Philosophia Perennis

Accueil > Symbolisme > Schuon : Les couleurs dans leur nature propre et leur langage (...)

Perspectives spirituelles et faits humains

Schuon : Les couleurs dans leur nature propre et leur langage immédiat

Frithjof Schuon

vendredi 21 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Considérons maintenant les couleurs dans leur nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
propre et leur langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
immédiat : le rouge a de l’intensité, de la violence, le bleu de la profondeur et de la bonté [NA : Le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
est bleu, et de même le manteau de la Vierge vierge
virginité
parthenía
parthenos
, Mater misericordiae. Le Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
est vêtu de blanc et de roue sainteté sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
et vie Leben
vie
vida
life
zoe
, pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
et amour amour
eros
éros
amor
love
. - Certaines écoles vishnouites distinguent un amour « rouge » et un amour « bleu », le premier mode correspondant sans doute à une activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
et le second à une passivité.]. Le regard peut se mouvoir, se perdre dans le bleu, mais non dans le rouge qui se dresse devant nous comme un mur de feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
têjas
tejas
. Le jaune a de l’intensité et de la profondeur à l’a fois, mais en mode « léger » ; il a une certaine « transcendance » par rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
aux deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
couleurs « lourdes » ; il est comme une sortie vers le blanc. Quand il se mélange avec le bleu, il donne à la contemplativité de celui-ci une qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
d’ « espérance », de joie joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
salvatrice, une libération délivrance
libération
liberação
liberation
liberación
moksha
mokṣa
hors de la quiétude enveloppante de la contemplation contemplation
theoria
theoría
contemplação
contemplación
. Le rouge excite, réveille et « extériorise » ; le bleu recueille et « intériorise » ; le jaune réjouit et « délivre ». Le rouge est agressif et agit vers l’extérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
 ; le rayonnement Rayonnement
rayonnement
irradiação
irradiación
irradiation
rayons
raios
rays
du bleu est profond, accueillant, et va vers l’intérieur ; celui du jaune est « libérateur » et se déploie en tout sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
. Le mélange du repliement sur soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
(bleu) et de la joie (jaune) est l’espoir (vert) ; l’espoir s’oppose à la passion Leidenschaft
passion
paixão
pathos
passión
rāga
rajas
(rouge) parce qu’il ne vit point comme elle dans le présent, mais dans le futur ; il s’y oppose aussi par ses deux aspects d’introspection et de joie.

Le violet est trop « lourd », puisqu’il est coin posé des, deux couleurs, lourdes, l’une chaude et , l’autre froide ; l’orange par contre est trop « chaud parce qu’il se compose des deux couleurs chaudes, l’une lourde et l’autre légère. Le vert, qui se compose d’une couleur couleur
cor
color
lourde et d’une autre légère, l’une froide et l’autre chaude, n’est ni trop lourd ni trop chaud ; c’est le seul mélange heureux. Dans le violet se mélangent deux éléments trop différents ; dans l’orange, deux éléments trop semblables ; le vert par contre allie des opposés situés sur différents plans et ne pouvant entrer en conflit discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
. Il manifeste donc l’équilibre ; le violet en revanche exprime la surcharge, la fatigue, la langueur, et l’orange la « surchauffe », l’excitation joyeuse du désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
, non la joie transparente comme le jaune. Ou encore : si l’orange est la séduction, le violet sera le regret, et le vert le pardon pardon
perdão
pardón
forgiveness
pardonner
perdoar
perdonar
forgive
. Dans le ternaire trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
des couleurs composées, c’est le vert qui est au sommet et qui délivre ; dans le ternaire des couleurs simples simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
, c’est le jaune.

Le vert a, « par définition » en quelque sorte puisqu’il cumule deux couleurs qui s’opposent sous deux rapports différents, une équivocité qui lui donne un caractère de « surprise » et d’ « étrangeté » ; il a deux dimensions, - d’où son mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
, - tandis que la couleur opposée, le rouge, est simple, indivisible, instantané. Le vert est espoir, promesse, attente heureuse, bonne nouvelle ; il a un aspect forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
d’imprévu, de gaieté et d’espièglerie ; il n’est pas l’acte acte
puissance
energeia
dynamis
violent du rouge, ni le recueillement repos
repouso
stillness
quietud
quietness
passividade
doçura
quietude
quiescence
recueillement
recolhimento
apaisement
hesychia
śānta
Śamah
formé - et intérieurement illimité apeiron
indéterminé
indeterminado
ilimitado
illimité
undetermined
unlimited
- du bleu ; il n’est pas non plus la joie ouverte, simple et rayonnante du jaune.

Le rouge, c’est le moment présent. Le vert, son contraire, est la durée avec ses deux dimensions, le passé et le futur, celui-ci étant représenté par le jaune, et celui-là par le bleu. Vu spatialement, le bleu est l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
et le jaune le centre centre
centro
center
fulgurant qui se révèle et qui délivre, et qui montre une nouvelle dimension d’infinité Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
. C’est le ciel transpercé par le soleil.

L’opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
entre le rouge et le vert marque l’antinomie directe ; entre le bleu et le jaune, par contre, l’opposition est harmonieuse, le rapport étant complémentaire. De même, le bleu et le rouge d’une part, et le rouge et le jaune d’autre part, s’opposent harmonieusement : dans le premier cas, parce que l’une des couleurs est froide et l’autre chaude, et dans le second cas, parce que l’une est lourde et l’autre légère ; la première opposition exprime la dignité royale, faite de rigueur et de générosité, et la seconde l’intensité joyeuse, faite de volupté et de bonheur félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
eudaimonia
. Le rouge avec le vert, c’est le couple de l’opposition divergente ; mais ils symbolisent aussi, sur le plan spirituel, l’amour et la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
, qui en effet divergent en tant qu’attitudes, et dont la synthèse transcendante se trouve symbolisée par le blanc. Dans le même ordre d’idées, le bleu et le jaune symbolisent respectivement la contemplation et la grâce, qui sont les deux pôles nécessaires de la connaissance ; mais tandis que le blanc est comme la synthèse transcendante de l’opposition rouge vert, la synthèse du bleu et du jaune est directe c’est le vert, qui est un mélange, non une intégration. Quant au blanc et au noir, ils sont respectivement la sur-couleur et la non-couleur ; ils s’opposent comme la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
et l’obscurité, ou l’Etre et le néant Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
. D’autre part, le rouge s’oppose au blanc comme la passion s’oppose à la pureté, et au noir comme la vie s’oppose à la, mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
. Le rouge et le vert, c’est aussi la vie terrestre et la résurrection.

Le vert et le rouge sont susceptibles d’une signification maléfique en tant qu’ils s’opposent au blanc par leur violence : le rouge en mode passionnel, et le vert en mode perfide ou venimeux. Le jaune et le noir sont également susceptibles d’une telle signification, le jaune en tant qu’il contredit le bleu, comme la séduction des faux paradis Paradis
Paraíso
Paradiso
Paradise
[NA : C’est l’aspect maléfique de l’or.], contredit le recueillement de la piété piété
piedade
piedad
piety
pietas
eleison
miséricorde
misericórdia
mercy
, et le noir en tant qu’il nie le blanc, comme l’ignorance ignorance
ignorância
ignorancia
ajñāna
ajnana
tamas
nie la sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
, ou comme la culpabilité Schuld
dette
faute
dívida
deuda
guilt
debt
culpabilité
exclut l’innocence intégrité
integridade
integridad
integrity
innocence
inocência
innocentia
.

Le bleu et le blanc ne sont point susceptibles d’une signification proprement maléfique : le bleu parce que son irradiation est en quelque sorte sphérique ou circulaire et par là même contemplative, et le blanc parce qu’il est absolument neutre, transcendant Transzendenz
transcendence
transcendência
transcendencia
trascendencia
transcendant
transcendente
et primordiale. En revanche, ils ont aussi une signification plus ou moins négative : le blanc est alors le vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
, l’extériorité, qui s’oppose à la plénitude qualitative des couleurs et aussi au secret du noir, à l’intériorité spirituelle ; dans ce dernier cas, c’est l’aspect profane du jour qui s’oppose à l’aspect sacré de la nuit tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
. Le bleu est le froid qui s’oppose à la chaleur, ou l’eau eau
água
water
hydro
quantité qui s’oppose au feu-qualité, donc au sang qui, lui aussi, est chaud et qualitatif.

L’aspect bénéfique des couleurs - et des éléments - est toujours essentiel, direct, inconditionnel ; l’aspect maléfique est accidentel, indirect, conditionnel, car il n’existe que par l’opposition et la négation.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?