Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Borella : L’intellect et la raison

La Charité profanée

Borella : L’intellect et la raison

Jean Borella

samedi 2 août 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

On voit par là tout ce qui distingue la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
de l’intellect noûs
Vermeinen
notar
intellect
intelecto
νούς
buddhi
buddhih
VIDE intelligence
(en grec : dianoia et noûs). Sans doute cette distinction ne va-t-elle pas jusqu’à la séparation discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
totale, puisque la ratio est la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
brisée et fragmentaire de l’intellectus. Mais on ne saurait les confondre, pas plus qu’il n’est possible de nier l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
ou l’autre de ces modes de l’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
cognitive. C’est pourtant ce qu’ont fait maints philosophes. Et, bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que dans le présent chapitre nous entendions suivre seulement le fil de l’analyse philosophique, sans référence à des doctrines darshana
doctrines
points de vue
particulières, cependant, parce que nous sommes imbus d’une culture profondément déformée, et que notre vocabulaire s’en ressent, quelques allusions historiques sont ici nécessaires.

La confusion de l’intellectus et de la ratio s’opère avec la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
de Descartes Descartes René Descartes (1596-1650), mathématicien, physicien et philosophe français. . A dire vrai, cette confusion est assez étonnante, puisque, nous le verrons, ces termes avaient toujours été distingués, en particulier chez saint sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
Thomas d’Aquin Thomas d'Aquin
Tomás de Aquino
Thomas of Aquinas
, et que Descartes ne pouvait guère l’ignorer. C’est pourtant ce qui se passe. Dans la Deuxième Méditation méditation
meditação
meditation
meditación
meditatio
métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
, où il entreprend de prouver que la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
est plus aisée à connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
que celle du corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, Descartes, après avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
établi l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
de cette nature demande en quoi elle consiste et il répond : « Sum igitur res cogitans, id est mens, sive animus, sive intellectus, sive ratio », c’est-à-dire : je suis donc chose pensante, ou encore esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
, ou encore âme, ou encore intellect, ou encore raison. Ce qui fait difficulté dans ce texte ce n’est point l’équivalence qu’il établit entre mens et animus, car une telle équivalence peut se réclamer d’une longue tradition diadosis
tradition
tradição
tradición
, et on la rencontre dans diverses cultures [1]. Mais il en va autrement pour intellectus et ratio, termes que la tradition philosophique antérieure avait presque constamment distingués.

Quant à la négation de l’intellectus, ou intellect intuitif, elle est l’œuvre de la philosophie kantienne. A vrai dire, elle se présente comme la conséquence logique lógica
logique
logic
Logik
tarka-vidyā
nyāya
nyaya
de la confusion cartésienne. S’efforçant de prendre une conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
critique de la raison (Critique de la Raison pure) Kant Kant Emmanuel Kant (Immanuel en allemand), philosophe allemand n’y aperçoit pas ce pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
de connaissance intuitive (intellectus intuitivus) dont la dotait la confusion cartésienne (sive intellectus, sive ratio). Et, puisqu’il n’y a pas d’intellectus, il n’y a point de métaphysique possible : « ... l’intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
intellectuelle, en effet, n’est pas la nôtre, et (...) nous ne pouvons même pas en envisager la possibilité » [2]. La raison (Vernunft) devenant alors la faculté supérieure de connaissance, Kant est amen Amen
Amém
Āmēn
Āmyn
é à inverser les rapports que toute la tradition philosophique antérieure avait admis, et à appeler entendement (Verstand, intellectus) l’activité cognitive inférieure, à savoir Wissen
saber
savoir
, celle qui revêt les connaissances sensibles d’une forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
conceptuelle et que nous avons appelée mentale. De la confusion à l’inversion négatrice, c’est le chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
parcouru par la décadence intellectuelle de l’Occident.


Voir en ligne : Jean Borella


[1Par exemple, en sanscrit, le mot manas peut désigner : 1) le mental (l’activité pensante, le sens interne) ; 2) la conscience individuelle ; 3) l’esprit ou l’intellect (qui cependant se dit plutôt buddhi).

[2Critique de la Raison pure, trad. Tremesaygues et Pacaud, P. U. F., p. 226.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?