Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Plotin (205-270) > ENNÉADES : I, 7 [54] - extraits sur l’âme

ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens

ENNÉADES : I, 7 [54] - extraits sur l’âme

Trad. Bréhier

vendredi 14 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Peut-on dire que, pour chaque être, le bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
est autre chose que l’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
d’une vie Leben
vie
vida
life
zoe
conforme à la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
 ? Si un être est composé de plusieurs parties, son bien est l’acte acte
puissance
energeia
dynamis
propre, naturel et non déficient de la meilleure de ces parties. Donc le bien naturel, pour l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
, c’est sa propre activité. Mais voici une âme qui tend son activité vers le parfait, parce qu’elle est elle-même parfaite ; son bien n’est plus seulement relatif à elle, il est le Bien pris absolument [NT évangile
euanggelion
evangelium
gospel
evangelho
nouveau testament
novo testamento
NT
novum testamentum
new testament
 : Et non point le bien humain ; Plotin Plotin
Plotino
Plotinus
Plotin (205-270), philosophe auteur des Ennéades, fondateur de la pensée néoplatonicienne
vise Aristote Aristote Aristote (Ἀριστοτέλης) .]. Soit donc une chose qui ne tende vers aucune autre parce qu’elle est elle-même le meilleur des êtres, parce qu’elle est même au-delà des êtres, mais vers qui tendent les autres ; c’est évidemment le Bien, grâce à qui les autres êtres ont leur part de bien. Et tous les êtres qui participent ainsi au Bien le font de deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
manières différentes, ou bien en devenant semblables à lui, ou bien en dirigeant leur activité vers lui. Si donc le désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
et l’activité se dirigent vers le Souverain Bien, le Bien lui-même ne doit viser à rien et ne rien désirer ; immobile, il est le principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
et la source des actes conformes à la nature ; il donne aux choses la forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
du bien, mais non pas en dirigeant son action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
vers elles ; ce sont elles qui tendent vers lui ; le Bien n’est point ce qu’il est parce qu’il agit ou parce qu’il pense, mais parce qu’il reste ce qu’il est. Puisqu’il est au-delà de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
, il est au delà de l’acte, de l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
et de la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
. Encore une fois, c’est la chose à laquelle tout est suspendu, mais qui n’est suspendue à rien [NT : L’expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
de l’écran, indiquée à la fin Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
du chapitre, se retrouve chez Galien, in Hipp. et Plat., 617,5, Müller.] ; il est ainsi la réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
à laquelle tout aspire. Il doit donc rester immobile, et tout se tourne vers lui comme les points d’un cercle cercle
círculo
circle
circonférence
circunferência
se tournent vers le centre centre
centro
center
d’où partent tous les rayons Rayonnement
rayonnement
irradiação
irradiación
irradiation
rayons
raios
rays
. Le soleil en est une image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
 ; il est comme un centre pour la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
qui se rattache à lui ; aussi est-elle partout avec lui ; elle ne se coupe pas en tronçons ; voulez-vous couper en deux un rayon lumineux [par un écran], la lumière reste d’un seul côté, du côté du soleil. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 1

Quel rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
les choses ont-elles au Bien ? Les choses inanimées se rapportent à l’âme, et l’âme au Bien lui-même, par l’intermédiaire de l’Intelligence. Tout être [inanimé] a quelque chose du Bien, parce que toute chose est en quelque manière une unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
et un être ; et elle participe en outre à une forme spécifique ; tout être participe au Bien en tant qu’il participe à ces trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
choses. Il ne participe donc qu’à une image du Bien ; car l’être et l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
auxquels il participe sont des images de l’être et de l’un : et il en est de même de la forme spécifique. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 2

À l’âme appartient la vie ; à la première âme, celle qui vient après l’Intelligence, appartient une vie plus proche de la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
 ; par l’intermédiaire de l’Intelligence, elle a la forme du Bien ; elle possédera son bien, si elle tourne vers elle ses regards : mais l’Intelligence vient après le Bien. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 2

Si la vie c’est le bien, le bien appartient à tout être vivant ? - Non ; chez le méchant, la vie est toute boiteuse ; de même l’oeil, qui ne voit pas distinctement, n’accomplit pas sa fonction Funktion
fonction
função
function
función
. - Si la vie, même la nôtre dans laquelle le mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
se trouve mélangé, est un bien, comment la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
n’est-elle pas un mal ? - Un mal pour qui ? Car le mal doit arriver à un être ; mais le mort n’est plus ou, s’il existe, il est privé de vie et souffre moins de mal qu’une pierre [NT : Idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
épicurienne, qu’on retrouve aussi dans le mysticisme mysticisme
misticismo
mysticism
μυστικός
mystikos
místico
místicos
mystic
mystique
hermétique.]. - Mais la vie et l’âme existent après la mort. - La mort est donc un bien pour l’âme, d’autant que, sans le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, elle exerce davantage son activité propre. Et si elle fait partie de l’âme universelle, quel mal y a-t-il pour elle quand elle existe en cette âme ? ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 3

D’une manière générale, les dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
possèdent le bien sans aucun mal, et il en est ainsi de l’âme qui conserve sa pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
 ; et, si elle ne la conserve pas, ce n’est pas la mort qui est un mal pour elle, mais la vie. Et, s’il y a des châtiments dans l’Hadès, la vie y est encore un mal pour elle, parce que sa vie n’est pas pure. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 3

D’ailleurs, si la vie est l’union déification
theosis
deificação
deificación
union
união
unión
de l’âme et du corps, et la mort leur séparation discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
, l’âme est également propre à recevoir la vie et la mort. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 3

Mais, dans le cas où la vie est vertueuse, comment la mort n’est-elle pas un mal ? - Dans ce cas, la vie est un bien ; mais elle est un bien, non pas en tant qu’elle est l’union de l’âme et du corps, mais parce qu’elle se défend contre le mal grâce à la vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
 ; et la mort est plutôt un bien. Ou bien il faut dire que la vie dans le corps est en elle-même un mal ; l’âme se trouve dans le bien par la vertu, non pas en vivant comme un être composé, mais en se séparant du corps. ENNÉADES : I, 7 [54] - Du premier bien et des autres biens 3


Voir en ligne : Hyper-Plotin