Philosophia Perennis

Accueil > Symbolisme > Charbonneau-Lassay : L’Aigle

Le Bestiaire du Christ

Charbonneau-Lassay : L’Aigle

Le Tétramorphe

mardi 5 août 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Survint alors l’établissement du Christianisme, suivi de très près par la création Création
Criação
criação
creation
creación
de sa liturgie liturgie
λειτουργία
leitourgía
liturgy
liturgia
liturgía
et de son symbolisme symbolon
symbolisme
symboles
symbole
simbolismo
símbolo
símbolos
symbol
symbolism
symbols
. En ce dernier domaine, l’aigle devint une excellente figure du Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
. On appliqua à sa Personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
et à son ascension ascensão
ascension
anabasis
triomphale la parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
de Jérémie : « Voilà qu’il montera comme l’aigle ; il étendra ses ailes sur Bosra, et le cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
des forts de l’Idumée sera en ce jour comme le cœur d’une femme femme
mulher
woman
mujer
feminino
féminin
feminin
fêmea
female
qui enfante » ; et cette autre du Livre des Proverbes ; « La voie Tao
Dao
la Voie
The Way
de l’aigle est au ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
" ». Aussi La Clef du pseudo Méliton de Sardes déclara-t-elle que l’Aigle, c’est le Christ, « Aquila Christus. »

Et quand, les ailes étendues et le regard souverain jeté dans l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
infini Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
, l’aigle plane en majesté entre les sigles glorificateurs du Soleil et de la Lune Lune
lua
luna
moon
, comme sur le sarcophage n° IV du Latran, il devient l’illustration de la parole paulinienne : « Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
l’a exalté et lui a donné un Nom qui est au-dessus de tout nom ; afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
et dans les enfers ».

Ailleurs, l’Aigle est donné comme symbole du Seigneur, et de la Divinité divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
du Fils fils
filho
de Dieu ; Dominus, et Divinitas Filii Dei.

En même temps, il apparaît bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
aussi que l’oiseau glorieux, dont la Rome impériale avait fait l’emblème de son triomphe et de son universelle domination en raison du rôle qu’il jouait dans l’apothéose de ses souverains, de ses qualités d’oiseau conquérant et de la fierté de son attitude, devint aussi, pour les chrétiens, après la conversion résorption
ressorção
conversion
conversão
conversión
strophe
de Constantin et l’édit libérateur de 314, l’emblème du triomphe de la Religion Religion
religion
religião
religión
du Christ sur le paganisme persécuteur et de son universelle diffusion.

C’est probablement le sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
qu’eut l’aigle sur les lampes chrétiennes du IVe siècle à Carthage et ailleurs, et aussi sur le beau beleza
belo
beauté
beau
beauty
belleza
fragment d’un sarcophage d’Arles où l’aigle apparaît, les ailes au vol plané, tenant sur sa poitrine une couronne au centre centre
centro
center
de laquelle se voit encore la moitié d’un a Chrismon », le I et le X superposés.


Voir en ligne : Charbonneau-Lassay