Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Jean Scot Erigène (IXe siècle) > Duhem : L’Esprit-Saint selon Jean Scot

Système du Monde

Duhem : L’Esprit-Saint selon Jean Scot

Pierre Duhem

jeudi 13 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Entre la théorie que nous venons d’exposer et l’enseignement d’Ibn Gabirol, il n’y a lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
de faire aucun rapprochement. De la doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
de l’Érigène qui va maintenant nous occuper, il n’en sera pas de même.

En considérant Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
connue étant, à la fois, créateur et créé, Jean Scot a été conduit à distinguer le Père et le Verbe ; il va découvrir l’Esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
-Saint sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
en sondant ce mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
 : Dieu est à la fois un et infiniment multiple Vielfalt
Mannigfaltigkeit
multiplicité
multiplicidade
multiplicidad
multiple
múltiplo
multiplicity
dez mil
ten thousand
dix mille
.

C’est par l’intermédiaire du Saint-Esprit Esprit-Saint
Saint-Esprit
Espírito Santo
Holy Ghost
Holy Spirit
Le Saint-Esprit représente, comme la Vierge, le mystère du divin Amour. [Frithjof Schuon]
, en effet, qu’en l’intime multiplicité des choses, le Verbe propage les effets des causes primordiales que le Père a créées en lui.

« Les causes primordiales, dit Jean Scot, sont ce que les Grecs ont nommé des idées ; ce sont des espèces ou formes éternelles dans lesquelles le Monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
visible et invisible est formé, des raisons immuables selon lesquelles il est gouverné. Les philosophes grecs les ont donc nommées à juste titre prototypa, c’est-à-dire modèles principaux. Ces causes primordiales, le Père les a créées dans le Fils fils
filho
, et c’est, par le Saint-Esprit qu’il les subdivise en leurs effets et qu’il les propage. »

 » Tu vois donc comment, à chacune des substances ou personnes de la divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
Bonté, la Théologie teologia
théologie
teología
theology
θεολογία
attribue une sorte de rôle particulier. Au Père, elle attribue la propriété de tout créer. Au Verbe, elle concède que toutes les causes primordiales des choses soient éternellement créées en lui, d’une manière universelle, essentielle et simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
. A l’Esprit-Saint, le rôle qu’elle attribue est celui-ci : Ces causes primordiales créées au sein Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
du Verbe, il les distribue, devenues fécondes, en leurs effets ; c’est-à-dire qu’il les subdivise de manière à produire Herstellen
produire
produzir
production
producir
Herstellung
produção
production
poiesis
poiein
producteur
produtor
productor
les genres et les espèces, les individus multiples et différents soit des essences célestes et spirituelles entièrement dénuées de corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, soit des essences associées aux corps très purs et très spirituels que constitue la simplicité des éléments catholiques, soit des essences universelles de ce Monde sensible, soit enfin des essences particulières qui s’y trouvent, séparées les unes des autres par les lieux qu’elles occupent, mobiles dans le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
, distinctes en grandeur grandeur
grandeza
greatness
et en qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
. »

C’est ainsi le Saint-Esprit qui assure, en toute créature Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
, la participation participation
participação
participación
metoche
métochè
à l’action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
créatrice de Dieu ; c’est cette participation que la Théologie désigne sous le nom de dons du Saint-Esprit. « Il n’y a aucune nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
créée qui possède quoi que ce soit hors ce qu’elle a reçu du Créateur ». Si elle existe, c’est de lui, nous l’avons dit, qu’elle a reçu l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
 ; si elle vit, c’est de lui qu’elle tient la vie Leben
vie
vida
life
zoe
 ; si elle sent, de lui la sensibilité ; si elle est raisonnable, de lui la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
 ; si elle est intelligente, de lui l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
 ; c’est de lui qu’elle tient mille autres choses de ce genre. Si donc, dans la nature des choses créées, on ne peut rien concevoir begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
, hors ce qui a été donné par le Créateur, il en résulte que, ni dans son essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
ni dans ses accidents, la créature n’est rien que dons et largesses du Créateur ; or, la’ distribution des dons de Dieu, la Théologie l’attribue au Saint-Esprit comme une sorte de propriété. »

Ces dons que le Saint-Esprit répand dans le Monde créé, on les peut comparer à la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
qui émane d’un flambeau. « Tous ces dons sont fort bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
nommés des lumières, car ils descendent de la Lumière inengendrée par l’intermédiaire de la Lumière engendrée et de la Lumière qui procède de toutes deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
 ; ils vont se répartissant entre les diverses substances individuelles de chaque essence universelle ou spéciale, dans la mesuré où la nature de ces substances est apte à recevoir ces dons et où elle a part aux largesses de la grâce. »

Jean Scot trouve ainsi en Dieu la trinité trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
qu’à l’exemple de Denys, il a rencontrée en toutes choses ; cette trinité qu’expriment les trois mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
 : ousia, dynamis acte
puissance
energeia
dynamis
, energeia, c’est-à-dire : essentia, virtus, operatio.

« Le Père, en effet, c’est la Substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
qui, d’elle-même, a engendré la Substance du Fils et qui a émis la Substance qui procède d’elles ; c’est donc à juste titre qu’on le peut nommer la Substance principale...

 » Il est également fort convenable d’attribuer la Virtus à Dieu le Fils, car la Théologie le nomme souvent la Vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
du Père. »

Ailleurs, Jean Scot a fait du Verbe la Forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
universelle : « Toute forme, qu’elle soit forme substantielle ou qu’elle soit une de ces formes qui dépendent de la qualité et qui engendrent le corps en s’unissant à la matière matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
, est créée par la Forme de toutes choses, parle Verbe fils unique du Père. »

« Que dirai-je de l’Operatio... ? » reprend-il. « N’est-il pas fort juste de la relier au Saint-Esprit, puisqu’on attribue à cet Esprit, comme une sorte de rôle particulier, l’opération des puissances (virtutum) et des dons divins, la répartition universelle de ces dons aussi bien que la distribution particulière qui en est faite à chaque être ? »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?