Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Maître Eckhart (1260-1327) > Ancelet-Hustache : Eckhart - Sermon III

Sermons de Maître Eckhart

Ancelet-Hustache : Eckhart - Sermon III

Résumé du Sermon III

samedi 2 août 2014, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Dans le sermon ci-dessous, il est encore question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
et de la volonté voluntas
volonté
vontade
voluntad
volition
the will
icchā
qui unissent l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
à Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
.

Ainsi que le fait remarquer Josef Quint, Eckhart Meister Eckhart
Mestre Eckhart
Maître Eckhart
Eckhart
emploie habituellement l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
des termes verstantnisse (bekantnisse), vernünfticheit (vernunft), de sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
proche, quand il veut les mettre en opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
à la volonté. Au début du sermon 3, au contraire, il assigne un rôle différent à la bekantnisse (connaissance) et à la vernünfticheit (intellect noûs
Vermeinen
notar
intellect
intelecto
νούς
buddhi
buddhih
VIDE intelligence
). La connaissance fait la percée, court en avant, fait entrer l’intellect dans l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
pur, c’est-à-dire dans le Dieu sans voile, la Déité. La connaissance (bekantnisse) est une princesse, dira un peu plus loin le prédicateur, semblant bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
l’identifier à l’intellect puisqu’il attribue ici à la seule connaissance (bekantnisse) les rôles qu’il avait précédemment partagés entre la connaissance (faire la percée) et l’intellect (trouver Dieu sans voile). Et comme s’il éprouvait un regret d’avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
donné à la volonté une trop petite place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
, Eckhart ajoute : « ... elle (la connaissance) dit alors à sa compagne la volonté ce dont elle a pris possession, bien qu’elle ait eu déjà auparavant la volonté, car ce que je veux, je le cherche... »

Malgré quelque flottement dans les termes, la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
d’Eckhart reste lisible : c’est la connaissance qui s’empare de l’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
de Dieu, non la volonté.

Les maîtres enseignent que l’ange anjo
anjos
ange
anges
angel
angeles
arcanjo
arcanjos
archange
archanges
deva
devas
est le plus proche de Dieu (ange signifie celui qui porte porte
porta
puerta
gate
door
un message), c’est pourquoi il est envoyé à l’âme afin de la ramener à la « première image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
 », l’image originelle, Dieu, où toutes choses ne sont qu’un.

Quelques lignes plus loin, Eckhart insiste sur cette union déification
theosis
deificação
deificación
union
união
unión
 : l’âme est établie dans la pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
première, dans l’impression expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
de la pure essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
, où elle goûte Dieu avant qu’il revête vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
ou cognoscibilité..., c’est-à-dire sans ses attributs : Sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
, Justice dike
dikaiosyne
justice
justiça
justicia
imparcialidade
justo
imparcial
compliance
Δίκη
, Bonté et autres, mais là où il est « diû gotheit », la Déité.

Un paragraphe du sermon établit une sorte de controverse entre « les maîtres » qui pensent que les connaissances acquises ici-bas demeureront dans l’éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
, et saint sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
Paul qui le nie ; mais, pense Eckhart, même si cette connaissance demeure, elle sera comme une insensée (torinne), comparée à la pure vérité qui sera donnée là-haut, car tout ce que nous voyons ici soumis au changement anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
sera là immuable et proche, présent et hors du temps.

Une phrase de Nunc scio vere... a attiré les foudres des censeurs de Cologne (Deuxième acte acte
puissance
energeia
dynamis
d’accusation). Ils ont traduit ainsi une phrase qui se trouve deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
fois dans notre sermon : Omne quod est, hoc est deus (tout ce qui est est Dieu), ce qui rend un son nettement panthéiste, alors que l’original - swaz in gote ist, daz ist got - (tout ce qui est en Dieu est Dieu) ne propose qu’un lieu commun de la scolastique. Et, dit Josef Quint, la tradition diadosis
tradition
tradição
tradición
manuscrite est unanime quant aux deux citations. Nous avons ici une preuve de plus de la façon dont les attaques contre Maître guru
enseignant
professeur
maître
mestre
professor
Eckhart ont été menées.


Voir en ligne : SERMON III

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?