Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) > Saint-Martin : la musique, image de l’universelle production des (...)

André Tanner - Louis-Claude de Saint-Martin

Saint-Martin : la musique, image de l’universelle production des choses

Sélection et organisation thématique

vendredi 12 octobre 2007

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Ce n’est pas assez que nous ayons vu dans l’accord Wachseinlassen
deixar-acordar
harmonia
harmonie
harmonía
harmony
accord
acordo
concordance
concordância
concórdia
agreement
parfait la représentation de toutes choses en général et en particulier, nous y pouvons voir encore, par de nouvelles observations, la source de ces mêmes choses et l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
de cette distinction qui s’est faite avant le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
entre les deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
principes, et qui se manifeste tous les jours dans le temps.

Pour cet effet, ne perdons pas de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
la beauté beleza
belo
beauté
beau
beauty
belleza
et la perfection perfection
perfeição
perfección
entelecheia
de cet accord parfait qui tire de lui seul tous ses avantages ; nous jugerons aisément que s’il fut toujours demeuré dans sa nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
, l’ordre et une juste harmonie auraient subsisté perpétuellement, et le mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
serait inconnu, parce qu’il ne serait pas né, c’est-à-dire, qu’il n’y aurait jamais eu que l’action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
des facultés du principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
bon, qui se fût manifestée, parce qu’il est le seul réel Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
et le seul véritable.

Comment est-ce donc que le second principe a pu devenir mauvais ? Comment se peut-il que le mal ait pris naissance et qu’il ait paru ? N’est-ce pas lorsque le son supérieur et dominant de l’accord parfait, l’octave enfin, a été supprimée et qu’un autre son a été introduit à sa place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
 ? Or, quel est ce son qui a été introduit à la place de l’octave ? C’est celui qui la précède immédiatement, et l’on sait que le nouvel accord qui est résulté de ce changement anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
, se nomme accord de septième. L’on sait aussi que cet accord de septième fatigue l’oreille, la tient en suspens, et demande à être « sauvé », en termes de l’art Kunst
arte
art
.

C’est donc par opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
de cet accord dissonant et de tous ceux qui en dérivent, à l’accord parfait, que naissent toutes les productions musicales, lesquelles ne sont autre chose qu’un jeu jeu
jogo
juego
play
lila
lîlâ
game
continuel, pour ne pas dire un combat combat
agon
lutte
agôn
entre l’accord parfait ou consonant et l’accord de septième, ou généralement tous las accords dissonants.

Pourquoi cette Loi, ainsi indiquée par la Nature, ne serait-elle pas pour nous l’image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
de la production Herstellen
produire
produzir
production
producir
Herstellung
produção
production
poiesis
poiein
producteur
produtor
productor
universelle des choses ? Pourquoi n’en trouverions-nous pas ici le principe, comme nous en avons trouvé plus haut l’assemblage skandha
khandas
agrégat
amas
agregado
composto
assemblage
et la constitution dans l’ordre des intervalles de l’accord parfait ? Pourquoi, dis-je, ne toucherions-nous pas au doigt et à l’oeil la course, la naissance et les suites de la confusions universelle temporelle, puisque nous savons que dans cette Nature corporelle, il y a deux principes qui sont sans cesse opposés, et puisqu’elle ne peut se soutenir que par le secours de deux actions contraires, d’où proviennent le combat et la violence que nous y apercevons : mélange de régularité et de désordre que l’harmonie nous représente fidèlement par l’assemblage des consonances et des dissonances, qui constitue toutes les productions musicales ? [...]

Revenons encore à la septième, et remarquons que si c’est elle qui fait diversion avec l’accord parfait, c’est aussi par elle que se fait la crise et la révolution, d’où doit sortir l’ordre et renaître renaître
renascer
reborn
la tranquillité de l’oreille, puisque à la suite de cette septième on est indispensablement obligé de rentrer dans l’accord parfait. Je ne regarde point comme contraire à ce principe ce qu’on nomme en musique musique
música
music
mousike
une suite de septièmes, qui n’est autre chose qu’une continuité de dissonances, et qu’on ne peut absolument se dispenser de terminer toujours par l’accord parfait ou ses dérivés.

Ce sera donc encore cette même dissonance qui nous répétera ce qui se passe dans la Nature corporelle, dont le cours n’est qu’une suite de dérangements et de réhabilitations. Or, si cette même observation Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
nous a indiqué précédemment la véritable origine des choses corporelles, si elle nous fait voir aujourd’hui que tous les êtres de la Nature sont assujettis à cette loi violente qui préside à leur origine, à leur existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
et à leur fin, pourquoi ne pourrons-nous pas appliquer la même loi à l’univers Univers
Universo
Universe
entier, et reconnaître que si c’est la violence qui l’a fait naître et qui l’entretient, ce doit être aussi la violence qui en opère la destruction ?

C’est ainsi que nous voyons qu’au moment de terminer un morceau de musique, il se fait ordinairement un battement confus, un trille, entre une des notes de l’accord parfait et la seconde ou la septième de l’accord dissonant, lequel accord dissonant est indiqué par la basse qui tient communément la note fondamentale, pour ramener ensuite le total à l’accord parfait ou à l’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
.

On doit voir encore que, puisque après cette cadence musicale on rentre nécessairement dans l’accord parfait, qui remet tout en paix paix
paz
peace
shalom
śanti
et en ordre, il est certain qu’après la crise des éléments, les principes qui en sont combattus doivent aussi retrouver leur tranquillité, d’où, faisant la même application à l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
, l’on doit apprendre combien la vraie connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
de la musique pourrait la préserver de la crainte Furcht
Furchtbar 
peur
redoutable
temor
medo
fear
miedo
frayeur
crainte
de la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
, puisque cette mort n’est que le trille qui termine son état de confusion, et le ramène à ses quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
consonances.

(Des Erreurs et de la Vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
.)


Voir en ligne : LE PHILOSOPHE INCONNU

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?