Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Louis Lavelle (1883-1951) > Lavelle : Connais-toi toi-même.

L’erreur de Narcisse

Lavelle : Connais-toi toi-même.

CHAPITRE II Le secret de l’intimité

mardi 9 août 2011

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Narcisse cherche en lui le secret du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
et c’est pour cela qu’il est déçu de se voir. Ce secret divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
est plus intime à lui que lui-même : il est l’intimité de l’Être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
pur. De lui, il n’y a point d’image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
. Il n’habite point cette fontaine qui se reflète dans le regard de Narcisse et retourne à son fils
filho
hijo
son
mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
dès que ce regard s’abolit. Il ne se montre qu’à un regard purement spirituel, au-delà de toutes les images et de tous les miroirs.

Tout ce que je peux imaginer dans le monde de plus noble et de plus beau beleza
belo
beauté
beau
beauty
belleza
, tout ce qui porte porte
porta
puerta
gate
door
pour moi la marque de la valeur Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
et que je puis aimer, c’est cela qui est mon intimité la plus profonde et, en le fuyant sous prétexte que j’en suis incapable ou indigne, c’est moi-même que je fuis. Les choses les plus superficielles et les plus basses, qui m’attirent ou qui me retiennent, ne sont qu’un divertissement qui m’éloigne de moi, non point proprement parce que je ne puis supporter le spectacle de ce que je suis, mais parce que je n’ai pas le courage d’exercer les forces dont je dispose, ni de répondre aux exigences que je trouve en moi.

Nous ne pouvons découvrir que notre être réside dans cette intimité secrète où nul ne pénètre que nous-même sans faire appel à l’introspection pour le connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
. Mais le moi ego
egoísmo
egoism
egoisme
le moi
le mien
« Je »
n’est qu’une possibilité possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
qui se réalise ; il n’est jamais fait ; il ne cesse de se faire. C’est pour cela qu’il y a deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
introspections : l’une, qui est la pire des choses, et qui me montre en moi tous ces états momentanés où je ne cesse de me complaire, l’autre, qui est la meilleure, et qui me rend attentif à une activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
qui m’appartient, à des puissances que j’éveille et qu’il dépend de moi de mettre en œuvre, à des valeurs que je cherche à reconnaître afin de leur donner un corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
.

Car la conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
n’est pas une lumière Licht
lumière
luz
light
phos
qui éclaire sans la changer une réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
préexistante, mais une activité qui s’interroge sur sa décision et qui tient entre ses mains mon propre destin Schicksal 
Geschick
Ge-schick
schicksalhaft
destin
co-destin
fado
destiny
destino
fate
destinal
. « Connais-toi toi-même », dit Socrate, comme s’il conseillait déjà Narcisse. Mais Socrate savait bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que celui qui se connaît ne cesse de s’approfondir et de se dépasser. Si les anciens disent « connais-toi » et les chrétiens « oublie-toi », c’est qu’ils ne parlent pas du même moi : et l’on ne peut connaître l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
qu’à condition d’oublier l’autre.


Voir en ligne : Les classiques des sciences sociales