Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse

Fussler : L’origine et la provenance de l’homme selon Paracelse

Jean-Pierre Fussler

mardi 9 décembre 2014

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Extrait de « Les Idées Éthiques, Sociales et Politiques de Paracelse », de Jean-Pierre Fussler

Le rapport de l’âme au corps laisse donc ouverte la possibilité de l’action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
morale par laquelle l’homme est appelé à s’accomplir en accomplissant la volonté de Dieu. Mais la détermination de cette possibilité comme « devoir » révèle ici également à l’homme sa finitude, car elle subordonne son accomplissement à son intégration dans un ordre qui le dépasse et dont l’impératif s’impose à lui comme tâche inconditionnelle. La réalisation de l’ordre voulu par Dieu présuppose une transmutation intérieure par laquelle la provenance de l’homme qui définit son essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
se subordonne l’origine. Mais c’est la pensée de cette origine qui nous prépare à récuser notre volonté naturelle comme centre centre
centro
center
de référence. Ce qui est une autre manière de dire que la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
naturelle que Dieu allume ne contredit pas celle de l’Esprit-Saint Esprit-Saint
Saint-Esprit
Espírito Santo
Holy Ghost
Holy Spirit
Le Saint-Esprit représente, comme la Vierge, le mystère du divin Amour. [Frithjof Schuon]
qui nous ouvre le chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
de l’éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
. Mais la seconde nous révèle en dernière instance l’impératif vrai et nous renvoie, par-delà la nature dont nous faisons partie, à la puissance indicible de Dieu. Paracelse n’oppose donc pas le corps et l’âme, il veut penser leur unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
et celle-ci, d’un point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
, est constitutive de celle qui réunit le naturel et le divin . L’unité entre la nature et Dieu constitue, pour Paracelse, un processus dont l’homme peut être le lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
privilégié. Précisons : l’homme avec les autres, en société, car c’est là qu’il peut tout à la fois avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
conscience de lui-même comme être de besoins et incarner l’impératif qui doit déterminer ses rapports à autrui. La pensée socio-politique polis
cidade
πόλις
pólis
sítio
política
politique
politics
governo
gouvernement
government
gouvernance
governança
apparaît donc à nouveau structurellement nécessaire dans la vision de notre auteur ; il ne s’agit pas d’un intérêt circonstanciel, la réalité de l’époque a bien plutôt joué le rôle d’une cause causa
cause
aitia
aitía
aition
occasionnelle. L’homme déploie son essence dans la vie sociale par le respect de sa provenance et la pensée de celle-ci, et l’accomplissement de sa destination. La société est bien un lieu où le divin peut se révéler. Elle est, pour l’homme, l’occasion de se transformer et de s’élever, bref d’être en Dieu par la transmutation alchimique intérieure qui constitue son essentielle possibilité. L’homme devient ce vers quoi il se tourne ; mais il faut ajouter qu’il reste toujours homme. Ainsi la réalisation de l’ordre voulu par Dieu s’inscrit dans un panenthéisme éthique ouvert, Paracelse soulignant à la fois, par la réduction du dualisme, la distance et la proximité du divin.


Voir en ligne : Paracelso

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?