Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) > Saint-Martin : LES SEPT PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L’UNIVERS

André Tanner - Louis-Claude de Saint-Martin

Saint-Martin : LES SEPT PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L’UNIVERS

Sélection et organisation thématique

vendredi 12 octobre 2007

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Avant d’exposer cette hypothèse, je dois dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
rappeler que son auteur, qui est Jacob Boehme Böhme
Boehme
Jakob Böhme (1575-1624), théosophe allemand, surnommé « Philosophus teutonicus ».
, était attaché à toutes les opinions que nous avons énoncées précédemment sur l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
d’un principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
universel, à la fois dominateur suprême et source de tout ce qui est au nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
des êtres ; sur la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
de l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
pensant et distinct de la classe animale ; sur la dégradation de l’espèce humaine, dégradation qui s’est étendue jusqu’à l’univers Univers
Universo
Universe
lui-même, et a fait que cet univers n’est plus que comme notre prison et notre tombeau, au lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
d’être pour nous une demeure de gloire Alléluia
Alleluia
Hallelujah
haleluya
ἀλληλούϊα
αλληλούια
Aleluia
louvor
louange
praise
glória
gloire
glory
, etc.

Il était persuadé, comme le savant Laplace, que tout se tient dans la chaîne immense des vérités : voilà pourquoi il emploie dans les développements de son système toutes les bases et toutes les données qui embrassent l’universalité des choses ; parce que nous aurions beau beleza
belo
beauté
beau
beauty
belleza
, par notre pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
, retrancher une partie du système universel, et en faire un système à part, nous ne pourrions jamais retrancher avec succès, de ce système partiel, les ressorts qui le lient avec le système général.

Il croyait que la nature primitive, qu’il appelle l’éternelle nature, et dont la nature actuelle, désordonnée et passagère, est descendue violemment, reposait sur sept sept
sete
seven
siete
fondements principaux, ou sur sept bases, qu’il appelle tantôt puissances, tantôt formes, et même tantôt roues, sources et fontaines spirituelles, parce qu’il écrivait dans un temps où toutes ces dénominations n’étaient pas proscrites, comme le sont de nos jours les formes plastiques, et les qualités des anciens philosophes ; expressions toutefois qui n’ont peut-être pas été plus entendues que ne le seront celles de notre auteur.

Il croyait que ces sept bases, ou ces sept formes existaient aussi dans la nature actuelle et désordonnée que nous habitons, mais qu’elles n’y existaient que comme à la gêne, et contrariées par de puissantes entraves, d’où elles tendraient avec effort à se dégager pour vivifier les substances mortes des éléments, et produire Herstellen
produire
produzir
production
producir
Herstellung
produção
production
poiesis
poiein
producteur
produtor
productor
tout ce que nous voyons de sensible dans l’univers.

Ces sept qualités fondamentales, ou ces sept formes, il essaie de leur donner des noms pour faire comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
ce qu’il avoue n’en avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
point de suffisants dans nos langues, qui, selon lui, sont dégradées comme l’homme et l’univers.

Je voudrais m’abstenir de présenter cette nomenclature, par la difficulté qu’elle aura à trouver accès auprès du lecteur ; mais comme sans elle on pourrait encore moins comprendre la formation originelle des planètes, selon le système de l’auteur, je vais me déterminer à parler son langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
.

Il appelle donc astringence, ou puissance acte
puissance
energeia
dynamis
coercitive, la première de ces formes, comme resserrant et comprimant toutes les autres. C’est ainsi donc que tout ce qui, dans la nature, est d’une qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
dure, les os, les noyaux des fruits, les pierres, lui paraissent appartenir principalement à cette première forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
ou à l’astringence. Il étend aussi cette dénomination jusqu’au désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
qui, dans tous les êtres, est la base et la source de tout ce qu’ils opèrent, et qui, par sa nature, attire et embrasse tout ce qui doit tenir à leur oeuvre, chacun dans sa classe.

La seconde forme, il l’appelle le fiel ou l’amertume, et il prétend que c’est elle qui, cherchant par son activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
pénétrante à diviser l’astringence, ouvre la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
de la vie Leben
vie
vida
life
zoe
, sans quoi tout resterait mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
dans la nature.

La troisième forme, il l’appelle l’angoisse Angst 
angoisse
angústia
anxiety
angustia
angstbereit
prêt à l’angoisse
ängsten
s’angoisser
angustiar-se
, parce que la vie est comprimée par la violence des deux puissances antérieures ; mais, dans leur choc, l’astringence s’atténue, s’adoucit, et se tourne en eau eau
água
water
hydro
, pour livrer passage au feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
têjas
tejas
qui était renfermé dans l’astringence.

La quatrième forme, il l’appelle le feu, parce que du choc et de la fermentation des trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
premières formes, il s’élève au travers de l’eau comme un éclair qu’il nomme éclair igné, chaleur, etc. : ce qui s’accorde avec ce qui se passe sous nos yeux, lorsque le feu s’élance en éclairs au travers de l’eau de nos nuées orageuses.

La cinquième forme, il l’appelle la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
, parce que la lumière ne vient qu’après le feu, comme nous l’observons dans nos foyers, dans la pyrotechnie, et dans d’autres faits physiques.

La sixième forme, il l’appelle le son, parce qu’en effet le son vient après la lumière, comme nous le voyons lorsqu’on tire une arme à feu, ou, si l’on veut, comme nous sommes censés ne parler qu’après avoir pensé.

Enfin, la septième forme, il lui donne le nom de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
, de la substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
, ou de la chose elle-même ; parce qu’il prétend que ce n’est qu’alors qu’elle nous découvre le complément de son existence : et, en effet, les couvres que nous faisons naître par notre parfile, sont censées être le complément de toutes les puissances qui les ont précédées.

Ces sept formes que, dans le cours de ses ouvrages, l’auteur applique à la puissance suprême, à la nature pensante de l’homme, à ce qu’il appelle la nature éternelle et primitive, à la nature actuelle où nous vivons, aux éléments, aux animaux, aux plantes, enfin à tous les êtres, chacun dans les mesures et les combinaisons qui conviennent à leur existence et à leur emploi dans l’ordre des choses ; ces formes, dis-je, il ne faut pas être étonné qu’il les applique également aux planètes et aux autres corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
célestes quelconques qui tous renferment individuellement en eux ces sept bases fondamentales, comme le fait la moindre production Herstellen
produire
produzir
production
producir
Herstellung
produção
production
poiesis
poiein
producteur
produtor
productor
fazer
fazimento
doer
de l’univers.

En les appliquant à la nature des planètes, il les a appliquées aussi à leur nombre ; et en cela il a partagé une opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
qui a régné universellement sur la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
, et qui n’a disparu que depuis les nouvelles découvertes, c’est-à-dire près de deux siècles après la mort de l’auteur.

Mais l’application qu’il a essayé de faire de sa doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
au nombre prétendu de sept planètes, n’était que secondaire à son système ; et si l’existence des sept formes ou des sept puissances était réelle, son système demeurerait toujours dans son entier, quoique le nombre des planètes à nous connues se soit augmenté depuis qu’il a écrit, et puisse s’accroître encore à l’avenir.

En effet, lorsqu’on croyait aux sept planètes, rien n’était plus naturel à cet auteur que de penser que chacune d’elles, quoique renfermant en soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
les sept formes en question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
, exprimait cependant plus particulièrement une de ces sept formes, et tirait de là les caractères divers que ces planètes elles-mêmes sembleraient annoncer par leurs apparences extérieures, ne fût-ce que par la diversité de leur couleur couleur
cor
color
.

Quand même actuellement le catalogue des planètes dépasserait le nombre sept, la prédominance de l’une ou de l’autre des sept formes de la nature ne cesserait pas pour cela d’avoir lieu Geschehen
aventure
provenir
desenlace
acontecer
occurrence
geschehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
avénement
dans chacun de ces corps célestes ; seulement plusieurs de ces planètes pourraient être constituées de manière à offrir à nos yeux l’empreinte et la prédominance de la même forme ou propriété.

Le nombre des fonctions ne varierait point. Il n’y aurait que le nombre des fonctionnaires qui s’étendrait, et cela sans doute avec des proportions qui pourraient toujours aider à distinguer les grades des différents fonctionnaires employés à la même fonction Funktion
fonction
função
function
función
 ; car ils ne seraient probablement pas tous dans les degrés d’une égalité absolue, puisque la nature ne nous présente rien de semblable. A présent nous allons exposer l’hypothèse en question.

Selon l’auteur, la génération génération
geração
generación
generation
gerar
générer
generate
generar
ou la formation originelle des planètes et de tous les astres n’a pas eu d’autre mode que celui selon laquelle la vie, et les merveilleuses proportions harmoniques de la suprême sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
, se sont engendrées de toute éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
.

Car, lorsque l’altération s’introduisit dans une des régions de la nature primitive, la lumière s’éteignit dans cette région partielle qui embrassait alors tout l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
de la nature actuelle ; et cette région, qui est la nature actuelle, devint comme un corps mort, et n’eut plus aucune mobilité.

Alors l’éternelle sagesse, que l’auteur appelle quelquefois amour amour
eros
éros
amor
love
, SOPHIE, lumière, douceur acceptation
aceitação
acceptación
douceur
mansidão
souplesse
mou
flexibilité
, joie joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
et délices, fit renaître renaître
renascer
reborn
dans le lieu central, ou dans le coeur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
de ce monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, un nouveau régime pour en prévenir et en arrêter l’entière destruction.

Cette place, ce lieu central, est, selon l’auteur, le lieu enflammé de notre soleil. De ce centre centre
centro
center
, ou de ce lieu, se sont engendrées et produites toutes les espèces de qualités, formes ou puissances qui remplissent et constituent cet univers, le tout Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
selon les lois de l’éternelle génération divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
 ; car il admet dans tous les êtres, et éternellement dans la suprême sagesse, un centre où se fait une production, ou subdivision septénaire. Il appelle ce centre le séparateur.

En outre, il regarde le soleil comme étant le foyer et l’organe vivificateur de toutes les puissances de la nature, de même que le coeur est le foyer et l’organe vivificateur de toutes les puissances des animaux.

Il le regarde comme étant la seule lumière naturelle de ce monde, et prétend que, hors ce soleil, il n’y a plus aucune véritable lumière dans la maison de la mort ; et que, quoique les étoiles soient encore les secrets dépositaires d’une partie des propriétés de la nature primitive et supérieure, et quoiqu’elles luisent à nos yeux, cependant elles sont fortement enchaînées dans le bouillonnement âpre du feu, qui est la quatrième forme de la nature ; aussi elles portent tout leur désir vers le soleil, et prennent de lui tout leur éclat.

(Il ne connaissait point alors l’opinion reçue, qui fait de toutes les étoiles autant de soleils ; opinion toutefois qui, n’étant point susceptible d’être soumise à un calcul rigoureux, laisse la carrière libre à d’autres opinions.)

Pour expliquer cette restauration de l’univers qui n’est que temporaire et incomplète, il prétend que lors de l’altération, il se forma par la puissance supérieure une barrière entre la lumière de l’éternelle nature, et l’embrasement de notre monde ; que par là ce monde ne fut alors qu’une vallée ténébreuse ; qu’il n’y avait plus aucune lumière qui eût pu briller dans tout ce qui était renfermé dans cette enceinte ; que toutes les puissances ou toutes les formes furent comme emprisonnées là dans la mort ; que par la forte angoisse qu’elles éprouvèrent, elles s’échauffèrent surtout dans le milieu de cette grande circonscription, lequel milieu est le lieu du soleil.

Il prétend que quand leur fermentation angoisseuse parvint dans ce lieu au plus haut degré par la force de la chaleur, alors cette lumière de l’éternelle sagesse, qu’il appelle amour, ou SOPHIE, perça au travers de l’enceinte de séparation discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
, et vint balancer la chaleur ; parce qu’à l’instant la lumière brillante s’éleva dans ce qu’il appelle la puissance de l’eau, ou l’onctuosité de l’eau, et alluma le coeur de l’eau, ce qui la rendit tempérante et restauratrice.

Il prétend que par ce moyen la chaleur fut captivée, et que son foyer, qui est le lieu du soleil, fut changé en une convenable douceur, et ne se trouva plus dans l’horrible angoisse ; qu’en effet, la chaleur étant embrassée par la lumière, déposa sa terrible source de feu, et n’eut plus le pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
de s’enflammer davantage ; que l’éruption de la lumière, au travers de la barrière de séparation, ne s’étendit pas plus loin dans ce lieu, et que c’est pour cela que le soleil n’est pas devenu plus grand, quoique après cette première opération, la lumière ait eu d’autres fonctions à remplir, comme on le verra ci-dessous.

LA TERRE. - Lorsque au temps de l’altération, la lumière s’éteignit dans l’espace de ce monde, alors la qualité astringente fut, dans son action action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
la plus âpre et la plus austère, et elle resserra fortement l’action des autres puissances ou formes. C’est de là que proviennent la terre et les pierres.

Mais elles ne furent pas encore rassemblées en masse, seulement elles erraient dans cette immense profondeur ; et par la puissante et secrète présence Anwesenheit
présence
parousia
presença
presence
parusía
de la lumière, cette masse fut promptement conglomérée et rassemblée de l’universalité de l’espace.

Aussi la Terre est-elle la condensation des sept puissances, ou des sept formes ; mais elle n’est regardée par l’auteur que comme l’excrément de tout ce qui s’est substantialisé dans l’espace, lors de l’universelle condensation : ce qui ne s’oppose point à ce qu’il se soit fait des condensations d’un autre genre dans les autres lieux de l’espace.

Le point le point
ponto
punto
center
centro
central, ou le coeur de cette masse terrestre conglomérée, appartenait primitivement au centre solaire. Maintenant cela n’est plus. La Terre est devenue un centre particulier. Elle tourne en vingt-quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
heures sur elle-même, et en un an autour du soleil dont elle reçoit la vivification, et dont elle recherche Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
la virtualité. C’est le feu du soleil qui la fait tourner. Lorsqu’à la fin Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
de son cours elle aura recouvré sa plénitude, elle réappartiendra de nouveau au centre solaire.

MARS. - Mais si la lumière contient le feu dans le lieu du soleil, cependant le choc et l’opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
de cette lumière occasionna aussi dans ce même lieu une terrible éruption ignée, par laquelle il s’élança du soleil comme un éclair orageux et effrayant, et ayant avec soi la fureur du feu. Lorsque la puissance de la lumière passa de l’éternelle source de l’eau supérieure au travers de l’enceinte de séparation dans le lieu du soleil, et enflamma l’eau inférieure, alors l’éclair s’élança hors de l’eau avec une violence effrayante : c’est de là que l’eau inférieure est devenue corrosive.

Mais cet éclair de feu n’a pu s’élancer que jusqu’à la distance où la lumière qui se portait aussi près de lui et le poursuivait, a eu le pouvoir de l’atteindre. C’est à cette distance-là qu’il a été emprisonné par la lumière. C’est là qu’il s’est arrêté et il a pris possession de ce lieu ; et c’est cet éclair de feu qui forme ce que nous appelons la planète Mars. Sa qualité particulière n’est autre chose que l’explosion d’un feu vénéneux et amer qui s’est élancé du soleil.

Ce qui a empêché que la lumière ne l’ait saisi plus tôt, c’est l’intensité de la fureur de l’éclair, et sa rapidité, car il n’a pas été captivé par la lumière avant que la lumière l’eût tout à fait imprégné et subjugué.

Il est là maintenant comme un tyran ; il s’agite et est furieux de ne pouvoir pénétrer plus avant dans l’espace ; il est un aiguillon provocateur dans toute la circonscription de ce monde : car il a en effet pour emploi d’agiter tout par sa révolution dans la roue de la nature, ce dont toute vie reçoit sa réaction.

Il est le fiel de toute la nature, il est un stimulant qui concourt à allumer le soleil, comme le fiel stimule et allume le coeur dans le corps humain. De là résulte la chaleur à la fois dans le soleil et dans le coeur ; de là aussi la vie dans toutes choses prend son origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
.

JUPITER. - Lorsque l’âpre éclair de feu fut emprisonné par la lumière, cette lumière, par son propre pouvoir, pénétra encore plus avant dans l’espace, et elle atteignit jusqu’au siège rigide et froid de la nature. Alors la virtualité de cette lumière ne put pas s’étendre plus loin, et elle prit ce même lieu pour sa demeure.

Or, la puissance qui procédait de la lumière était bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
plus grande que celle de l’éclair de feu ; c’est pour cela aussi qu’elle s’éleva bien plus haut que l’éclair de feu, et qu’elle pénétra jusqu’au fond dans la rigidité de la nature. Alors elle devint impuissante, son coeur étant comme congelé par la rigidité âpre, dure et froide de la nature.

Elle s’arrêta là, et devint corporelle. C’est jusque-là que la puissance de la vivante lumière s’étend maintenant hors du soleil, et non pas plus loin ; mais l’éclat ou la splendeur qui a aussi sa virtualité, s’étend jusqu’aux étoiles, et pénètre le corps universel de ce monde.

La planète de Jupiter est provenue de cette puissance de la lumière congelée ou corporisée, et de la substance de ce même lieu où la planète existe ; mais elle enflamme continuellement ce même lieu par son pouvoir.

Toutefois Jupiter est dans ce lieu-là, comme un domestique qui doit sans cesse valeter (pour son office) dans la maison qui ne lui appartient pas, tandis que le Soleil a sa maison à soi. Hors lui, aucune planète n’a sa maison à soi.

Jupiter est comme l’instinct et la sensibilité de la nature. Il est une essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
aimable et gracieuse ; il est la source de la douceur dans tout ce qui a vie ; il est le modérateur de Mars, qui est un furieux et un destructeur.

SATURNE. - Quoique Saturne ait été créé en même temps que la roue universelle de la nature actuelle, cependant il ne tient point son origine ni son extraction du Soleil ; mais sa source est l’angoisse sévère, astringente et âpre du corps entier de ce monde.

Car, comme la puissance lumineuse du Soleil ne pouvait pas détendre ni tempérer la qualité âpre et rigide de l’espace, principalement dans la hauteur au-dessus de Jupiter, dès lors, cette même circonférence cercle
círculo
circle
circonférence
circunferência
entière demeura dans une terrible angoisse, et la chaleur ne pouvait pas s’éveiller en elle à cause causa
cause
aitia
aitía
aition
du froid et de l’astringence qui y dominaient.

Néanmoins, comme la mobilité avait gagné jusqu’à la racine de toutes les formes de la nature, par l’éruption et l’introduction intérieure de la puissance de la lumière, cela fit que la nature ne pouvait pas demeurer en repos repos
repouso
stillness
quietud
quietness
passividade
doçura
quietude
quiescence
recueillement
recolhimento
apaisement
hesychia
śānta
Śamah
 ; aussi elle eut les angoisses de l’enfantement, et la région rigide et âpre, au-dessus de la hauteur de Jupiter, engendra de l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
de l’âpreté le fils fils
filho
astringent, froid et austère, ou la planète Saturne.

Car il ne pouvait pas s’enflammer là cet esprit de chaleur d’où résultent la lumière, l’amour et la douceur, et il n’y eut qu’un engendrement de la rigidité, de l’âpreté et de la fureur. Aussi Saturne est l’opposé de la douceur. [...]

Saturne n’est point lié à son lieu comme le Soleil ; ce n’est point une circonscription étrangère, corporifiée dans l’immensité de l’espace ; c’est un fils engendré de la chambre de la mort, de l’angoisse rigide, âpre et froide.

Il est néanmoins un membre de la famille dans cet espace dans lequel il fait sa révolution ; mais il n’a à soi que sa propriété corporelle, comme un enfant quand sa mère mère
mãe
mother
madre
lui a donné naissance. C’est lui qui dessèche et resserre toutes les puissances de la nature, et qui amène par ce moyen chaque chose à la corporéité ; c’est son pouvoir astringent, qui surtout engendre les os dans la créature Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
.

De même que le Soleil est le coeur de la vie, et une origine de ce qu’on appelle les esprits dans le corps de ce monde ; de même aussi Saturne est celui qui commence toute corporéité. C’est dans ces deux astres que réside la puissance du corps entier de ce monde. Hors de leur puissance, il ne saurait y avoir dans le corps naturel de ce monde aucune créature ni aucune configuration. [...]

VÉNUS. - Vénus la gracieuse planète, ou le mobile de l’amour dans la nature, tient son origine de l’effluve du Soleil.

Lorsque les deux sources de la mobilité et de la vie se furent élevées du lieu du Soleil par l’enflammement de l’onctuosité de l’eau, alors la douceur, par la puissance de la lumière, pénétra dans la chambre de la mort par une imprégnation suave et amicale, en descendant au-dessous de soi comme une source d’eau, et dans un sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
opposé à la fureur de l’éclair.

De là sont provenus la douceur et l’amour dans les sources de la vie. Car lorsque la lumière du Soleil eut imprégné le corps entier du Soleil, la puissance de la vie qui s’élève de la première imprégnation, monta au-dessus de soi comme quand on allume du bois, ou bien lorsqu’on fait jaillir du feu d’une pierre.

On voit d’abord de la lueur, et de la lueur sort l’explosion du feu ; après l’explosion du feu vient la puissance du corps enflammé ; la lumière, avec cette puissance du corps enflammé s’élève à l’instant au-dessus de l’explosion, et règne beaucoup plus hautement et plus puissamment que l’explosion du feu ; et c’est ainsi qu’il faut concevoir begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
l’existence du Soleil et des deux planètes Mars et Jupiter.

Mais comme le lieu du Soleil, c’est-à-dire le Soleil, ainsi que tous les autres lieux, avaient en eux toutes les qualités à l’imitation mimesis
imitatio
copie
imitation
cópia
copy
imitación
de ce qui existe dans l’éternelle harmonie Wachseinlassen
deixar-acordar
harmonia
harmonie
harmonía
harmony
accord
acordo
concordance
concordância
concórdia
agreement
, c’est pourquoi, aussitôt que ce lieu du soleil fut enflammé, toutes les qualités commencèrent à agir et à s’étendre dans toutes les directions direction
direção
dirección
directions
direções
direcciones
 : elles se développèrent selon la loi éternelle qui est sans commencement.

Alors 1a puissance de la lumière, qui, dans le lieu du Soleil, avait rendu souples et expansives comme de l’eau, les qualités ou formes astringentes et amères, descendit au-dessous de soi comme ayant un caractère opposé à ce qui s’élève dans la fureur du feu. C’est de là qu’est provenu la planète Vénus, car c’est elle qui dans la maison de la mort introduit la douceur, allume l’onctuosité de l’eau, pénètre suavement dans la dureté, et enflamme l’amour.

Dans Vénus, le régime radical ou la chaleur amère qui est fondamentale en elle comme dans toutes choses est désireuse de Mars, et la sensibilité est désireuse de Jupiter ; la puissance de Vénus rend traitable le furieux Mars ; elle l’adoucit, et elle rend Jupiter modéré et retenu ; autrement la puissance de Jupiter percerait au travers de l’âpre chambre de Saturne, comme au travers de la boîte osseuse des hommes et des animaux, et la sensibilité se changerait en audace contre la loi de l’éternelle génération.

Vénus est une fille du Soleil ; elle a une grande ardeur pour la lumière ; elle en est enceinte : c’est pourquoi elle a un éclat si brillant en comparaison des autres planètes.

MERCURE. - Dans l’ordre supérieur des lois harmoniques des sept formes éternelles, Mercure est ce que l’auteur appelle le son. Ce son ou ce mercure est aussi, selon lui, dans toutes les créatures de la terre, sans quoi rien ne serait sonore, et même ne rendrait aucun bruit. Il est le séparateur ; il éveille les germes dans chaque chose ; il est le principal ouvrier dans la roue planétaire.

Quant à l’origine de Mercure dans l’ordre des planètes, l’auteur l’attribue au triomphe remporté sur l’astringence par le pouvoir de la lumière, parce que cette astringence, qui resserrait le son ou le mercure dans toutes les formes et les puissances de la nature, l’a rendu libre en s’atténuant.

Ce Mercure, qui est le séparateur dans tout ce qui a vie ; qui est le principal ouvrier dans la roue planétaire ; qui enfin est comme la parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
de la nature, ne pouvait, dans l’enflammement, prendre un siège éloigné du Soleil qui est le foyer, le centre et comme le coeur de cette nature, parce qu’étant né dans le feu, ses propriétés fondamentales s’y opposaient et le retenaient auprès du Soleil, d’où il exerce ses pouvoirs sur tout ce qui existe dans le monde.

Il envoie ses puissances dans Saturne, et Saturne commence leur corporisation.

L’auteur prétend que Mercure s’imprègne et s’alimente continuellement de la substance solaire ; que dans lui se trouve renfermée la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
de ce qui était dans l’ordre supérieur, avant que la puissance de la lumière eût pénétré au travers de l’enceinte dans le centre solaire et dans l’espace de cet univers, (ce qui pourrait être la cause secrète des recherches de tant de curieux sur le mercure minéral).

Il prétend en outre que Mercure ou le son stimule et ouvre, surtout dans les femmes, ce que dans tous les êtres il appelle la teinture, et que c’est là la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
par laquelle elles parlent si volontiers.

LA LUNE Lune
lua
luna
moon
. - L’auteur ne parle que de ce seul satellite. Il dit que lorsque la lumière eut rendu matérielle la puissance dans le lieu du Soleil, la Lune parut, comme cela s’était opéré pour la terre ; que la Lune est un extrait de toutes les planètes ; que la terre lui cause de l’épouvante, vu son effroyable état d’excrément depuis l’altération ; que la Lune, dans sa révolution, prend ou reçoit ce qu’elle peut de la puissance de toutes les planètes et des étoiles ; qu’elle est comme l’épouse du Soleil ; que ce qui est subtil et spiritueux dans le Soleil, devient corporel dans la Lune, parce que la Lune concourt à la corporisation, etc.

Telle est l’hypothèse que j’ai cru pouvoir exposer à côté de celles des deux auteurs célèbres [Buffon et Laplace] dont nous avons parlé ci-dessus. Je ne l’ai présentée toutefois que très en abrégé. Pour en donner une idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
complète, il faudrait analyser tous les ouvrages de l’écrivain qui l’a mise au jour ; et encore ne me flatterais-je pas de la mettre par là à l’abri de toutes les objections.

Mais je pourrais dire aux savants en question, que, si elle avait des défectuosités, les leurs en ont peut-être encore davantage, en ne nous offrant aucune des bases vives qui semblent servir à la fois de principe et de pivot à la nature ; qu’ils ont d’ailleurs assez de gloire dans celles de leurs sciences qui ne sont point conjecturales, pour n’être point humiliés si un autre avait frappé plus près du but dans celles qui ne sont point l’objet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
de l’analyse.

Il y a plusieurs branches dans l’arbre de l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
humaine ; toutes ces branches, quoique distinctes, ne servent, au lieu de se nuire, qu’à étendre nos connaissances.

Prenons une lyre pour exemple, et plaçons-la sous les yeux de plusieurs hommes. L’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
d’eux pourra m’en représenter exactement les dimensions extérieures.

Si un autre va plus avant, et, en démontant toutes les pièces de cette lyre, me donne une idée juste de toutes les matières dont elles sont composées, et de toutes les préparations et manipulations qu’on leur a fait subir pour les rendre propres à remplir l’emploi qui leur est destiné, cela n’empêchera point que la description qu’aura faite le premier démonstrateur ne soit très juste et très estimable.

Enfin, si un troisième est en état de me faire entendre les sons de la lyre et de charmer mon oreille par une harmonieuse mélodie, son talent ne nuira pas davantage au mérite des deux démonstrateurs précédents.

C’est pour cela que je présente avec confiance aux savants hommes dans les sciences exactes l’hypothèse dont il s’agit, parce que, malgré le champ immense qu’elle embrasse, elle n’empêchera jamais que leurs découvertes dans les faits astronomiques extérieurs ne soient de la plus grande importance, et que les merveilleuses puissances de l’analyse ne les conduisent journellement, et d’un pas assuré, dans la connaissance des lois fixes qui dirigent non seulement les corps célestes, mais même tous les phénomènes physiques de l’univers.

Et même, plus ils feront de progrès dans ce genre, plus j’éprouverai de satisfaction, persuadé comme je le suis, que par là ils avanceront d’autant vers la frontière des autres sciences, et qu’ils n’hésiteront plus à former entre elles une alliance indissoluble, quand ils auront reconnu qu’elles offrent tous les titres de la fraternité.

(Ministère de l’Homme-Esprit.)


Voir en ligne : LE PHILOSOPHE INCONNU