Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Origène (185-254) > Crouzel : L’Épicurisme, voluptueux et athée, transpercé par le bois de la (...)

QU’Y A-T-IL DE COMMUN ENTRE ABIMÉLEGH ET ISAAC ? OU LA CRITIQUE DES DOCTRINES PHILOSOPHIQUES

Crouzel : L’Épicurisme, voluptueux et athée, transpercé par le bois de la Croix

Origène et la Philosophie

mardi 17 février 2015

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Les Épicuriens sont au plus bas dans l’échelle de la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
, dont ils sont la honte : mais en réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
ils ne sont pas plus philosophes que les gnostiques ne sont chrétiens. On ne voit pas ce qu’Origène Origène
Orígenes
Origen
a pu leur emprunter en matière matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
de doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
ou de vocabulaire. Ce sont eux surtout les athées, dont la lecture est interdite aux élèves du Didascalée. Les deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
accusations essentielles portent sur leur morale du plaisir plaisir
prazer
pleasure
hedone
kama
kāma
kâma
amour du plaisir
philedonía
et leur négation de la Providence providence
providência
providencia
pronoia
. Il y a entre ces deux doctrines darshana
doctrines
points de vue
relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
de prémisse à conséquence : la Providence est inutile, quand on ne vit pas selon les lois qu’elle porte porte
porta
puerta
gate
door
, mais qu’on suit son plaisir.

La morale du plaisir est figurée par la « lèpre de la tête » ; par le peuple madianite, dont le nom exprime le caractère dissolu de cette philosophie ; par la bouche de Sisara, que Jahel, figure de l’Église, perce d’un pieu :

Car cette bouche, qui tenait des propos charnels, et cette doctrine, qui mettait par-dessus tout la gloire Alléluia
Alleluia
Hallelujah
haleluya
ἀλληλούϊα
αλληλούια
Aleluia
louvor
louange
praise
glória
gloire
glory
de la chair chair
sarx
carne
carnal
carnalidade
carnalidad
carnality
charnel
— elle persuadait les sages du siècle de vivre dans les délices et la volupté et trompait le genre humain par l’adulation de la luxure luxure
porneia
prostitution
— cette bouche, dis-je, le bois de la Croix croix
cruz
cross
l’a creusée et l’a percée, car, à l’encontre de la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
du plaisir que la philosophie nous prêchait large et spacieuse, le Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
nous a montré, étroite et resserrée, la voie du salut salut
salvação
salvación
salvation
σωτηρία
σωτηρ
soteria
soter
.

Les partisans de cette morale sont illuminés par le mauvais soleil, le démon. Dans la parabole des invités aux noces ils sont figurés par celui qui s’excuse en disant : J’ai pris femme femme
mulher
woman
mujer
feminino
féminin
feminin
fêmea
female
. C’est en effet « celui qui croit avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
trouvé une sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
et participe à elle pour éviter la vraie, ou celui qui s’unit à la chair, ami du plaisir plus que de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
 ». N’y a-t-il pas là véritable folie ? Tout cela n’est que balivernes et sornettes.

En conséquence la souffrance douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
doit être pour eux le plus grand des maux. Aussi Celse l’épicurien — ou du moins Origène le croit tel — est-il bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
incapable de comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
comment le Christ peut être Dieu et souffrir sur la croix. Comment pourrait-il voir des vertus dans le courage (andreia), la patience sophrosyne
modération
moderação
moderation
moderación
temperantia
tempérance
temperança
comesuração
patientia
patience
paciência
(karteria), la magnanimité (megalopsychia) ? Leur courage consiste à supporter un malheur pour ne pas s’en attirer de plus grands, ce qui n’est pas bien héroïque. Ils s’abstiennent de l’adultère pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la morale :

Trop d’obstacles s’opposent au plaisir de celui qui veut s’abandonner une fois à la volupté d’un adultère : il faut qu’il soit prêt à subir la prison, la fuite, la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
, et souvent avant cela de nombreux dangers, lorsqu’il guette les sorties du mari ou de ceux qui veillent sur ses intérêts. Si par hypothèse il pouvait échapper au mari, aux serviteurs et à tous ceux qui condamnent l’adultère, certainement l’Épicurien commettrait un adultère pour son plaisir.

La morale du plaisir est aussi reprochée aux Cyniques. Le Démocritéens et, à un moindre degré, les Aristotéliciens, sont souvent associés aux Épicuriens dans leur négation de la Providence. Elle est radicale : comment en serait-il autrement, puisque les dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
d’Épicure sont « des composés d’atomes dont la substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
peut se dissoudre, occupés à secouer les atomes destructeurs ». Comme les disciples d’Aristote Aristote Aristote (Ἀριστοτέλης) et de Démocrite ils feignent d’adorer les dieux, pour s’adapter aux superstitions de la foule, mais ils sont en fait des athées, cause causa
cause
aitia
aitía
aition
de leur incrédulité envers la Providence. Pour eux

... la diversité des êtres qui croissent sur terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
n’est pas l’œuvre d’une Providence, mais les propriétés qui les distinguent sont le produit de rencontres fortuites d’atomes ; le hasard a créé tant d’espèces de plantes, d’arbres et d’herbes si voisines les unes des autres ; aucune raison ouvrière (logos logos
λόγος
lógos
o Verbo
technikos) n’y a présidé et ce n’est pas d’une intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
qu’elles tirent leur origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
.

Tout est « composé d’atomes et de vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
 », affirmation qu’Origène taxe de folie. D’ailleurs, pourquoi la Providence, si elle existait, s’occuperait-elle davantage des hommes Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
que des arbres, des plantes et des épines ? C’est ce que prétend Celse et là visiblement il parle en épicurien. Croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
que Dieu s’occupe spécialement des hommes, comme le font Juifs et chrétiens, dénote selon lui un orgueil orgueil
hyperephanía
ridicule. Il compare ces croyants à « une troupe de chauves-souris ou à des fourmis qui sortent de leur trou, à des grenouilles réunies en conseil au bord de leur marais, ou à des vers qui tiennent leur assemblée dans un coin de bourbier », discutant gravement sur les attentions que Dieu a pour eux. D’ailleurs les animaux ont bien des supériorités sur l’homme : s’il faut en croire la mantique divination
advinhação
mantique
mantike
les oiseaux ont une connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jnāna
jnana
de la divinité divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
qui dépasse celle des plus grands sages. Origène demande à Celse ses preuves.

Il faut faire dans ces allégations de Celse place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
à un certain humour : s’il est vraiment disciple d’Épicure il ne peut croire à la mantique. Mais le fond de l’objection est sérieux : les Épicuriens n’acceptent pas les privilèges spirituels de l’homme. Celse, « qui ne cache pas sur ce point la secte dont il fait partie, mais s’avoue épicurien », traite la foi
foi
faith
pistis
en l’immortalité imortalidade
immortalité
immortality
inmortalidad
athanatos
de « vains espoirs ». Essayant d’expliquer à propos du Christ, comment on a pu considérer un mort comme vivant, Celse « ajoute en bon Épicurien qu’il peut arriver à quelqu’un qui rêve sonho
rêve
dream
Morphée
songe
, se trouvant dans une certaine disposition Befindlichkeit
disposibilité
disposição
encontrar-se
sentimento-de-situação
attunement
disposedness
disposition
entender-de
saṃskāra
samskara
d’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
, de s’halluciner lui-même, par suite d’une opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
erronée que ses propres désirs ont causée, et d’annoncer un fait de ce genre : cela, dit-il, s’est produit des milliers de fois ». Les Épicuriens ne croient pas qu’il y ait « en l’homme un principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
supérieur au terrestre qui le fait parent de Dieu » ; si Celse déclare le contraire, c’est qu’il déguise alors sa pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
, « pour pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
mieux accuser le Christianisme ».

Comment un Épicurien accepterait-il les paroles de l’Évangile évangile
euanggelion
evangelium
gospel
evangelho
nouveau testament
novo testamento
NT
novum testamentum
new testament
 ? Celse, insensible aux miracles de conversion résorption
ressorção
conversion
conversão
conversión
strophe
réalisés par le Christianisme, — l’argument majeur de l’apologétique origénienne, — ne cesse de réclamer des prodiges visibles. Pour prouver sa divinité Jésus aurait dû disparaître soudain de sa Croix.

Il parle comme les adversaires de la Providence qui imaginent un univers Univers
Universo
Universe
différent de celui qui est et disent que le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
serait beaucoup mieux s’il avait été fait selon leurs plans. Lorsque ce qu’ils disent est réalisable, le monde construit selon eux est reconnu bien pire que l’actuel. S’il n’est pas pire, il est alors irréalisable. De toutes façons ils sont ridicules.

L’incrédulité est le réflexe habituel de l’Épicurien, comme du Démocritéen et du Péripatéticien. Il ne croit pas en la réalité de la magie magie
magia
magic
magía
théurgie
teurgia
theurgy
theourgia
θεουργία
et là-dessus Origène ne partage pas son scepticisme :

Ce qu’on appelle la magie n’est pas, comme le pensent Épicure et Aristote, tout à fait sans fondement Grund
Fundament 
fondement
fundamento
Fundamente
fondations
fondation
ādhāra
root
, mais d’après ceux qui sont au courant de la matière, c’est une science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
qui se tient, et elle comporte des lois (logois) connues par très peu de personnes.

Origène pense qu’il y a dans le nom une relation réelle, de nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
presque magique, entre signifiant et signifié : les Épicuriens disent au contraire que les premiers hommes ont poussé devant les objets des cris qui sont à l’origine du langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
 ; ils ne croient pas à un rapport réel. Ils n’acceptent pas l’allégorie allégorie
allégorique
alegoria
alegórico
allegory
, ils nient la réalité des rêves, comme tous ceux qui refusent la Providence. Origène ne blâme pas leur scepticisme — qu’ils partagent toujours avec Démocritéens et Péripatéticiens, — envers les oracles et miracles païens : il semble cependant en accepter lui-même la réalité en les imputant à des démons. Il rend cependant aux Épicuriens cet hommage inattendu que « peut-être ils croiraient à nos miracles à cause de leur évidence evidência
évidence
evidence
evidente
evidencia
evident
, s’ils avaient assisté à ceux de Moïse, des prophètes ou de Jésus lui-même ».


Voir en ligne : Orígenes