Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Origène (185-254) > Crouzel : Autres doctrines de Platon.

Origène et la philosophie

Crouzel : Autres doctrines de Platon.

Henri Crouzel

dimanche 3 août 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Origène Origène
Orígenes
Origen
croit en ce qui concerne l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
des noms à une relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
réelle, de nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
quasi-magique, entre le signifiant et le signifié : il l’utilise dans le Contre Celse pour expliquer aux païens à qui il s’adresse pourquoi les chrétiens n’acceptent pas, même sous la menace des supplices, de donner à Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
des noms païens. Il s’appuie sur un passage du Philèbe, à vrai dire bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
laconique, qu’il cite librement à deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
reprises. Philèbe a appelé la volupté une déesse. Socrate Socrate
Sokrates
Sócrates
Socrates
Socrate (en grec Σωκράτης Sōkrátēs), philosophe de la Grèce antique (Ve siècle av. J.-C.)
ne veut pas qu’on attribue avec tant de désinvolture le nom divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
et dit à son interlocuteur : « J’ai une grande révérence, Protarque, pour les noms des dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
. »

Platon Platon
Plato
Platão
Platón
Platon (en grec ancien Πλάτων) (427-348 aC)
croit comme Pythagore Pythagore
Pitágoras
Pythagoras
Pythagore (en grec Πυθαγόρας), (569 ?-494 ? aC)., mathématicien, philosophe et astronome.
à l’immortalité imortalidade
immortalité
immortality
inmortalidad
athanatos
de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
et à la vie Leben
vie
vida
life
zoe
bienheureuse. Il dit que certains ont vu autour des tombes les « fantômes ombreux » (skioeide phantasmata) des défunts : Origène oppose ce texte à l’incrédulité de Celse envers la résurrection du Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
. Mais la métensomatose rend la doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
platonicienne bien inférieure à celle des chrétiens. Elle

’’... rabaisse la divinité, non seulement jusqu’aux mortels doués de raison, mais même jusqu’aux êtres déraisonnables, avec le mythe mythe
mito
myth
mythos
mythologie
mitologia
mythology
mitología
de la métensomatose, qui fait tomber l’âme des voûtes du ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
pour la ravaler au rang des animaux sans raison, non seulement de ceux qui sont apprivoisés, mais même des plus sauvages. Le mythe du Phèdre est ici visé. Lorsque Celse insinue que toutes les âmes sont de même nature, celles des fourmis et celles des hommes Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
, Origène remarque : « En bien des passages Celse essaie de platoniser. » En effet « le platonicien qui croit à l’immortalité de l’âme et à tout ce qui est dit d’elle à propos de la métensomatose » est traité de fou par les autres écoles helléniques,

’’... par les Stoïciens qui raillent son acceptation acceptation
aceitação
acceptación
douceur
mansidão
souplesse
mou
flexibilité
de ces doctrines darshana
doctrines
points de vue
, par les Péripatéticiens qui parlent partout des fredonnements de Platon, par les Épicuriens qui dénoncent la superstition de ceux qui introduisent la Providence providence
providência
providencia
pronoia
et mettent un Dieu sur l’univers Univers
Universo
Universe
.’’

Origène ne fait guère usage du tripartisme platonicien de l’âme, le raisonnable, l’irascible et le concupiscible, noûs noûs
Vermeinen
notar
intellect
intelecto
νούς
buddhi
buddhih
VIDE intelligence
, thymos thymos
thumos
θυμός
, epithymia désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
. Son tripartisme à lui, d’origine paulinienne, ne concerne pas l’âme seule, mais l’homme entier : c’est l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
, pneuma pneuma
πνεῦμα
souffle
sopro
breath
prāna
prāṇa
prana
Vayu
, l’âme, psyche, composée d’une partie supérieure, le noûs ou hegemonikon, et d’une partie inférieure, la zone des sensations, imaginations et impulsions, enfin la chair chair
sarx
carne
carnal
carnalidade
carnalidad
carnality
charnel
, sarx, ou le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, soma. Dans le Péri Archon il rejette la division discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
platonicienne, car il ne la voit pas confirmée par l’Écriture : il l’exprime ainsi :

’’Certains grecs ont émis l’opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
que notre âme, une par sa substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
,
serait composée de plusieurs parties, une partie raisonnable et une partie
déraisonnable, cette dernière divisée elle-même en deux sentiments Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
, la
cupidité et la colère colère
orge
rancoeur
hostilité
animosité
inimitié
méchanceté
.’’

Il l’utilise cependant incidemment, comme dans l’explication des Chérubins d’Ézéchiel, combinée à son propre tripartisme :

’’Par l’homme est indiquée la faculté raisonnable, par le lion la colère,
par le veau la concupiscence... L’aigle signifie l’esprit qui préside à l’âme,
l’esprit de l’homme qui est en lui.’’

Des fragments voient enfin dans l’irascible et le concupiscible la partie inférieure de l’âme, qui est ténèbres tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
, sans distinguer les sentiments plus nobles des plus bas. Ils sont séparés du noûs, partie supérieure de la psyche, que le Seigneur Shiva
Śiva
le Seigneur
éclaire et qui doit illuminer l’obscurité de la zone basse, sans se laisser enténébrer par elle.


Voir en ligne : Origène