Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > René Guénon (1886-1951) > René Guénon sur Frédéric Portal

Comptes Rendus

René Guénon sur Frédéric Portal

Voile d’Isis (1939)

lundi 23 mars 2009

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

FRÉDÉRIC PORTAL. Des couleurs symboliques dans l’antiquité, le moyen âge et les temps modernes. (Editions Niclaus, Paris).

— Ce livre, qui date exactement d’un siècle, était depuis longtemps devenu à peu près introuvable ; la réédition qui vient d’en être faite est d’autant plus opportune qu’il est demeuré jusqu’à maintenant, en français tout au moins, le seul ouvrage traitant spécialement du symbolisme symbolon
symbolisme
symboles
symbole
simbolismo
símbolo
símbolos
symbol
symbolism
symbols
des couleurs. Son fils
filho
hijo
son
intérêt ne réside d’ailleurs pas uniquement dans les considérations de détail et l’abondante documentation qu’il renferme sur ce sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
 ; ce qui est peut-être plus important encore, c’est qu’il se présente comme l’application d’une idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
fondamentale dont la portée, ainsi que le font remarquer les éditeurs dans leur avant-propos, dépasse de beaucoup le cadre indiqué par le titre, et qui est « l’idée d’une Révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
primitive et parfaite déposée dans le berceau de l’humanité Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
et qui aurait donné naissance à toutes les doctrines darshana
doctrines
points de vue
traditionnelles qui ont alimenté sa vie Leben
vie
vida
life
zoe
spirituelle au cours des âges ». C’est ce que Portai lui-même affirme de la façon la plus nette dans sa conclusion : « Un grand fait, dit-il, domine les recherches que je soumets au monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
savant : l’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
de religion Religion
religion
religião
religión
parmi les hommes, et comme preuve, la signification des couleurs symboliques, la même chez tous les peuples et à toutes les époques ». D’autre part, considérant que toute doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
, en s’éloignant de la perfection perfection
perfeição
perfección
entelecheia
originelle, ne peut qu’aller en se dégradant et en se matérialisant de plus en plus, il distingue comme trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
étapes successives dans cette dégradation, et il y fait correspondre, dans la signification des symboles, trois degrés qui constituent respectivement ce qu’il appelle la « langue Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
 », la « langue sacrée » et la « langue profane ». La première, d’après la définition qu’il en donne tout d’abord semble être pour lui réellement primitive et antérieure à la distinction du sacerdoce et de la royauté ; la seconde « prend naissance dans les sanctuaires », à la suite de la constitution du sacerdoce proprement dit ; enfin, la dernière n’est plus que l’« expression matérielle des symboles », en connexion avec la dégénérescence « idolâtrique » due à l’incompréhension du vulgaire. Il y a toutefois quelque flottement dans l’application qu’il fait de ces principes : il semble parfois que ce soit plutôt ce qu’il rapporte à la première « langue » qui ait un caractère vraiment « sacerdotal », tandis qu’il fait rentrer dans la seconde bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
des choses dont le caractère pourrait par contre être dit « royal », notamment tout ce qui concerne le blason ; et, d’autre part, tout ce qu’il qualifie de « profane » ne l’est pas strictement et ne répond pas à la définition précédente ; la distinction n’en est pas moins valable en elle-même, et il pourrait y avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
intérêt, pour quelqu’un qui voudrait faire une nouvelle étude sur le même sujet, à la reprendre d’une façon plus rigoureuse. Un autre point qui est particulièrement digne d’être noté, c’est que l’auteur a reconnu et exprimé formellement le fait que les symboles présentent en général deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
significations contraires ; c’est ce qu’il appelle la « règle des oppositions », et il en montre de nombreux exemples dans l’usage qui a été fait des différentes couleurs qu’il étudie successivement. Quant aux réserves qu’il y aurait lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
de faire sur certaines de ses interprétations, elles tiennent surtout, au fond, à deux raisons principales : l’une est une information Information
information
informação
información
Informationen
informações
informations
informaciones
insuffisante ou inexacte sur les doctrines orientales, fort excusable d’ailleurs à l’époque où le livre a été écrit ; l’autre est une influence swedenborgienne assez fortement marquée, et, en matière matière
matéria
matter
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
de symbolisme comme à bien d’autres égards, Swedenborg est loin d’être un guide parfaitement sûr. Malgré ces défauts, un tel ouvrage, redisons-le encore, n’en est pas moins du plus grand intérêt, et même indispensable à tous ceux qui, à un titre quelconque, s’intéressent au sujet qu’il traite, puisqu’il n’en existe aucun autre qui puisse le remplacer.


Voir en ligne : René Guénon