Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Sankara : Le Joyau Principal de la Sagesse (extrait)

La philosophie éternelle

Sankara : Le Joyau Principal de la Sagesse (extrait)

Aldous Huxley

dimanche 30 novembre 2008

Extrait de « La philosophie éternelle », de Aldous Huxley

L’Atman est ce dont l’univers est pénétré, mais que rien ne pénètre, ce qui fait briller toutes choses, mais que toutes choses sont impuissantes à faire briller... La nature de la Réalité unique doit être connue par notre propre perception spirituelle claire ; elle ne peut être connue par l’entremise d’un pandit (savant). De même, la forme de la lune ne peut être connue que par nos propres yeux. Comment peut-elle être connue par l’entremise d’autrui ? Quel autre que l’Atman est capable d’ôter les liens de l’ignorance, de la passion et de l’action intéressée ?... La libération ne peut être réalisée, si ce n’est par la perception de l’identité de l’esprit individuel et de l’Esprit universel. Elle ne peut être réalisée ni par le Yoga (entraînement physique), ni par le Sankhya (philosophie spéculative), ni par la pratique des cérémonies religieuses, ni par le simple savoir...

La maladie ne se guérit point en prononçant le nom du médicament, mais en prenant le médicament. La délivrance ne se réalise point en répétant le mot « Brahman », mais en éprouvant directement l’expérience du Brahman... L’Atman est le Témoin de l’esprit individuel et de ses opérations. Il est la connaissance absolue... Le sage est celui qui comprend que l’essence de Brahman et de l’Atman est la Conscience Pure, et qui se rend compte de leur identité absolue. L’identité du Brahman et de l’Atman est affirmée dans des centaines de textes sacrés... La caste, la croyance, la famille et le lignage n’existent pas en Brahman. Brahman n’a ni nom ni forme, il transcende le mérite et le démérite, il est au-delà du temps, de l’espace et des objets de l’expérience sensorielle. Tel est Brahman, et « tu es Cela ». Médite sur .cette vérité dans le domaine de ta conscience.

Suprême, dépassant ce que les mots ont le pouvoir d’exprimer, Brahman peut néanmoins être appréhendé par l’œil de l’illumination pure. La Réalité pure, absolue et éternelle, — tel est Brahman, et « tu es Cela ». Médite sur cette vérité dans le domaine de ta conscience. Bien qu’il soit Un, Brahman est la cause du nombreux. Il n’y a point d’autre cause. Et pourtant Brahman est indépendant de la loi de causalité. Tel est Brahman, et « tu es Cela ». Médite sur cette vérité dans le domaine de ta conscience...

La vérité de Brahman peut être comprise intellectuellement. Mais (même chez eux qui comprennent ainsi) le désir de la séparation personnelle est profondément enraciné et puissant, car il existe depuis le temps qui n’a point de commencement. Il crée cette notion : « Je suis l’acteur, je suis celui qui éprouve. » Cette notion est la cause de la servitude à l’existence conditionnelle, à la naissance et à la mort... Elle ne peut être ôtée que par l’effort sérieux pour vivre constamment en union avec Brahman. La suppression de cette notion et du besoin de séparation personnelle est appelée, par les sages, Libération. C’est l’ignorance qui fait que nous nous identifions avec le corps, le moi, les sens, ou tout ce qui n’est pas l’Atman. Celui-là est un sage, qui surmonte cette ignorance par la dévotion envers l’Atman...

Lorsqu’un homme suit la voie du monde, ou la voie de la chair, ou la voie de la tradition (c’est-à-dire quand il croit aux rites religieux et à la lettre des Écritures, comme s’ils étaient intrinsèquement sacrés), la connaissance de la Réalité ne peut pas naître chez lui.

Les sages disent que cette triple voie est semblable à une chaîne de fer, attachant les pieds de celui qui aspire à s’évader de la prison de ce monde. Celui qui se libère de la chaîne réalise la Délivrance.


Voir en ligne : Aldous Huxley