Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Platon > Brochard : LES MYTHES DANS LA PHILOSOPHIE DE PLATON

ÉTUDES DE PHILOSOPHIE ANCIENNE ET DE PHILOSOPHIE MODERNE

Brochard : LES MYTHES DANS LA PHILOSOPHIE DE PLATON

V. Brochard

lundi 17 juin 2013

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Parmi les questions préjudicielles que doit nécessairement résoudre quiconque veut pénétrer un peu avant dans la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
de Platon Platon
Plato
Platão
Platón
Platon (en grec ancien Πλάτων) (427-348 aC)
se trouve au premier rang celle de la valeur Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
des mythes. Il est certain que Platon a souvent présenté ses doctrines darshana
doctrines
points de vue
sous forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
poétique ou allégorique allégorie
allégorique
alegoria
alegórico
allegory
. Il s’est complu dans la fiction, et il n’est presque pas de dialogue où l’on ne puisse, en cherchant bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
, découvrir des mythes plus ou moins développés. Il semble que ce soit surtout sur les questions essentielles, celles de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
, de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, de la vie Leben
vie
vida
life
zoe
future, que le philosophe ait pris plaisir plaisir
prazer
pleasure
hedone
kama
kāma
kâma
amour du plaisir
philedonía
à présenter sa pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
sous la forme la plus opposée à sa méthode ordinaire qui est la dialectique dialectique
dialegesthai
dialegein
dialética
dialéctica
dialectic
. Certains dialogues, tels que le Timée, le plus considérable à la fois par l’étendue et l’importance des questions qu’ils traitent, puisqu’il s’agit de la formation du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, de l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
des dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
et des âmes, paraissent mythiques d’un bout à l’autre. Que faut-il penser de cette intervention perpétuelle de l’imagination image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
dans l’exposé des doctrines platoniciennes ? Doit-on rejeter impitoyablement et considérer comme étranger à la philosophie de Platon ce qui est présenté sous forme poétique ou paraît entaché de mythologie mythe
mito
myth
mythos
mythologie
mitologia
mythology
mitología
 ? Peut-on au contraire admettre que les mythes renferment au moins une part de vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
et que, à certains égards et dans une mesure qui reste à déterminer, ils font partie intégrante de la philosophie platonicienne ?

La première de ces solutions, la plus simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
et la plus radicale, celle aussi qui, à certains égards, convient le mieux à la doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
d’un véritable philosophe, devait séduire beaucoup de bons esprits. Elle a été défendue avec une force singulière dans un travail travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
remarquable, très approfondi et très documenté, publié par M. Louis Couturat sous forme de thèse latine : De Mythis platonicis. Et il faut convenir que les raisons que le jeune et savant auteur met en avant méritent une sérieuse considération.

Personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
, peut-être parmi les philosophes anciens, n’a eu plus que Platon l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
nette de ce que doit être la science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
et de la différence qui la sépare des autres modes d’affirmation. L’objet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
de la science ne comporte aucun changement anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
, demeure toujours identique à soi-même Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
 ; la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
seule, soit par l’intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
, soit par la démonstration Beweis
démonstration
prova
proof
, peut l’atteindre. L’opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
, au contraire, est infiniment variable et changeante. La vraisemblance présente une infinité Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
de dégrées, Elle est essentiellement fuyante et mobile. On sait le jugement de Platon sur les poètes et comment il traite Homère dans sa République. Il est plein d’admiration pour eux, mais les considère comme dangereux et se défie de leurs inventions. Comment supposer qu’un pareil philosophe ait pu, dans l’exposé de ses propres doctrines, recourir à un procédé d’exposition si éloigné de sa manière habituelle de raisonner, et peut-on voir autre chose qu’un jeu jeu
jogo
juego
play
lila
lîlâ
game
dans les fictions où il se complaît quelquefois, parce que c’est la mode de son temps, et que, d’ailleurs, le tour naturel de son esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
l’y inclinait peut-être ? Mais il ne semble pas possible qu’il ait jamais présenté sous la forme poétique une doctrine qu’il aurait prise au sérieux ou quelque proposition qu’il aurait eu à cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
de défendre.

C’était l’usage, au temps de Platon, d’invoquer les anciens poètes et principalement Homère, Hésiode ou Simonide, en toute circonstance et à tout propos. Les ouvrages d’Homère et d’Hésiode étaient pour l’antiquité ce que les livres saints ont été longtemps pour les modernes, et il faut se souvenir qu’alors on n’avait guère d’autres livres. C’est là qu’on allait chercher de beaux exemples, des préceptes et des règles de conduite. On voit, par les dialogues mêmes, dans le Protagoras notamment, que c’était un exercice favori des sophistes sophistes
sofistas
sophists
sophiste
sofista
sophist
de choisir quelque pensée dans un vieux poêle, de la développer, de la commenter et d’en tirer souvent les conséquences les plus singulières et les applications les plus inattendues. Or contre ces jeux d’esprit alors si répandus et si fréquents Platon s’élève sans cesse avec la plus grande énergie. On sent tout son mépris pour ces vaines divagations. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire entre autres le Phèdre et le Protagoras. Comment croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
que Platon soit tombé précisément dans le défaut vice
vices
vício
vícios
défaut
malice
malícia
kakíai
qu’il reproche à ses contemporains et qu’il ait revêtu ses propres pensées de cette forme poétique qu’il proscrit partout où il la retrouve, et qui lui semble, à elle seule, une marque d’erreur et de fausseté ? Il faut donc que partout où le caprice de Platon s’est joué à quelque vision poétique, nous soyons avertis que ce n’est là qu’un jeu, et on doit écarter de sa philosophie, si l’on veut la saisir en elle-même, tout ce qui n’est pas sévèrement démontré et rigoureusement établi. L’imagination est suspecte partout où elle se manifeste. En procédant avec cette rigueur, on arrive, comme l’a montré M. Couturat, à écarter comme sans valeur une grande partie de la philosophie de Platon. La théorie de Dieu est un mythe ; il en est de même de celle de l’âme et de la doctrine relative à l’immortalité imortalidade
immortalité
immortality
inmortalidad
athanatos
. L’explication de l’univers Univers
Universo
Universe
, telle qu’elle est présentée dans le Timée, n’a rien de platonicien. Seules la théorie des Idées et la théorie des Idées-Sombres qui s’y rattache, et peut-être en fait la suite, méritent considération. Il ne reste que peu de chose du Platonisme, mais au moins ce que nous en avons est solide, démontré, et, comme il est exempt de toute fantaisie, digne du nom de la science.

Cette opinion si simple et si plausible ne paraît pas cependant à l’abri de toute contestation, et je serais disposé, pour ma part, à faire les réserves les plus expresses. Je crois bien qu’il faut accordera M. Couturat que, dans Platon, les théories de Dieu, de l’âme et de l’immortalité, l’explication de la genèse genèse
genesis
génesis
du monde sont mythiques. Mais la question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
est de savoir Wissen
saber
savoir
si tout ce qui est mythique est, par là même, suspect, et doit être rejeté. Il faudrait s’entendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
sur la signification signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
exacte du mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
« mythe », et je suis porté à croire que certains mythes expriment la pensée la plus intime de Platon, et que, malgré leur forme mythique, la plupart des grandes théories qui viennent d’être nommées font partie intégrante du système au même titre que la théorie des Idées.

D’abord, si on élimine du Platonisme toutes ces grandes théories, que restera-t-il ? A vrai dire, la théorie des Idées et peut-être aussi celle des Idées-Nombres Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
sont seules, on vient de le voir, à trouver grâce devant une critique trop impitoyable. Mais comment croire que Platon s’en soit tenu là, et qu’il se soit borné à poser les principes, sans chercher à en déduire les conséquences et les applications, qu’il ait renoncé à expliquer le monde, l’âme et Dieu ? Le Platonisme, ainsi réduit, ressemble vraiment trop à l’Eléatisme. Comment croire surtout que, si tel était le Platonisme véritable et authentique, Aristote Aristote Aristote (Ἀριστοτέλης) et les anciens s’y soient trompés, et qu’Aristote nous parle souvent des théories du Timée sur l’âme et sur la matière matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
en les prenant fort au sérieux ?


Voir en ligne : Platon

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?