Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Hulin : histoire de la notion d’ahamkara

LE PRINCIPE DE L’EGO DANS LA PENSÉE INDIENNE CLASSIQUE LA NOTION D’AHAMKARA

Hulin : histoire de la notion d’ahamkara

Introduction

dimanche 11 mars 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

C’est dans les Upanişad que le terme apparaît pour la première fois, de manière très discrète et épisodique, il est vrai. En tout cas, ces textes sont pour nous les premiers où se déploie dans toute son ampleur la problématique générale de l’individuation Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
, envisagée du point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
du « salut salut
salvação
salvación
salvation
σωτηρία
σωτηρ
soteria
soter
 » ou, du moins, du passage à un mode d’être transcendant Transzendenz
transcendence
transcendência
transcendencia
trascendencia
transcendant
transcendente
. Bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
qu’ils ne soient pas encore de la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
au sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
technique techne
tékhnê
technique
técnica
du terme, nous ne pouvions pas les laisser de côté, car leur exceptionnelle puissance acte
puissance
energeia
dynamis
de suggestion [10] aide souvent à comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
la littérature postérieure, aussi bien celle qui, les prenant pour la Révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
, est faite de leur commentaire perpétuel que celle dont les liens avec eux sont, en apparence Scheinen
paraître
aparentar
parecer ser
aparência
seeming
Schein
apparence
semblance
, moins forts.

Les Upanişad, partie spéculative et mystique mysticisme
misticismo
mysticism
μυστικός
mystikos
místico
místicos
mystic
mystique
du Veda Véda
Veda
Vedas
, sont censées en constituer l’achèvement -atila- ; leur enseignement est mis en forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
dans le Vedānta Vedānta
Vedanta
Vedânta
Védânta
, l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
des six systèmes reconnus par l’orthodoxie brahmanique ultérieure. Le Vedānta est lui-même divisé entre plusieurs écoles, mais l’école la plus importante, aussi bien la plus ancienne — de celles, du moins, dont les productions sont parvenues jusqu’à nous — que la plus influente, reste celle fondée par l’illustre Sañkara, l’Advaita non-dualité
não-dualidade
advaita
non-duality
non-dualidad
non-dualisme
ou doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
de la non-dualité dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
. C’est à l’intérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
de ce système que la notion d’ahamkāra Ich-sagen 
dire-Je
Ich
"je"
"moi"
"eu"
mim-mesmo
"I"
faire je
faire-je
Ahamkara
Ahamkāra
Ahamkâra
ahaṃkāra
a été élabor travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
ée avec le plus de rigueur, de perspicacité et de constance. Son examen Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
formera donc l’épine dorsale du présent travail. Commencé avec le fondateur même de l’école, il portera sur l’œuvre de ses principaux continuateurs jusqu’au XIe siècle environ. On exposera plus loin les motifs pour lesquels il n’est pas apparu souhaitable de prendre en considération les développements tardifs du système.

Cependant, l’Advaita est un tard-venu parmi les systèmes orthodoxes. Entre ses débuts (VIIe siècle) et les plus anciennes Upanişad quelque quinze siècles se sont écoulés. Dans l’intervalle un phénomène phénomène
fenômeno
phenomenon
phainomenon
de portée considérable s’est produit : l’essor du bouddhisme, et secondairement du Jaïnisme. Ces mouvements, surtout le bouddhisme, peuvent être interprétés pour une part, comme une réaction, issue de milieux de renonçants étrangers au ritualisme brahmanique, contre une certaine manière de tirer l’enseignement upanishadique dans le sens d’un immoralisme magique de la manipulation des forces cosmiques au profit de la volonté voluntas
volonté
vontade
voluntad
volition
the will
icchā
de puissance individuelle. Une doctrine aussi célèbre que celle de la négation de l’ātman âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
procède directement de cette préoccupation. Et il n’est pas exagéré de dire que c’est cette mise en question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
radicale de leur pratique praktike
prática
práticas
pratique
pratiques
magico-ritualiste qui a contraint les brahmanes à s’aventurer sur le terrain de la réflexion philosophique proprement dite. Les darśana (« systèmes ») classiques autres que le Vedānta śankarien — et qui l’ont tous précédé dans leur développement — constituent autant de réponses à ce défi, réponses plus ou moins adéquates selon la profondeur de l’ébranlement produit par la doctrine de « l’absence de Soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
 » dans les divers milieux concernés. L’Advaita n’étant que la dernière et la plus adéquate de ces réponses, nous ne pouvions pas le rattacher directement aux Upanişad sans une mise au point préalable, relative à la doctrine bouddhiste du non-Soi et à son [11] retentissement dans le brahmanisme. L’essor de la notion d’ahamkāra est en effet indissociable de ces réactions brahmaniques pré-śańkariennes.

Mais l’Advaita est sans doute trop marqué par son combat combat
agon
lutte
agôn
contre le bouddhisme, avec la surenchère dans le dépouillement ascétique que cela implique, pour restituer dans son intégralité Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
le contenu du message upanishadique. C’est, pourquoi il a paru intéressant de présenter en contrepoint une autre attitude, celle qui s’incarne dans cette forme d’hindouisme non-orthodoxe appelée « tantrisme Tantra
tantrisme
tantra
tantrismo
tantrism
 » et qui s’est attachée à mettre en valeur Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
, contre tout ascétisme, l’aspect positif du phénomène de l’ego ego
egoísmo
egoism
egoisme
le moi
le mien
« Je »
. Cette littérature se réfère, certes, avant tout à ses propres textes révélés (les Tantra, justement), mais il est permis de penser denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
qu’en profondeur elle tire son inspiration inspiration
inspiratio
inspiração
inspiración
, consciemment ou non, des mêmes sources que les passages d’Upanişad glorifiant le Je indestructible de « celui qui sait ». Abordé ici à partir de l’exemple fourni par le Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
īsme du Kaśmīr, le tantrisme constitue cependant un phénomène beaucoup trop vaste et complexe pour qu’il ait pu être question d’en faire une étude exhaustive. Cette troisième partie, relativement brève, revêt donc plutôt le caractère d’un « essai » ; elle dévoile un état d’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
irréductible à celui de l’Advaita, mais n’entreprend pas d’en explorer tous les arrière-plans cosmologiques et ontologiques.


Voir en ligne : LE PRINCIPE DE L’EGO DANS LA PENSÉE INDIENNE CLASSIQUE

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?