Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Carlo Suarès : HA-QABALA

La Bible restituée

Carlo Suarès : HA-QABALA

Carlo Suarès

mercredi 24 novembre 2010

Extraits de Carlo Suarès, La Bible restituée

« Qâbala est un équivalent de Révélation »

Plusieurs fois, au cours des siècles, la Qâbala a été perdue et retrouvée. On découvre sa trace à l’époque où, au retour de leur captivité à Babylone, les Juifs ont repris conscience d’eux-mêmes (avec Esdras, Néhémie et d’autres). D’Esdras, on est en droit de la faire remonter à Moïse, de Moïse à Abram, et de cet initié jusqu’aux plus lointains âges où elle disparaît à la vue, mais non à la connaissance de ceux à qui cette « plus ancienne des anciennes » perceptions a été transmise.

Au cours de l’histoire, cette transmission a toujours été tenue secrète. Cependant, la source de la connaissance originelle peut être saisie à n’importe quel instant, car elle est intemporelle. Les cabalistes ont toujours dit que Abram la possédait.

Ab-Râm, ou le « père de Râm », ou, selon la mode sémitique, « celui qui possède » Râm pouvait être un initié de n’importe quel pays, du Thibet à l’Egypte. Au Thibet, le nom de Râm évoque l’essence universelle dans le sens de « base du monde », et est aussi parfois symbole de tout ce qui rayonne comme le soleil. Râm, dans l’ancienne Egypte, était également symbole de la base du monde, matérialisé par la pyramide (en arabe, aujourd’hui encore, pyramide se dit Ahram). Un des plus grands personnages de l’ordre initiatique égyptien était Râm Mak Hotep.

Selon la Qâbala originelle, Râm exprime « la maison cosmique », c’est-à-dire tout l’univers perceptible en tant qu’existant et doué d’une capacité de prolifération. Et Abram est. celui qui, ayant traversé les différenciations, est animé d’une pulsation de vie capable de transfigurer cette prolifération jusqu’au niveau d’une fécondation cosmique. En termes réduits, l’action exercée par un Râm dans sa propre maison a un effet cosmique.

Abraham ne « croyait » pas, il constatait l’actualisation en lui de l’immanence YHWH, qu’il ressentait comme s’il s’était trouvé en présence d’un allié avec lequel on pouvait conclure un pacte d’alliance.

En fait de pacte, Abraham eut une révélation double. Elle comportait la Qâbala, pénétration directe de connaissance par compréhension, examen, vision et écriture ; et la Circoncision à huit jour, pénétration directe de mouvement vital, transmutation de l’érotisme animal au bénéfice d’une sensibilité en état d’alerte.

Je consacrerai plus loin des pages à la circoncision, une des deux clés du mystère d’Israël : celle qui met en mouvement le contenant qui est le corps, l’appareil sensoriel, le psychisme. L’autre clé est celle de l’intelligence cérébrale. Elle permet au contenu, au germe humain et cosmique, de se développer dans la direction de l’indéterminé. C’est la Qâbala.


Voir en ligne : Sophia Perennis