Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Origène (185-254) > Crouzel : QU’Y A-T-IL DE COMMUN ENTRE ABIMÉLECH ET ISAAC ? (III)

Origène et la philosophie

Crouzel : QU’Y A-T-IL DE COMMUN ENTRE ABIMÉLECH ET ISAAC ? (III)

Les différentes écoles.

lundi 17 juin 2013

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

La diversité des écoles ou sectes (aireseis) n’inspire pas à Origène Origène
Orígenes
Origen
le scepticisme : elle lui semble inévitable. « Dans toute matière matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
d’étude qui a un fondement Grund
Fundament 
fondement
fundamento
Fundamente
fondations
fondation
ādhāra
root
sérieux et est utile à l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
, on trouve des sectes. » Telle est la médecine, telle est aussi la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
 :

’’Puisque le but de la philosophie est d’enseigner la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
et la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jnāna
jnana
des êtres, puisqu’elle expose comment vivre et qu’elle essaie de nous apprendre ce qui est utile à notre race lignage
linhagem
lineage
race
raça
caste
casta
, puisque les questions qu’elle pose permettent une grande diversité d’opinions, elle donne naissance à un nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
considérable de sectes, dont les unes sont célèbres et les autres moins.’’

Le Judaïsme lui aussi connaît diverses écoles rabbiniques.

’’Mais personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
ne refuse la médecine à cause causa
cause
aitia
aitía
aition
des sectes qui sont en elles : de même il n’est pas concevable que, recherchant ce qui convient, on haïsse la philosophie, en donnant pour prétexte la multiplicité Vielfalt
Mannigfaltigkeit
multiplicité
multiplicidade
multiplicidad
multiple
múltiplo
multiplicity
dez mil
ten thousand
dix mille
des sectes.’’

On peut en effet appliquer à la philosophie aussi bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
qu’au Christianisme la remarque de saint sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
Paul, I Cor couleur
cor
color
. XI, 19 : « Il faut qu’il y ait des sectes parmi vous afin qu’elles manifestent ceux dont la vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
est éprouvée » :

’’Si on peut considérer comme compétent le médecin qui s’est exercé dans différentes sectes, les a examinées avec sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
et a choisi la meilleure, celui qui est compétent en philosophie a pareillement connu beaucoup de doctrines darshana
doctrines
points de vue
, s’est exercé en chacune d’elles et a donné son assentiment à celle qui l’emporte.’’

C’est pourquoi dans son école de Césarée, suivant le témoignage de saint Grégoire le Thaumaturge, Origène faisait lire des philosophes de toute école, pour développer le sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
critique de ses élèves et les empêcher de s’attacher idolâtriquement à un système en le prenant pour la vérité absolue. Le chrétien n’adhère ainsi qu’à la Parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
 : chez les philosophes il prend son bien où il le trouve. Ces divergences ne portent pas d’ailleurs sur des points mineurs.

Il y a une hiérarchie à mettre parmi ces sectes. Origène interdisait à ses élèves la lecture des athées. On aurait tort, pense-t-il, d’accuser la philosophie à cause des sophistes sophistes
sofistas
sophists
sophiste
sofista
sophist
, Epicuriens et Péripatéticiens, de tous ceux qui pensent mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
. Certaines écoles sont supérieures aux autres et participent un peu au Logos logos
λόγος
lógos
o Verbo
 ; d’autres, Epicuriens ou Péripatéticiens, prononcent des paroles perverses et athées, suppriment la Providence providence
providência
providencia
pronoia
et donnent à l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
un autre but que la recherche Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
du bien.

La sagesse de Dieu, distinguée suivant I Cor. II, 6-7, de celle du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
et de celle des princes de ce monde, englobe, selon un passage du Contre Celse, contrairement à l’interprétation habituelle d’Origène, certaines écoles philosophiques : la démarcation se situe alors entre les doctrines matérialistes et les spiritualistes, même si ces dernières n’ont pas, comme Abimélech, « atteint pleinement et parfaitement la règle de la religion Religion
religion
religião
religión
 ». Les sages de ce monde ne s’occupent pas « des réalités intelligibles intelligible
intelligibles
noeton
kosmos noetos
inteligível
inteligíveis
inteligible
inteligibles
, invisibles et éternelles », mais seulement des sensibles, qui seules ont pour eux de l’importance : leurs doctrines « sont favorables à la matière et aux corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, ils disent que les substances primordiales sont les corps et que rien n’existe de ce qu’on nomme invisible ou incorporel ». Les matérialismes épicurien et stoïcien sont visés par cette condamnation.

’’Mais les doctrines qui font monter l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
des réalités d’ici-bas jusqu’à la béatitude joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
qui l’attend près de Dieu, dans ce qu’on nomme son royaume, celles qui enseignent à mépriser comme transitoire le sensible et le visible, pour qu’on se hâte vers l’invisible et qu’on contemple ce qui ne se voit pas, (la Parole divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
) les appelle « Sagesse de Dieu ».

Tel est surtout le platonisme.

’’Un autre passage du même livre donne l’ordre des préférences philosophiques d’Origène en matière d’écoles en commençant par le pire : c’est le défilé des mauvais médecins à qui Celse fait confiance pour guérir les blessures des âmes. En tête marchent Epicure et les siens, négateurs de la Providence, partisans du plaisir plaisir
prazer
pleasure
hedone
kama
kāma
kâma
amour du plaisir
philedonía
. Viennent ensuite les Péripatéticiens, eux aussi négateurs de la Providence, supprimant toute relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
entre l’homme et Dieu. En troisième lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
les Stoïciens et leur dieu matériel, corruptible et changeant. Enfin ceux qui professent « la stupidité de la métensomatose ». Les Pythagoriciens sont ici directement visés, qui veulent que les âmes passent dans des corps d’animaux et même dans des êtres « sans imagination image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
 » (aphantaston), allusion vraisemblable aux fèves. Mais les Platoniciens sont aussi atteints, car Origène leur adresse souvent le même reproche. Tel est l’ordre que nous allons suivre.’’


Voir en ligne : Origène