Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > Jean-Louis Grison : Digrammes et Trigrammes

NOTES SUR LES TRIGRAMMES

Jean-Louis Grison : Digrammes et Trigrammes

Édition Traditionnelles

vendredi 2 mars 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Sans revenir sur les notions générales déjà connues de la métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
taoïste, nous nous placerons d’emblée au plan de la manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
pour rappeler que la dualité dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
primordiale, la « polarisation » de l’Etre (T’ai-ki) s’exprime par les principes T’ien et Ti, Ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
et Terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
, et que les deux tendances Yang Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
et Yin sont les deux réalités dont les combinaisons indéfiniment variées ont « créé » la multiplicité Vielfalt
Mannigfaltigkeit
multiplicité
multiplicidade
multiplicidad
multiple
múltiplo
multiplicity
dez mil
ten thousand
dix mille
, comme la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
et les ténèbres tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
sont à l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
de toutes les [215] nuances de la clarté. Ce sont eux qui ont présidé à la constitution des trigrammes trigrammes
trigramme
hexagrammes
hexagramme
trigrama
trigramas
hexagrama
hexagramas
trigrams
trigram
hexagrams
hexagram
de Fou-hi [1].

Dans ces signes, un trait continu symbolise la tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
yang, ou céleste, tandis qu’un trait brisé représente la tendance yin, ou terrestre. Cette figuration traduit bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
la supériorité initiale du principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
yang, actif. « essentiel », par rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
au principe yin, passif, « substantiel ». Le trait plein n’est autre en effet que l’axe « vertical » de l’Influence divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
, le Rayon d’Or, devenu relativement « horizontal » par son fils
filho
hijo
son
intégration apparente à la manifestation, tandis que le trait brisé est son plan de réflexion, la Substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
universelle, le miroir miroir
espelho
espejo
glass
reflexo
reflexão
reflex
refléxion
d’eau eau
água
water
hydro
que frappe le rayon ; de sorte que le schéma primordial de la conjonction des deux tendances devrait être une croix croix
cruz
cross
de ce type : + ; et la croix est précisément le signe semeion
signe
miracle
sinal
milagre
signal
miracle
de la manifestation, comme celui de l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
qui en est la synthèse [2].

Remarquons dès à présent qu’il est difficile de rapprocher cette croix horizontale de la - croix des orients, puisque, comme nous le verrons, le yang est Sud point cardinal
points carinales
ponto cardeal
pontos cardeais
cardinal direction
cardinal directions
punto cardinal
puntos cardinales
Nord
Norte
North
Sud
Sul
South
o Este
Leste
East
Ouest
Oeste
West
, lumière, tandis que le yin est Nord, ombre, potentialité possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
nocturne. Si l’on a d’ailleurs préféré à cette disposition Befindlichkeit
disposibilité
disposição
encontrar-se
sentimento-de-situação
attunement
disposedness
disposition
entender-de
celle où les différents éléments sont juxtaposés horizontalement, c’est pour montrer l’antériorité » et la supériorité des deux principes par rapport à leur production Herstellen
produire
produzir
production
producir
Herstellung
produção
production
poiesis
poiein
producteur
produtor
productor
, autant que pour mettre en évidence evidência
évidence
evidence
evidente
evidencia
evident
le caractère éphémère de celle-ci.

En fait, la conjonction de l’Essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
et de la Substance universelle pourrait être symbolisée par un signe unique, que l’on nommerait le digramme, et qui serait constitué par un trait plein placé au-dessus d’un trait brisé. Mais les combinaisons diverses des deux « déterminations » permettent de concevoir begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
logiquement quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
digrammes dont l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
est entièrement [216] yang, le second entièrement yin, les deux autres évoquant seuls l’union déification
theosis
deificação
deificación
union
união
unión
harmonieuse du principe céleste et du principe terrestre. Ces deux derniers représentent d’ailleurs des aspects inversés du même symbole symbolon
symbolisme
symboles
symbole
simbolismo
símbolo
símbolos
symbol
symbolism
symbols
, envisagé d’abord selon la perspective yang, puis selon la perspective yin [3]. Dans ces digrammes mixtes. Punion des deux tendances apparaît précaire ; il y a équilibre, si Ton ose dire, entre l’Unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
et la multiplicité. II est vrai que Ciel et Terre sont « hors » de l’Unité, mais leur conjonction tend à reconstituer leur Principe commun sur le plan de l’univers Univers
Universo
Universe
, de sorte que son résultat s’apparente à un reflet reflet
reflexo
reflex
de l’Unité au niveau de la manifestation [4]. Cet aspect forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
d’équilibre, à demi dégagé des conditions de l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
, correspond à la naissance de la manifestation dans sa perfection perfection
perfeição
perfección
entelecheia
originelle, mais il ne saurait subsister comme tel, sans quoi l’univers serait appelé à une réintégration immédiate dans le Principe dont il ne reproduirait qu’une image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
trop parfaite. Il faut donc que se révèle un déséquilibre dans la relation des deux tendances yin et yang, et que, de ce déséquilibre, découle l’imperfection en raison de laquelle l’univers se présente comme « différent » de son Principe parfait. Si le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
était parfait, il serait uni à l’Absolu Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
, en lequel il ne cesse d’ailleurs de demeurer dans l’indistinction de son Essence ; seule sa forme illusoire et transitoire est « séparée », donc « imparfaite ». Ce déséquilibre initial s’exprime dans les trigrammes, qui sont constitués chacun d’un élément yang et de deux éléments yin, ou inversement, à l’exception de deux d’entre eux qui, jouant un rôle privilégié, sont, l’un entièrement yang, l’autre entièrement yin [5].

Remarquons que ce déséquilibre est « stable », parce qu’il est basé sur le nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
yang trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
, tandis que l’équilibre du digramme était « instable », parce que fondé sur le nombre deux, qui est yin. En somme, l’instabilité du digramme « selon le monde » correspond à une perfection principielle — qui est retour immédiat à l’Unité — et l’imperfection selon le Principe correspond à une relative stabilité « mondaine ». Les trigrammes constituent des symboles des aspects multiples de la manifestation, aspects généralement considérés dans leur réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
« idéale », tandis que les digrammes en figurent l’origine proprement principielle [6]. Nous verrons d’ailleurs que le rôle joué par les digrammes par rapport aux trigrammes, ces derniers le jouent également, selon une certaine perspective, par rapport aux hexagrammes.


Voir en ligne : TRIGRAMAS


[1Soulignons que cette doctrine ne peut être accusée de dualisme, la dualité se résorbant dans l’Unité à un plus haut degré d’universalité. Comme le fait d’ailleurs remarquer Matgioi, « deux ou cent aspects d’un seul principe ne sauraient constituer ni dualisme, ni multiplicité. » (La Voie Métaphysique, p. 30.)

[2Par contre, selon Guénon, l’union du Ciel et de la Terre serait plus exactement symbolisée par la hauteur et la base d’un triangle isocèle (La Grande Triade, p. 29).

[3Pour les correspondances spatiales, élémentaires, numériques de ces digrammes, cf. Marcel Granet, La Pensée Chinoise, p. 190. Nous noterons plus loin leur rapport possible avec les « Chérubins » tels qui’ls apparaissent dans l’ésotérisme musulman, ainsi que dans la tradition hermétique chrétienne. Ces graphiques ne pourraient-ils pas constituer des symboles des principes informels les plus élevés ?

[4De là la formule du Hi-tsen : « Un Yin, un Yang, c’est le Tao », le Tao désignant la Voie centrale de réintégration. Celle de Tchouang-tseu : « Le Yin et le Yang concertent et s’harmonisent à une signification voisine.

[5« Le trigramme immédiatement sort du digramme, qui n’est pas un état permanent, mais un passage de l’Unité à la Triade. » (Matgioi, op. cit., p. 34).

[6L’état édénique, qui est « relativement parfait », est proche de l’état principiel : l’homme et la nature sont encore au « Centre du Monde ». Le « bien » et le mal » ne leur sont pas connus. Cet état apparaît également comme instable, et les quatre digrammes pourraient être mis en rapport avec les quatres fleuves du Paradis, La chute, événement plus ou moins inéluctable, est en somme un reflet manifesté, temporel, se prolongeant d’ailleurs indéfiniment, de la Descente originelle — qui est proprement une « condescendance » de la Perfection divine — envisagée selon son aspect inversé, ou démiurgique.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.