Philosophia Perennis

Accueil > Symbolisme > Le livre du ça - chapitre 30

Le livre du ça

Le livre du ça - chapitre 30

Georg GRODDECK

vendredi 17 avril 2009

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Georg GRODDECK (1886-1934)

(1923)

le livre du ça

Traduit de l’Allemand par L. Jumel

Titre original :
DAS BUCH VOM ES

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Voilà donc la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
de votre long dragon
dragão
dragón
long
nāga
silence silence
silêncio
silencio
discrétion
sobriété
discrição
sobriedade
discretion
sobriety
sobriedad
 ! Vous pesiez longuement les possibilités de la publication ! Vous accordez à ma part de cette correspondance votre imprimatur et la refusez à vos lettres. Ainsi soit-il ! Et que Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
vous bénisse.

Vous avez raison, il est grand temps que j’analyse sérieusement le Ça. Mais les mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
sont parfois inexpressifs, c’est pourquoi je vous serais reconnaissant de faire de temps à autre le tour de l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
d’eux et de l’examiner sous toutes ses faces. Vous en concevez une opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
nouvelle ; c’est cela qui est important, et non la justesse ou la fausseté de cette opinion. Je m’efforcerai de rester objectif.

Pour commencer, je vais vous faire une communication Mit-teilung 
Mitteilung
communication
comunicação
comunicación
affligeante : à mon avis, il n’y a pas de Ça tel que je l’ai supposé ; je l’ai fabriqué de toutes pièces. Mais parce que je m’occupe essentiellement et exclusivement de l’humanité Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
, des êtres humains, je suis obligé d’agir action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
comme s’il existait, détachés du Dieu-nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
, des individus appelés hommes. Je dois dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
faire comme si cet individu Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
était isolé du reste du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
qui sont en dehors des limites qu’il s’est lui-même fixées une position indépendante. Je sais que c’est faux ; je ne m’en tiendrai pas moins fermement à l’hypothèse que chaque être humain est un Ça individuel, avec des limites définies, un commencement et une fin. J’insiste sur ce point, très chère amie, parce que vous avez déjà plusieurs fois tenté de m’entraîner dans des discussions sur l’Ame. Universelle, le panthéisme panthéisme
panteísmo
pantheism
, Dieu-nature, etc. Je n’en veux point entendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
parler et je déclare solennellement ici que je ne m’occuperai que de ce que j’appelle le Ça de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
humain. En vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
de mon titre d’épistolier, je fais commencer le Ça à la fécondation. L’instant précis du processus extrêmement compliqué de la fécondation qui devra compter comme point de départ m’est indifférent, tout comme je laisse à votre bon plaisir plaisir
prazer
pleasure
hedone
kama
kāma
kâma
amour du plaisir
philedonía
le soin de choisir dans la masse des phénomènes accompagnant la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
le moment que vous voudrez considérer comme fin.

Étant donné que je reconnais d’emblée avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
consciemment introduit dans mon hypothèse une erreur, il vous sera loisible de découvrir dans mes analyses telle faute Schuld
dette
faute
dívida
deuda
guilt
debt
culpabilité
consciente ou inconsciente qu’il vous plaira. Mais n’oubliez pas que cette première faute, qui consiste à avoir détaché de l’univers Univers
Universo
Universe
des objets, des individus sans vie Leben
vie
vida
life
zoe
ou vivants, fait partie intégrante de la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
humaine et qu’il n’est de propos qui n’en porte porte
porta
puerta
gate
door
la marque.

Mais voici qu’il s’élève une difficulté. En effet, cette hypothétique monade du Ça, dont nous avons décidé que l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
était déterminée par la fécondation, contient deux unités-Ça : une unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
féminine et une unité masculine, sans parler pour autant du fait assez troublant que ces deux unités, issues de l’œuf et des spermatozoïdes, sont à leur tour non pas uniques, mais multiples remontant dans le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
jusqu’à Adam Adam
Adão
Adán
et aux protozoaires, et formées d’un enchevêtrement inextricable de masculin et de féminin femme
mulher
woman
mujer
feminino
féminin
feminin
fêmea
female
existant côte à côte sans se mélanger. Je vous en prie, souvenez-vous que ces deux principes ne se confondent point : ils co-existent. Car il s’ensuit que chaque Ça humain contient au moins deux Ça, unis on ne sait trop comment en une monade et pourtant indépendants l’un de l’autre.

Je ne sais pas si je dois présupposer chez vous comme chez les autres femmes — et aussi chez les hommes, naturellement — une complète ignorance ignorance
ignorância
ignorancia
ajñāna
ajnana
tamas
du peu que l’on croit savoir Wissen
saber
savoir
sur le développement du destin Schicksal 
Geschick
Ge-schick
schicksalhaft
destin
co-destin
fado
destiny
destino
fate
destinal
destinée
de l’œuf fécondé. Pour les buts que je poursuis, il suffira de vous apprendre qu’après la fécondation, l’œuf se divise en deux moitiés, deux cellules, selon le nom que la science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
s’est plu à donner à ces êtres. Ces deux parties se subdivisent en quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
, huit, seize cellules, etc., jusqu’à ce que soit enfin réalisé ce que nous appelons communément un être humain. Je n’ai, Dieu merci, pas à entrer dans les détails de ces divers processus. Je me contenterai donc d’attirer votre attention attention
atenção
atención
vigilance
vigilância
sur un fait très important à mes yeux, encore qu’il me paraisse incompréhensible. Dans cet être minuscule qu’est l’œuf fécondé se trouve je ne sais quoi, un Ça capable d’entreprendre sa division discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
et ses subdivisions en une multitude de cellules, de leur donner des aspects et des fonctions variées, de se grouper en peau, os, yeux, oreilles, cerveau, etc. Que diable diable
diabolos
malin
adversaire
diabo
devil
asura
asuras
asouras
peut-il bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
devenir du Ça au moment de la division ? Il est évident qu’il se divise aussi, car nous savons que chacune des cellules porte en elle ses possibilités de vie indépendante et de subdivision. Mais au même temps, il reste quelque chose de commun aux deux cellules, un Ça qui les lie l’une à l’autre, pèse d’une manière ou d’une autre sur leurs destinées et est influencé par elles. Ces réflexions m’ont poussé à admettre qu’en dehors du Ça individuel de chaque humain, il existe un nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
incalculable d’êtres-Ça faisant partie de chacune des cellules. N’oubliez pas, en outre, que le Ça-individu de l’homme intégral comme les Ça de chacune des cellules recèlent chacun un Ça masculin et un Ça féminin, sans compter les minuscules êtres-Ça de la chaîne ancestrale.

Je vous en prie, ne perdez pas patience sophrosyne
modération
moderação
moderation
moderación
temperantia
tempérance
temperança
comesuração
patientia
patience
paciência
. Ce n’est pas ma faute si je suis obligé de semer le désordre dans des choses apparemment si simples simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
pour la pensée et le langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
quotidiens. Je veux espérer qu’un dieu bienveillant viendra nous tirer des broussailles dans lesquelles nous nous débattons.

Provisoirement, je vais vous entraîner plus profondément encore dans ce maquis. J’ai l’impression expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
qu’il doit exister Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
encore d’autres êtres-Ça. Au cours de l’évolution evolução
évolution
evolution
evolución
, les cellules s’unissent pour former des tissus de toutes sortes — épithéliaux, conjonctifs, substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
nerveuse, etc. Et chacune de ces formations paraît être un nouveau Ça individuel, exerçant une action sur le Ça-collectif, les unités-Ça des cellules et les autres tissus, tout en leur laissant le soin de se diriger dans les manifestations de vie. Mais ce n’est pas encore assez. De nouvelles formes-Ça se présentent, groupées sous l’aspect forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
d’organes : rate, foie, cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
, reins, os, muscles, cerveau, moelle épinière ; en outre, d’autres puissances-Ça se pressent dans le système des organes. On dirait même qu’il se forme également des Ça-feints, vivant de leur mystérieuse existence, bien que l’on pourrait dire d’eux qu’ils ne sont qu’apparences et noms. C’est ainsi que je suis obligé, par exemple, de prétendre qu’il y a un Ça de la moitié supérieure et de la moitié inférieure du corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, un autre de la droite droite
direita
right
et de la gauche gauche
esquerda
izquierda
left
, un du cou et un de la main, un de l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
de l’être humain et un de la surface de son corps. Ce sont des entités ; on pourrait presque imaginer qu’elles naissent de pensées, de conversations, d’actes, voire qu’elles sont des créations de cette intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
tant vantée. N’allez pas croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
cela, au moins. Cette manière de voir ne provient que des efforts vains et désespérés pour tâcher de comprendre quelque chose à l’univers. Sitôt que l’on s’y essaie, un Ça particulièrement malicieux, caché dans quelque coin, nous joue des tours pendables et manque mourir de rire de notre prétention, de l’outrecuidance de notre nature.

Je vous en supplie, très chère, n’oubliez jamais que notre cerveau, et, avec lui, notre raison, sont une création Création
Criação
criação
creation
creación
du Ça ; assurément, une création qui agira à son tour en créateur mais qui n’entre que tardivement en action et dont le champ de création est limité. Le Ça de l’être humain « pense » bien avant que le cerveau n’existe ; il pense sans cerveau, construit d’abord le cerveau. C’est une notion fondamentale, que l’être humain devrait garder présente à sa mémoire mnemosyne
memória
mémoire
memory
et ne cesse d’oublier. Cette hypothèse que l’on pense avec le cerveau — certainement fausse — a été la source de mille et mille sottises ; assurément, elle a été aussi la source de découvertes et d’inventions extrêmement précieuses, en un mot, de tout ce qui embellit et enlaidit la vie.

Êtes-vous satisfaite de la confusion dans laquelle nous sommes plongés ? Ou dois-je vous raconter encore que, sans cesse et dans un pêle-mêle de changements, on voit apparaître des êtres-Ça, comme s’il s’en réait en quelque sorte de nouveaux ? Qu’il y a des êtres-Ça des fonctions corporelles, de l’alimentation nutrition
nutrição
nutrición
alimentation
alimentação
alimentación
rear
feed
, de la boisson amrita
amrit
nectar
ambroisie
boisson
néctar
ambrosia
bebida
jus
élixir
elixir
, du sommeil sommeil
sleep
état de sommeil
estado de sono
sleep state
, de la respiration, de la marche ? Qu’il y a des êtres-Ça des fonctions corporelles, de l’alimentation, de la boisson, du sommeil, de la respiration, de la marche ? Qu’un Ça de la pneumonie peut se déclarer ou un de la grossesse ; que ces entités bizarres peuvent naître du métier, de l’âge, du lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
de séjour, des toilettes et du pot de chambre, du lit, de l’école, de la Confirmation et du mariage mariage
casamento
 ? Confusion, perpétuelle confusion. Rien n’est clair, tout est obscurément, inévitablement enchevêtré.

Et pourtant, pourtant ! Nous maîtrisons tout cela, nous pénétrons en plein dans ce flot bouillonnant et l’endiguons. Nous nous emparons de ces forces et les entraînons ici et là. Car nous sommes des êtres humains et notre manière de nous y prendre n’est pas sans quelque pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
. Nous classons, organisons, créons et accomplissons. Au Ça s’oppose le Moi ego
egoísmo
egoism
egoisme
le moi
le mien
« Je »
et quoi qu’il en soit ou qu’on en puisse dire pour les hommes, il reste toujours cette proposition : Je suis Moi.

Nous ne pouvons pas faire autrement que de nous imaginer que nous sommes les maîtres de notre Ça, ces nombreuses unités-Ça et de l’unique Ça-collectif, voire aussi maître guru
enseignant
professeur
maître
mestre
professor
du caractère et des agissements de nos semblables, maîtres de leur vie, de leur vie, de leur santé, de leur mort. Nous ne le sommes certainement pas, mais c’est une nécessité Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
de notre organisation, de notre qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
d’être humain que de le croire. Nous vivons et puisque nous vivons, nous ne pouvons faire autrement que de croire ; que nous sommes en mesure d’élever nos enfants, qu’il y a des causes et des effets, que nous avons la liberté Freiheit
liberté
liberdade
freedom
liberdad
eleutheria
svātantrya
Atiguna
de réfléchir et de nuire ou d’aider. En fait, nous ne savons rien du rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
des choses, nous ne pouvons pas prédire vingt-quatre heures à l’avance ce que nous ferons et nous n’avons pas le pouvoir de faire quoi que ce soit volontairement. Mais nous sommes forcés par le Ça de considérer ses actes, ses idées, ses sentiments Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
pour des événements se passant dans notre conscient Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
, avec l’accord Wachseinlassen
deixar-acordar
harmonia
harmonie
harmonía
harmony
accord
acordo
concordance
concordância
concórdia
agreement
de notre volonté voluntas
volonté
vontade
voluntad
volition
the will
icchā
, de notre Moi. Ce n’est que parce que nous sommes sous l’empire d’une erreur éternelle, parce que nous sommes aveugles, parce que nous ne savons rien de rien que nous pouvons être médecins et soigner les malades.

Je ne suis pas très sûr de la raison qui me fait vous écrire tout cela. Probablement pour m’excuser de rester médecin en dépit de ma ferme croyance en la toute-puissance acte
puissance
energeia
dynamis
du Ça, et parce que, au mépris de la conviction, que toutes mes pensées et tous mes actes sont régis par une nécessité placée hors de ma conscience, je recommence constamment à m’occuper de malades et à faire, tant vis-à-vis de moi-même que des autres, comme si j’étais responsable du succès ou de l’échec du traitement. La vanité vanité
vaine gloire
cénodoxie
kenodoxía
et une trop bonne opinion de soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
sont les traits de caractère essentiels de l’être humain. Je ne puis me retirer cette propriété, il faut que je croie en moi et à ce que je fais.

En principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
, tout ce qui se passe dans l’Homme est l’œuvre du Ça. Et c’est bien ainsi. Il n’est pas mauvais non plus de s’accorder parfois un moment de répit pour réfléchir tant bien que mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
à la manière dont ces choses se déroulent complètement en dehors de notre connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
et de notre pouvoir. C’est particulièrement nécessaire pour nous autres médecins. Pas pour nous enseigner la modestie. Que ferions-nous d’une vertu aussi inhumaine, pour ne pas dire surhumaine ? Elle ne peut être que pharisaïque. Non, ce serait plutôt parce qu’autrement, nous courrions le danger de devenir partiaux, de nous mentir à nous-mêmes et à nos malades en affirmant que tel ou tel traitement est le seul qui convienne. Cela paraît absurde, mais il n’en est pas moins vrai que tout traitement de malade est celui qu’il lui faut, qu’il est toujours et dans toutes les circonstances soigné au mieux, que ce soit selon les règles de la science ou celles du berger-guérisseur. Le résultat n’est pas obtenu par ce que nous avons ordonné conformément à notre savoir, mais par ce que le Ça fait de notre malade avec nos ordonnances. S’il n’en était pas ainsi, n’importe quelle fracture osseuse régulièrement réduite et plâtrée devrait guérir. Mais ce n’est pas le cas. Existerait-il vraiment une si grande différence entre l’habileté d’un chirurgien et celle d’un « interniste », d’un « neurologue » ou d’un « médicastre », que l’on aurait quelque droit de faire parade de ses cures réussies et d’avoir honte de ses insuccès. On n’a pas ce droit. On le fait, mais on n’en a pas le droit.

Cette lettre, me semble-t-il, est écrite dans un curieux état d’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
. Et si je poursuis dans cette veine, il y a beaucoup à parler que je vais vous rendre triste, à moins que je ne vous fasse rire aux éclats. Ni l’un ni l’autre ne correspondrait à mon intention. Je préfère vous raconter comme j’en suis venu à la psychanalyse. Vous comprendrez mieux ainsi ce que je veux dire avec toutes mes circonlocutions, vous vous rendrez compte de mes singulières conceptions au sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
de ma profession et de son exercice.

Il faut d’abord que je vous mette au courant de l’état d’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
dans lequel je me trouvais à cette époque et qui peut se résumer en une phrase : j’étais au bout de mon rouleau. Je me sentais vieux, ne trouvais plus aucun agrément à la fréquentation des femmes ou des hommes, mes marottes m’ennuyaient et surtout, j’étais dégoûté de mes activités médicales. Je ne les pratiquais plus que pour gagner de l’argent. J’étais malade ; je n’en doutais pas, seulement je ne savais pas ce que je pouvais avoir. Ce n’est que quelques années plus tard qu’un de mes critiques médicaux me révéla de quoi je souffrais : j’étais hystérique, un diagnostic de l’exactitude duquel je suis d’autant plus convaincu qu’il a été établi sans contact personnel, uniquement par l’impression que laissaient mes écrits : les symptômes devaient donc être très clairs. C’est à ce moment que j’entrepris le traitement d’une dame gravement malade : c’est elle qui m’a obligé à devenir psychanalyste.

Vous me dispenserez, je l’espère, d’entrer dans les détails de la longue histoire Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
des souffrances de cette femme ; cela me serait désagréable parce que je n’ai malheureusement pas réussi à la guérir complètement, même si, au cours des quatorze années de notre connaissance et de traitement, sa santé s’est améliorée à un point qu’elle n’eût jamais osé espérer atteindre. Toutefois, pour vous donner l’assurance qu’il s’agissait chez elle d’une solide maladie « organique », donc réelle, et non pas d’un mal « imaginaire », une hystérie, comme chez moi, je me réclame du fait que dans les années ayant immédiatement précédé notre rencontre, elle avait subi deux graves opérations et m’avait été envoyée par son dernier conseiller médical en tant que candidate au trépas et nantie de tout un attirail de digitale, de scopolamine et autres saletés.

Au début, nos relations ne furent pas faciles. Qu’elle réagit à mon examen Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
un peu impérieux par d’abondantes hémorragies utérines et intestinales ne me surprit point : j’en avais souvent vu d’autres dans ma clientèle. Mais ce qui me frappa, c’est qu’en dépit d’une intelligence remarquable, elle ne disposait que d’un vocabulaire ridiculement réduit. Pour la plupart des objets usuels, elle employait des périphrases, en sorte qu’elle disait par exemple au lieu d’armoire, « le truc à robes », ou au lieu de tuyau de poêle, « l’aménagement pour la fumée ». En même temps, elle prétendait ne pas supporter certains gestes, ; par exemple tirailler les lèvres ou jouer avec un quelconque gland de chaise. Divers objets, qui nous semblent indispensables à la vie quotidienne, étaient bannis de la chambre de la malade.

Quand je rejette un coup d’œil sur l’aspect clinique tel qu’il se présentait alors, il m’est difficile de croire qu’il y a eu un temps où je n’avais pas la moindre idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
de ces choses. Et c’était pourtant ainsi. Je voyais bien qu’il s’agissait chez ma malade d’un étroit amalgame de ce que l’on est convenu d’appeler des manifestations physiques et psychiques, mais la manière dont ceci s’était produit et comment venir en aide à la malade, cela, je ne le savais pas. Une seule chose me parut claire dès l’abord : il existait entre moi et la patiente de mystérieux rapports qui la préparaient à avoir confiance en moi. A cette époque, je ne connaissais pas encore la notion du transfert, mais je me réjouis de l’apparente « suggestibilité » de l’objet du traitement et m’empressai de la mettre à profit, selon mon habitude. J’obtins un grand succès dès la première visite. Jusque-là, la malade avait constamment refusé de traiter seule avec un médecin ; elle exigeait que sa sœur aînée assistât à l’entretien, en conséquence de quoi toute tentative d’explication se faisait par l’intermédiaire de la sœur. Assez curieusement, elle accepta aussitôt ma proposition de me recevoir seule la prochaine fois : ce n’est que beaucoup plus tard que la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
m’est apparue ; cela ressortissait du transfert et Mlle G. voyait en moi la mère mère
mãe
mother
madre
.

Ici, je dois glisser une observation à propos du Ça du médecin. J’avais alors coutume d’imposer avec une sévérité absolue et — il faut que j’emploie cette expression — sans effroi mes rares ordonnances. Je me servais du tour de phrase suivant : « Mourez plutôt que de transgresser mes prescriptions. » Et je ne plaisantais pas. J’ai eu des malades de l’estomac atteints de vomissements ou de douleurs après l’ingestion de certains aliments et les ai exclusivement nourris de ces aliments jusqu’à ce qu’ils eussent appris à les supporter ; j’en ai forcé d’autres, qui étaient couchés à cause causa
cause
aitia
aitía
aition
d’une quelconque inflammation veineuse ou articulaire à se lever et à marcher, j’ai soigné des apoplectiques en les obligeant à se plier tous les jours en deux et j’ai habillé des gens desquels je savais qu’ils devaient mourir dans peu d’heures et les emmener se promener ; j’ai même assisté à la mort de l’un d’eux devant la porte de sa maison. Cette façon de pratiquer comme un père bienveillant, plein de force, une suggestion autoritaire, infaillible, paternelle me venait de mon père ; je l’avais également apprise chez le plus grand maître de cet art Kunst
arte
art
du « médecin-père », Schweninger, et il est probable que j’en tenais une partie de naissance. Dans le cas de Mlle G., tout se déroula autrement, et cela, dès le commencement. L’attitude d’enfant — et comme il apparut plus tard, d’enfant de trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
ans — qu’elle avait adoptée vis-à-vis de moi m’obligea à jouer le rôle de la mère. Certaines forces maternelles endormies de mon Ça furent éveillées par cette malade et orientèrent ma manière de procéder. Plus tard, lorsque j’examinai de plus près mes propres agissements médicaux, je découvris que des influences mystérieuses du même genre m’avaient déjà souvent forcé à observer envers mes malades une autre attitude que la paternelle, bien que je fusse consciemment et théoriquement tout à fait persuadé que le médecin devait être un ami et un père, devait dominer.

Et voici que je me trouvais placé tout à coup dans une singulière situation : ce n’était pas moi qui traitais le malade mais le malade qui me traitait ; ou pour traduire cela dans mon langage : le Ça de mon prochain cherche à transformer mon Ça, réussit effectivement à le transformer de manière qu’il puisse l’utiliser pour ses desseins.

Prendre conscience de cet état de choses représentait déjà de grandes difficultés ; car vous ne pouvez manquer de comprendre qu’ainsi, mes rapports avec le malade se trouvaient bouleversées. Il ne s’agit plus de lui prescrire des soins que je considérais devoir lui être favorables, mais bien de devenir tel que le malade avait besoin que je fusse. Mais de la prise de conscience parāmarśa
acte de conscience
prise de conscience
tomada de consciência
vimarśa
prise de conscience active
à l’exécution des conséquences qui en découlaient, il y avait un bout de chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
 ! Vous avez pu observer vous-même ce « chemin », vous m’avez vu vous-même devenir du médecin actif Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
et entreprenant que j’étais un instrument passif ; vous m’en avez même souvent blâmé et le faites encore, vous me poussez sans cesse à conseiller ici, intervenir là, ordonner ailleurs et aider en guidant. Si seulement vous vouliez bien vous en abstenir. Je suis irrémédiablement perdu en ce qui concerne les activités de guide et de sauveur ; j’évite de donner un conseil, je m’efforce de supprimer toute résistance de mon inconscient au Ça des malades et à ses désirs ; je me sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
heureux en le faisant, obtiens des réussites et suis moi-même bien portant. Si je regrette quelque chose, c’est que la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
dans laquelle je me suis engagé n’est que trop large et aisée, en sorte que je m’en écarte par pure curiosité et par excès d’exubérance, que je me perds dans des gouffres et des marécages et cause ainsi à ceux qui sont commis à ma garde comme à moi-même des difficultés et des dommages. J’ai l’impression que le plus difficile dans la vie, c’est de se laisser aller, de guetter et suivre les voix des Ça, tant pour le prochain que pour soi-même. Mais l’enjeu vaut la chandelle. Peu à peu, on redevient enfant et vous savez : ceux d’entre vous qui ne deviendront pas comme des petits enfants n’entreront jamais dans le Royaume de Dieu. On devrait renoncer à « faire les grands » dès l’âge de vingt-cinq ans ; jusque-là on a besoin de cela pour grandir, mais ensuite, ce n’est plus utile que pour les rares cas d’érection. Ne pas lutter contre l’amollissement, ne pas plus se dissimuler à soi-même qu’aux autres ce relâchement, cette flaccidité, cet état d’avachissement, c’est cela qu’il faudrait. Mais nous sommes comme ces lansquenets au phallus de bois dont je vous parlais l’autre jour.

Assez pour aujourd’hui. Il y a longtemps que je suis impatient de connaître votre opinion sur le degré atteint par moi dans ce retour à l’enfantillage et dans le « déMoiment ». Personnellement, j’ai le sentiment de n’être encore qu’aux préliminaires de ce processus dit de vieillissement qui m’apparaît comme un retour à l’enfance. Mais je peux me tromper : l’exclamation de colère colère
orge
rancoeur
hostilité
animosité
inimitié
méchanceté
d’un malade en me revoyant après deux ans de séparation : « Vous avez pris de l’embonpoint spirituel… » m’a rendu plus optimiste. Je vous en prie, communiquez votre avis à votre fidèle

Patrick Troll.


Voir en ligne : Groddeck, Georg

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?