses diverses parties qui cependant sont enchaînées les unes aux autres. Mais l’objectivation de l’esprit crée des liens dans le monde déchu, perçoit le monde dans sa déchéance et l’organise. Sur cette voie se produit une symbolisation, mais jamais une réalisation. Seul l’acte créateur de l’homme permet d’échapper à la malfaisance du temps objectivé, mais l’objectivation des produits de cet acte l’enchaîne de nouveau au temps. L’objectivation clôt, la conscience et la sépare de l’infini. Mais l’esprit ne se distingue pas moins du subconscient que du conscient enclos dans ses limites. L’esprit est le supra-conscient. L’objectivation de l’esprit signifie généralement la subordination aux limites du conscient. L’objectivation est en rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
avec un monde rationalisé, un monde fabriqué par les concepts. Ainsi voit-on disparaître de ce monde tout le mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
de l’existence. Le triomphe définitif de l’esprit signifierait le dépérissement, la disparition du monde objectif, en tant que monde non authentique, et le passage sur le plan existentiel, l’accès à une existence authentique, le passage de la symbolisation à la réalisation. Ce passage n’est possible que dans le véritable amour qui apporte le feu à la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
. Mais le problème est de savoir Wissen
saber
savoir
comment il est possible d’actualiser l’esprit dans le monde, c’est-à-dire de ne pas le laisser replié sur lui-même, à l’état potentiel, sans pourtant l’objectiver, sans l’aliéner, sans rejeter l’existence dans le monde déchu. C’est là le problème spirituel de l’acte créateur. Dans le monde la spiritualité doit être réalisée et non symbolisée, elle doit être réalisée dans l’existence et non dans l’objet. L’homme est un esprit incarné, non un esprit immatériel, et il est appelé à une incarnation incarnation
sárkosis
encarnação
encarnación
créatrice. Mais l’incarnation n’est pas identique à l’objectivation. Dans l’incarnation le « je » peut affronter le « tu » et non l’objet. Telle est l’incarnation de l’amour, de l’amour réel et non symbolique qui se traduit uniquement par des signes. L’objectivation s’égare toujours dans les signes. Dans le monde des objets tout est désigné, mais rien ne peut être réalisé. Dans la connaissance, l’objectivation élabore des concepts, rationalise le réel, sans souci Sorge 
souci
cura
preocupação
care
cuidado
merimna
sollicitudo
inquiétude
inquietude
inquietud
unquiet
unquietness
de l’individuel ; dans les rapports entre les hommes, elle élabore les diverses structures politiques, juridiques, familiales, qui demeurent sans commune mesure avec la vie intérieure et le mystère de la personne ; dans la vie morale, elle élabore des normes incapables d’éclairer et de modifier effectivement la vie des hommes ; dans la vie religieuse, elle élabore des dogmes, des canons et des institutions qui dissimulent les rapports réels avec Dieu et le prochain, etc., etc.. On peut dire, en un certain sens, que le monde objectif visible n’est qu’une symbolisation du monde spirituel. L’objectivation de l’esprit inspire des pensées pessimistes. Mais ces pensées pessimistes sur l’objectivation historique de l’esprit ne peuvent cependant saper la foi en l’homme et en sa vocation créatrice. Ce n’est qu’une voie de dédoublement par laquelle l’homme doit passer, il faut qu’il vive le destin dans lequel il s’aliène lui-même, pour revenir ensuite à lui-même. L’homme doit traverser l’objectivation de l’esprit dans la culture, dans l’État, dans la vie nationale et économique, etc. C’est la tragédie de l’esprit dans l’histoire.


[1Le sens des mots sujet et objet, subjectif et objectif, a souvent changé dans l’histoire de la philosophie. Dans la philosophie scolastique, le sens de ces termes n’est pas le même que dans la philosophie moderne.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?