Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Nisargadatta : la sensation de « je suis »

JE SUIS

Nisargadatta : la sensation de « je suis »

Chapitre 1

samedi 24 mars 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Q : Avant de m’éveiller j’étais inconscient.

M : Dans quel sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
 ? D’avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
oublié, ou de n’avoir rien ressenti ? Même inconscient, ne ressentez-vous rien ? Pouvez-vous exister Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
sans connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
 ? Un trou de de mémoire mnemosyne
memória
mémoire
memory
est-il une preuve de non-existence ? Et pouvez-vous vraiment. parler de votre propre non-existence comme d’une expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
réelle ? Vous ne pouvez même pas dire que votre mental esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
n’existait pas. Est-ce un appel qui vous a réveillé ? Et en vous réveillant n’est-ce pas la sensation « je suis » qui s’est d’abord manifestée ? Une sorte de graine de conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
devait exister, même pendant votre sommeil sommeil
sleep
état de sommeil
estado de sono
sleep state
ou votre évanouissement. Au réveil verhüllen 
voiler
velar
ocultar
veil
conceal
voilemente
obnubilation
vilaya
tirodhana
l’expérience se déroule ainsi « Je suis... le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
... dans le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
 ». Cela peut avoir l’apparence Scheinen
paraître
aparentar
parecer ser
aparência
seeming
Schein
apparence
semblance
d’une succession, mais, en fait, il y a simultanéité : l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’avoir un corps dans le monde. Peut-il y avoir la sensation du « je suis » s’il n’y a pas quelqu’un ou quelque autre chose ?

[...]

M : N’est-il pas important pour vous de savoir Wissen
saber
savoir
si vous n’êtes qu’un simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
corps ou quelque chose d’autre ? Ou peut-être rien du tout ? Ne voyez-vous pas que tous vos problèmes sont ceux de votre corps nourriture, vêtements, maisons, amis, nom, réputation, sécurité, survie, tout cela perd son sens quand vous réalisez que vous pouvez ne pas être qu’un simple corps.

Q : Quel bénéfice tirerai-je de savoir que je ne suis pas ce corps ?

M : Même dire que vous n’êtes pas le corps n’est pas tout à fait vrai. D’une certaine manière vous êtes tous les corps, les cœurs, les esprits, et bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
plus encore. Plongez profondément dans la sensation je suis et vous trouverez. Comment retrouvez-vous une chose égarée ou oubliée ? Vous la gardez présente à l’esprit jusqu’à ce qu’elle vienne à vous. La sensation d’être, du je suis est la première à émerger. Demandez-vous d’où elle vient, ou contentez-vous de la contempler avec calme. Lorsque le mental se fixe, immobile, sur je suis vous entrez dans un état que vous ne pouvez exprimer mais que vous pouvez expérimenter. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’essayer sans relâche. Après tout, cette sensation je suis vous est toujours présente, mais vous y avez greffé toutes sortes de choses corps, sentiments Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
, pensées, opinions, possessions intérieures ou extérieures, etc. A cause causa
cause
aitia
aitía
aition
d’elles, vous vous prenez pour ce que vous n’êtes pas.

Q : Mais alors que suis-je ?

M : Il vous suffit de savoir ce que vous n’êtes pas. Vous n’avez pas besoin Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
de savoir ce que vous êtes. Car tant que connaissance signifie description en fonction Funktion
fonction
função
function
función
de ce qui est déjà connu, perceptions ou concepts, il ne peut y avoir connaissance de soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, car ce que vous êtes ne peut être décrit que comme une négation de tout. Tout ce que vous pouvez dire c’est Je ne suis pas ceci, je ne suis pas cela vous ne pouvez raisonnablement dire : « Voilà ce que je suis ». Cela n’a tout simplement aucun sens. Ce que vous pouvez désigner par « ceci » ou « cela » ne peut pas être vous. Pas plus que vous ne pouvez être « quelque chose d’autre ». Vous n’êtes rien d’imaginable. Cependant, sans vous, il ne peut y avoir ni perception Wahrnehmung 
Vernehmen
perception
percepção
percepción
ni imagination image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
. Vous observez votre cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
sentir, votre mental penser denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
, votre corps agir action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
 ; le fait même de percevoir montre que vous n’êtes pas ce que vous percevez. Peut-il y avoir expérience ou perception sans vous ? Une expérience « doit appartenir à » Quelqu’un doit venir la réclamer comme sienne. Sans l’expérimentateur l’expérience n’a pas de réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
. C’est l’expérimentateur qui donne sa réalité à l’expérience. De quelle valeur Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
serait pour vous une expérience que vous ne pourriez pas avoir ?

Q : La sensation d’être expérimentateur, la sensation du je suis n’est-ce pas aussi une expérience ?

M : Évidemment toute chose expérimentée est une expérience. Et chaque expérience manifeste son expérimentateur. La mémoire crée l’illusion Maya
maya
Mâyâ
Māyā
illusion
ilusão
ilusión
de la continuité. En réalité chaque expérience a son propre expérimentateur et l’impression d’identité Identität
identité
identidade
identity
identidad
pratyabhijnā
pratyabhijñā
reconnaissance
reconhecimento
est due au facteur commun qui est à la racine de toute relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
expérienceéxpérimentateur. Identité et continuité ne sont pas la même chose. De même que chaque fleur possède sa couleur couleur
cor
color
propre mais que toutes les couleurs sont causées par la même lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
, des expérimentateurs apparaissent dans la conscience pure indivisée et indivisible, séparés dans la mémoire, identiques dans leur essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
. Cette essence est la racine, la base, la possibilité possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
intemporelle et non-spatiale pour toute expérience d’apparaître.

Q : Comment puis-je l’atteindre ?

M : Vous n’avez pas à l’atteindre, vous l’êtes. Cela viendra à vous si vous lui donnez une chance. Débarrassez-vous de votre attachement avarice
philargyria
avareza
avarícia
apego
attachment
attachement
à l’irréel et le réel prendra sa place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
rapidement et sans heurt. Cessez d’imaginer que vous existez, ou que vous faites ceci ou cela, et vous réaliserez que vous êtes la source et le cœur de toute chose. Il vous viendra alors un grand amour amour
eros
éros
amor
love
qui ne sera ni un choix, ni une prédilection, ni un attachement, mais un pouvoir qui rend toute chose aimable et digne d’amour.

Original

Q : Before waking up I was unconscious.

M : In what sense ? Having forgotten, or not having experienced ? Don’t you experience even when unconscious ? Can you exist without knowing ? A lapse in memory : is it a proof Beweis
démonstration
prova
proof
of nonexistence ? And can you validly talk about your own nonexistence as an actual experience ? You cannot even say that your mind did not exist. Did you not wake up on being Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
called ? And on waking up, was it not the sense ‘I am’ that came first ? Some seed semence
semente
seed
consciousness must be existing even during sleep, or swoon. On waking up the experience runs : ‘I am — the body — in the world.’ It may appear to arise in succession but in fact it is all simultaneous, a single idea of having a body in a world. Can there be the sense of ‘I am’ without being somebody or other ?

[...]

M : Is it not important to you to know whether you are a mere body, or something else ? Or, maybe nothing Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
at all ? Don’t you see that all your problems are your body’s problems — food, clothing vêtement
vestimenta
veste
roupa
vestido
clothes
clothing
, shelter, family, friends, name, fame, security, survival — all these lose their meaning the moment you realize that you may not [2] be a mere body.

Q : What benefit there is in knowing that I am not the body ?

M : Even to say that you are not the body is not quite true. In a way Weg
chemin
caminho
way
camino
you are all the bodies, hearts and minds and much more. Go deep into the sense of ‘I am’ and you will find. How do you find a thing you have mislaid or forgotten ? You keep it in your mind until you recall it. The sense of being, of ‘I am’ is the first to emerge. Ask yourself whence it comes, or just watch it quietly. When the mind stays in the ‘I am’, without moving, you enter a state which cannot be verbalized but can be experienced. All you need to do is to try and try again. After all the sense ‘I am’ is always with you, only you have attached all kinds of things to it — body, feelings, thoughts, ideas, possessions etc. All these self-identifications are misleading. Because of them you take yourself to be what you are not.

Q : Then what am I ?

M : It is enough to know what you are not. You need not know what you are. For, as long dragon
dragão
dragón
long
nāga
as knowledge means richesse
abondance
riqueza
abundância
wealth
prospérité
Artha
moyens
means
meios
description in terms of what is already known, perceptual, or conceptual, there can be no such thing as self-knowledge connaître soi-même
conhecer a si mesmo
autoconhecimento
conocer a si-mismo
self-knowledge
gnothi seauton
, for what you are cannot be described, except as total negation Negieren
Negation
negação
negating
wu-nien
. All you can say is : ‘I am not this, I am not that’. You cannot meaningfully say ‘this is what I am’. It just makes no sense. What you can point out as ‘this’ or ‘that’ cannot be yourself. Surely, you can not be ‘something’ else. You are nothing perceivable, or imaginable. Yet, without you there can be neither perception nor imagination. You observe the heart feeling, the mind thinking, the body acting ; the very act of perceiving shows that you are not what you perceive. Can there be perception, experience, without you ? An experience must ‘belong’. Somebody must come and declare it as his own. Without an experiencer the experience is not real. It is the experiencer that imparts reality to experience. An experience which you cannot have, of what value is it to you ?

Q : The sense of being an experiences, the sense of ‘I am’, is it not also an experience ?

M : Obviously, every thing experienced is an experience. And in every experience there arises the experiencer of it. Memory creates the illusion of continuity. In reality each experience has its own experiencer and the sense of identity is due to the common factor at the root Grund
Fundament 
fondement
fundamento
Fundamente
fondations
fondation
ādhāra
root
of all experiencer-experience relations. Identity and continuity are not the same. Just as each flower has its own colour, but all colours are caused by the same light, so [3] do many experiencers appear in the undivided and indivisible awareness awareness
being aware
être-conscient
ser-ciente
estar-consciente
dṛṣṭisṛṣṭi
, each separate in memory, identical in essence. This essence is the root, the foundation, the timeless and spaceless ‘possibility’ of all experience.

Q : How do I get at it ?

M : You need not get at it, for you are it. It will get at you, if you give it a chance. Let go your attachment to the unreal and the real will swiftly and smoothly step into its own. Stop imagining yourself being or doing this or that and the realization that you are the source and heart of all will dawn upon you. With this will come great love which is not choice or predilection, nor attachment, but a power which makes all things love-worthy and lovable.


Voir en ligne : NISARGADATTA MAHARAJ