Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse

Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Jean-Pierre Fussler

mardi 9 décembre 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Extrait de « Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse », de Jean-Pierre Fussler

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

L’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
est d’abord, pour Paracelse, un être naturel. Il a un corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
qui le lie à la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
et le rend périssable. Ce corps fait de chair chair
sarx
carne
carnal
carnalidade
carnalidad
carnality
charnel
et de sang constitue la part « animale » de son fils
filho
hijo
son
être. Il a été formé par Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
à partir du « limbe » (« aus dem limbo »). Ce « limbe » est la matière matière
matéria
matter
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
originelle, le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
et la terre, la terre comme matière « première » de l’homme, qui est à la base de l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
corporelle, cette dernière pouvant être désignée aussi par ce terme. Il marque donc l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
matériellement et biologiquement déterminée de l’homme, à laquelle ce dernier ne peut échapper. Paracelse souligne toujours fortement cette détermination. Lorsqu’il écrit, notamment dans la Philosophia Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
sagax, que le limon de la terre (« limus terrae », en référence à Genèse genèse
genesis
génesis
2, 7) est la matière de l’homme, il veut signifier la même idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
. Mais l’expression désigne « simplement la matière, sans la corporéité qui est associée à l’idée de limbe ». L’homme, être vivant, renferme dans ce corps un « esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
vital », force une qui rend possible l’accomplissement de ce que la vie Leben
vie
vida
life
zoe
exige. La matière dont il est fait est composée des quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
éléments : terre, eau eau
água
water
hydro
, air air
ar
aer
, feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
, à la base desquels se trouvent trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
principes : le soufre, le sel et le mercure. Chez l’homme, ils ont été transformés en chair et en sang, « l’homme est... reflet reflet
reflexo
reflex
des quatre éléments » que la philosophie doit connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
. Il a aussi, outre ce « corps élémentaire », un « corps sidéral » qui vient de l’astrum (ou gestirn) qui est la réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
invisible des astres, réalité spirituelle que Dieu nous a donnée à tous les nivaux : vie végétative, vie consciente. L’homme intérieur homme intérieur
homme extérieur
endo anthropos
eso anthropos
homem interior
homem exterior
hombre interior
hombre exterior
interior man
exterior man
en ce sens n’est cependant pas encore l’homme éternel, car ce deuxième corps est mortel comme le premier. L’homme est donc à la fois du ciel et de la terre : « toutes les qualités du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
, l’homme les a en lui ». C’est pourquoi Paracelse aime dire — reprenant une formulation traditionnelle — que l’homme est « microcosme » (kleine Welt, microcos-mus), fils du « macrocosme » dont il est extrait et qu’il contient ou condense en lui . Citons un texte explicitant cette idée :

« l’homme est le petit monde, semblable au grand, non pas dans sa configuration et dans sa substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
matérielle, mais dans toutes les forces et dans les vertus qu’il possède. On lui donne aussi le noble nom de microcosme, pour autant qu’il contient tous les phénomènes célestes, la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
terrestre, les propriétés aquatiques et les caractères aériens. Il contient la nature de tous les fruits de la terre, de tous les minerais de l’eau, toutes les constellations et les quatre vents du monde. Il n’y a sur terre rien dont la nature et le pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
ne soient aussi en l’homme. Voilà la noblesse, la subtilité, la vivacité du limbe duquel Dieu a crée l’homme à son image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
 ».


Voir en ligne : Paracelso