Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Louis Lavelle (1883-1951) > Lavelle : La conscience est un dialogue avec l’être.

La présence totale

Lavelle : La conscience est un dialogue avec l’être.

Louis Lavelle

mercredi 24 décembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

VIII La conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
est un dialogue avec l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
.

L’être doit être défini comme la présence Anwesenheit
présence
parousia
presença
presence
parusía
absolue. En niant la présence absolue, on engagerait dans le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
l’être total aussi bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que l’être fini, ce qui serait sans doute une démarche illégitime, du moins si le temps est une détermination de l’être et si l’on consent à admettre par conséquent que le temps est intérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
à l’être et non pas l’être intérieur au temps : le temps est seulement la condition sans laquelle l’être fini ne pourrait pas dégager son indépendance, fixer ses limites et devenir lui-même l’artisan de sa nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
.

De plus, la présence totale de l’être est déjà impliquée dans la simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
que le moi ego
egoísmo
egoism
egoisme
le moi
le mien
« Je »
fait de sa propre existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
. Car, malgré l’échelonnement de ses états dans le temps, le moi est toujours présent à lui même, ou, en d’autres termes, il n’acquiert l’existence qu’en s’inscrivant pour ainsi dire à chaque instant dans une présence identique.

Mais on alléguera que toute présence est mutuelle et qu’elle suppose par conséquent une distinction entre deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
formes de l’existence déjà données qu’elle réunit ensuite par une relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
. Que l’on essaie pourtant de concevoir begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
chacune de ces formes de l’existence isolément et antérieurement à l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’une présence absolue, il sera impossible d’y parvenir. La présence absolue consiste précisément dans le fondement Grund
Fundament 
fondement
fundamento
Fundamente
fondations
fondation
ādhāra
root
universel de toutes ces existences séparées qui deviendront en elle des présences mutuelles, actuelles et possibles. C’est parce que l’être fini ne peut se représenter les choses que sous la forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
de la diversité que la présence absolue doit nécessairement devenir pour lui l’omniprésence, ou la présence unanime, beau beleza
belo
beauté
beau
beauty
belleza
mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
par lequel s’exprime la collaboration spirituelle de tous les êtres particuliers au maintien de l’être total, bien que l’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
qu’ils mettent en jeu jeu
jogo
juego
play
lila
lîlâ
game
pour cela, loin d’émaner de chacun d’eux, se borne à remonter vers la source qui lui a donné naissance. Puisque la dualité est la forme sous laquelle la présence se manifeste, nous pourrons dire du moi qu’il est présent à lui-même, c’est-à-dire que ses états doivent lui être présents. Ainsi la vie Leben
vie
vida
life
zoe
du moi ne cesse de l’opposer et de le réunir à lui-même. Mais on peut établir entre l’être et ses différentes formes le même rapport qu’entre le moi et ses différents états. Alors, nous pourrons dire aussi en un certain sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
de l’être tout entier qu’il est présent à lui-même, c’est-à-dire, en considérant cet être comme formé de parties, que les parties sont toujours présentes au tout et que le tout Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
, bien que toujours présent aux parties, ne peut l’être qu’en puissance acte
puissance
energeia
dynamis
à la conscience de chacune d’elles. Quiconque méditera le sens de ces formules verra concorder en elles les exigences de la logique lógica
logique
logic
Logik
tarka-vidyā
nyāya
nyaya
avec les données de l’expérience psychologique.

Si l’on garde quelque inquiétude Sorge 
souci
cura
preocupação
care
cuidado
merimna
sollicitudo
inquiétude
inquietude
inquietud
unquiet
unquietness
en prétendant que la présence toute pure, et sans déterminer davantage la nature de l’être qui est présent, ne peut être qu’une simple relation, nous répondrons que le sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
fini se constitue en effet grâce à la relation qui doit mettre à sa portée la nature d’un être qu’il ne peut pas connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
autrement : mais c’est la présence de celui-ci qui donne à la relation son véritable fondement. Si l’on insiste en soutenant que l’idée de la présence absolue ne peut pas différer de l’idée de l’universelle relation, nous concéderons en effet que l’être se confond avec la somme de toutes les relations qui pourront jamais s’établir en lui : mais, poser sa présence absolue, c’est soutenir que les actes vivants par lesquels toutes ces relations sont créées doivent lui demander, d’une part, le principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
de leur efficacité et de leur accord Wachseinlassen
deixar-acordar
harmonia
harmonie
harmonía
harmony
accord
acordo
concordance
concordância
concórdia
agreement
, d’autre part, la condition qui les rend possibles et qui exige qu’ils ne restent jamais à l’état de simples possibles.

Dès lors, au lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
de définir la conscience par l’opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
de l’objet et du sujet, — ce qui risque de nous inviter tantôt, avec le réalisme Realismus
réalisme
realismo
realism
, à faire contradictoirement de l’objet une réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
extérieure à la conscience, tantôt avec l’idéalisme Idealismus
idéalisme
idealismo
idealism
à en faire paradoxalement un simple état du moi, — il faut la définir comme un débat, un dialogue constant et pourtant infiniment varié entre la partie individuelle et la partie universelle de notre nature. Non seulement c’est par ce dialogue que l’être révèle au moi sa présence, mais c’est le dialogue lui-même qui fait naître en les opposant et en les unissant à la fois les deux interlocuteurs ; ils n’existent pas avant lui, mais seulement en lui et par lui. Et, bien qu’il y ait entre eux inégalité et que l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
soit comme un maître guru
enseignant
professeur
maître
mestre
professor
et l’autre comme un disciple, la science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
du disciple n’est pas différente de celle du maître : elle est à la fois empruntée et personnelle. Elle ne s’oppose à celle du maître que par sa moindre étendue. C’est même le disciple qui en un sens crée le maître et c’est l’infinité Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
des disciples réels et possibles qui fait de cette science une science universelle : celle-ci ne se réalise que dans la totalité des esprits, bien que chaque esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
lui soit en quelque sorte intérieur.


Voir en ligne : Heidegger et ses références

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?