Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse

Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Jean-Pierre Fussler

mardi 9 décembre 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Extrait de « Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse », de Jean-Pierre Fussler

L’homme recèle les « merveilles de la nature » mais il est enveloppé par cette dernière, par l’univers Univers
Universo
Universe
qui le dépasse .

C’est dire qu’il peut aussi, par ce lien réel, prendre conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
de sa faiblesse lâcheté
faiblesse
pusillanimité
couardise
paresse
bassesse
indignité
pusilanimidade
covardia
indignidade
. Celle-ci apparaît nettement à certains moments de la vie où l’homme est dépendant pour la satisfaction joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
de ses besoins : enfance, détresse, vieillesse. Elle est cependant particulièrement sensible pour la conscience dans la maladie, et elle doit l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
 ; Dieu l’a voulu ainsi :

« ces maladies humaines et leur guérison sont uniquement là pour que l’homme reconnaisse le limbe d’où il est issu, pour qu’il connaisse les animaux des forêts et des champs et pour qu’il sache qu’il est leur semblable et qu’il ne leur est pas supérieur... Il a hérité d’Adam Adam
Adão
Adán
la faculté de juger de sa propre grandeur grandeur
grandeza
greatness
afin de ne pas tomber dans l’orgueil orgueil
hyperephanía
du diable diable
diabolos
malin
adversaire
diabo
devil
asura
asuras
asouras
qui, ignorant cette science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
, s’est estimé l’égal de Dieu : l’homme est différent de Dieu dans sa composition et dans son ordonnance. Dieu, dans son dessein, l’a créé à partir des choses mortelles, et il l’en a rendu conscient ».


Voir en ligne : Paracelso