Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Jacob Boehme (1575-1624) > Boehme : De la pure virginité

De l’incarnation de Jésus-Christ

Boehme : De la pure virginité

Jacob Boehme

mardi 26 août 2014

Extrait de « De l’incarnation de Jésus-Christ ».

CHAPITRE XII. De la pure virginité ; comment nous, pauvres enfants d’Eve, nous devons, de la pure et virginale chasteté, être conçus dans l’incarnation de Christ et naître de nouveau en Dieu, autrement nous ne verrons pas Dieu.

1. Nous, pauvres enfants d’Eve, ne trouvons en nous aucune vraiment pure, chaste et virginale pensée , car la mère Eve qui était une femme, nous a tous fait mâle ou femelle : par Adam et Eve nous sommes tous devenus des hommes et des femmes, à moins que par notre volonté désirante nous n’entrions dans la céleste virginité en laquelle Dieu nous a réengendrés de Christ en vierges. Non selon la vie terrestre, dans laquelle il n’y a ni chasteté ni pureté, mais selon la vie de la céleste vierge en laquelle Christ devint homme, dont fut revêtue Marie par l’obombrement du Saint-Esprit ; qui est sans fond, sans limite ni fin, qui est en tous lieux devant la divinité et est un miroir et ressemblance de la divinité. Dans celte vierge, en laquelle habite la Sainte-Trinité, dans laquelle avant les temps de ce monde nous avons été vus par l’esprit de Dieu et reconnus dans le nom de Jésus, devons-nous entrer par notre esprit de volonté. Car notre vraie image, dans laquelle nous sommes la ressemblance de Dieu, s’est éclipsée pour nous en Adam et Eve et est devenue terrestre, ce qui eut lieu par le désir ou imagination : ainsi nous fut cachée la claire face de Dieu, car nous perdîmes la céleste chasteté.

2. Mais puisque, par grâce et par amour pour nous, Dieu nous a de nouveau découvert dans l’incarnation de Christ sa lumineuse face, il ne s’agit plus que de ceci, savoir, que tout comme en Adam nous avons porté notre imagination dans la passion terrestre et en sommes devenus terrestres, nous mettions maintenant de nouveau notre volonté désirante dans la céleste vierge et y placions notre amour ; alors notre image sort de la femme terrestre et reçoit l’essence et la propriété virginales, dans lesquelles Dieu habite et où l’image de l’âme peut de nouveau atteindre la face de Dieu.

3. La raison extérieure dit : Comment peut-il se faire que nous soyons réengendrés de la vierge de laquelle Christ naquit ? - Elle voit uniquement Marie. - Mais nous n’entendons pas Marie qui est une vierge créaturelle, telle que nous devenons dans l’immatériel régime virginal. - Nous serons réengendrés, si nous entrons dans l’incarnation de Christ, non selon la vie extérieure, dans les quatre éléments, mais selon l’intérieure, dans l’élément unique où le feu divin engloutit en soi les quatre éléments ; et si, dans sa lumière, savoir, dans l’autre principe, dans lequel l’homme et la femme extérieurs doivent, par la mort, entrer dans la résurrection de Christ, nous reverdissons (renaissons), dans la vraie virginale sagesse divine, une vierge dans l’élément unique, renfermant les quatre. Il nous faut mourir à l’homme et à la femme et crucifier l’Adam corrompu : il doit mourir avec Christ et être jeté dans la colère du Père, qui engloutit l’homme et la femme terrestres et donne à l’âme, par l’incarnation de Christ, une image virginale, où l’homme et la femme ne sont qu’une image, avec l’amour de soi-même. Maintenant l’homme place son amour dans la femme et la femme dans l’homme ; mais si les deux amours sont convertis en un seul, il n’y a plus, dans l’image unique, aucun désir pour le mélange, l’image s’aime soi-même.

4. Au commencement, l’image a donc été créée dans la virginale sagesse divine, soit de la substantialité divine, et comme la substantialité est devenue terrestre et est tombée dans la mort, le Verbe qui devint homme la réveilla ; alors la source terrestre demeure à la mort dans la colère, et ce qui a été réveillé demeure dans le Verbe de la vie, dans le régime virginal. Ainsi nous sommes sur cette terre un homme double en une personne ; savoir, une image virginale née de l’incarnation de Christ et une image terrestre, d’homme ou de femme, renfermée dans la mort et dans la colère de Dieu. La terrestre doit porter la croix, se laisser tourmenter, persécuter et mépriser dans la colère, enfin mourir ; alors la colère l’engloutit dans le feu divin inqualifiant (essentiel) ; mais si le Verbe de la vie, qui en Marie devint homme, se trouve dans l’image terrestre, Christ, qui apporta de Dieu la parole de vie, ressuscite, et conduit l’essence du feu inqualifiant, entendez l’essence humaine, hors de la mort, car il est ressuscité de la mort et vit en Dieu ; sa vie est devenue notre vie, sa mort notre mort ; nous sommes ensevelis dans sa mort ; mais nous reverdissons dans sa résurrection, dans sa victoire, dans sa vie.

5. Mais entendez bien le sens : Adam était l’image virginale, il avait le propre amour, car l’esprit de Dieu le lui avait insufflé. Quoi d’autre, en effet, peut souffler de soi l’esprit de Dieu que ce qu’il est lui-même ? Il est bien tout, mais non, cependant, de toute source, nommé Dieu : en toutes il n’y a qu’un seul esprit qui est Dieu, selon l’autre principe, dans la lumière, et cependant, il n’y a pas de lumière sans feu. Mais dans le feu il n’est pas l’esprit d’amour ou le Saint-Esprit, mais bien la fureur de la nature et une cause du Saint-Esprit, une colère et un feu dévorant ; car dans le feu, l’esprit de la nature devient libre, et le feu essentiel donne cependant aussi la nature, et est lui-même la nature.

6. Nous n’entendons cependant qu’un seul esprit saint dans la lumière, et quoique ce soit bien un tout, nous entendons néanmoins que la matière engendrée de la douceur de la lumière est comme impuissante et sombre, attirant à soi et engloutissant le feu ; mais donnant de la source matérielle, du feu, un esprit puissant qui là est libre de la matière et aussi du feu ; bien que le feu le retienne, il n’atteint cependant pas sa source ; comme nous voyons que la lumière demeure dans le feu et n’a cependant pas la source du feu, mais une douce source d’amour, ce qui n’aurait pas lieu non plus si la matière n’était pas morte dans le feu et n’avait pas été dévorée par lui.


Voir en ligne : Jacob Boehme