Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Bonnet : la Pâque et l’Agneau

ÉTUDES TRADITIONNELLES

Bonnet : la Pâque et l’Agneau

La Pâque dans l’évangile de Jean

dimanche 1er avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Original

Le Prologue de l’Evangile de Jean s’achève par le témoignage de Jean-Baptiste au sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
d’un être (ho on) de lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
dont il ne donne pas le nom, mais qu’il qualifie de fils fils
filho
unique (monogènès) et de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
.

Aussitôt après c’est le témoignage de Jean-Baptiste au sujet de lui-même, suivi d’un autre, le jour suivant :

« Le lendemain, il voit Jésus venant vers lui et dit : Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché péché
pecado
sin
hamartia
ἁμαρτία
égaremente
equívoco
du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
 » (1, 29).

« Le lendemain, de nouveau, Jean se tenait là ainsi que ses disciples et voyant Jésus qui passait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu » (1, 35).

Dans un contexte sémitique ces mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
ont une résonance particulière :

— Le témoignage : le mot hébreu qui l’exprime se rattache à plusieurs racines voisines entre elles et qui se rejoignent dans l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’une qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
ou d’une multiplicité centrée sur l’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
 [1]. Galaad est le monceau de pierres du témoignage qui distingue (et unit) les territoires de Laban et de Jacob. L’arche Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
du témoignage (Exode 25, 22) est l’arche Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
de l’alliance (Jos. 3, 6), alliance du Ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
et de la Terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
, et elle est appelée ainsi parce qu’elle contient le Témoignage : les Tables de la loi qui sont doubles unissant l’amour amour
eros
éros
amor
love
de Dieu à celui du prochain.

— « Le lendemain », hébreu mimaharat [2] est ce qui unit un jour à l’« autre » (héb. aher) à travers la nuit tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
, ce qui fait l’unité du jour composé d’un soir et du matin qui lui succède.

Le texte biblique le plus significatif est Lév. 23, 16 : « Jusque (’ad) au lendemain du 7e Sabbat », c’est-à-dire le jour de la Pentecôte qui unit entre elles deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
semaines de semaines et qui est le jour de l’apparition Erscheinung
apparition
manifestação
aparecimento
apariencia
appearance
Erscheinende
aparição
divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
.

— Tandis que Jean est immobile, Jésus « venait », « passait ». Ces termes évoquent les passages de Dieu dans la Bible : celui du jardin d’Eden, le passage de Dieu la nuit de l’Exode (Ex 12,12 et 11, 14) et puisqu’ici la scène a lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
au Jourdain, « le passage de Dieu comme un feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
têjas
tejas
dévorant » pour permettre aux Hébreux d’entrer en Terre sainte. (Deut. 9, 3).

— Enfin l’« agneau » :

Tout le récit de la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
de Jésus dans l’Evangile de Jean est une allusion à l’agneau pascal. Au contraire des autres Evangélistes il situe la mort de Jésus au moment où, dans le Temple, les agneaux étaient immolés pour la Pâque. Il est le seul à parler d’hysope pour l’éponge mouillée tendue à Jésus sur la croix croix
cruz
cross
, l’hysope étant spécifiée dans l’Exode comme ce qui servait à imprégner du sang de l’agneau. Il est aussi le seul à préciser qu’aucun des os de Jésus ne devait être brisé et il donne la référence à l’Exode 12, 46.

Si, au moment où Jésus va cesser de vivre, il est identifié à l’agneau pascal, il en est bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
de même le jour de sa première apparition dans l’Evangile de Jean. C’est une « inclusion », la répétition d’une même image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
au commencement et à la fin Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
d’une histoire Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
. Et s’il est dit que l’agneau enlève les péchés du monde, c’est parce que, dans le christianisme, c’est la mort de Jésus qui délivre du péché.

De même, au témoignage de Jean-Baptiste au début de l’Evangile, correspond le témoignage de l’autre Jean, l’Evangéliste à la fin : (Jean 19, 35 et le dernier verset de l’Evangile).

Si Jean l’Evangéliste est témoin spéctateur
espectador
spectator
témoin
testemunha
witness
de la Pâque de Jésus, à son immolation, Jean-Baptiste, d’après les Evangélistes, représente Elie, celui qui doit venir un jour de Pésah (de Pâques) dans la tradition diadosis
tradition
tradição
tradición
juive pour introduire le Messie. C’est pourquoi dans le Seder, dans le rituel de la Pâque juive, une coupe de vin reste pleine destinée à Elie.

Antonio Carneiro

O Prólogo do Evangelho évangile
euanggelion
evangelium
gospel
evangelho
nouveau testament
novo testamento
NT
novum testamentum
new testament
de João finaliza pelo testemunho de João-Batista acerca de um ser (“ho on”) de luz cujo nome não fornece, mas que o qualifica de filho único (monogènès [3]) e de Deus.

Logo após é o testemunho de João-Batista acerca dele mesmo, seguido de outro, o dia seguinte :

« No dia seguinte, vê Jesus Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
vindo em direção direction
direção
dirección
directions
direções
direcciones
a ele e diz : Eis o Cordeiro de Deus, aquele que tira o pecado do mundo » (1, 29).

« No dia seguinte, de novo, João se encaminhava para lá assim como seus discípulos e vendo Jesus que passava, disse : « Eis o Cordeiro de Deus » (1, 35).

Em um contexto semítico essas palavras têm uma ressonância particular :

— O testemunho : a palavra hebraica que o exprime se liga à várias raízes vizinhas entre elas e que se reúnem na ideia de qualidade ou de multiplicidade Vielfalt
Mannigfaltigkeit
multiplicité
multiplicidade
multiplicidad
multiple
múltiplo
multiplicity
dez mil
ten thousand
dix mille
centrada sobre a unidade [4]. “Galaad” é o montão de pedras do testemunho que distingue (e une) os territórios de Labão e de Jacó. A arca do testemunho (Êxodo 25, 22) é a arca da aliança (Js. 3,6), aliança do Céu e da Terra, e ela é chamada assim porque contém, o Testemunho : as Tábuas da Lei que são duplas unindo o amor de Deus àquele do próximo.

— « No dia seguinte », hebreu “mimaharat” [5] é o que une um dia ao « outro » (hebreu “aher”) através da noite, o que torna a unidade do dia composta de um entardecer e da manhã que lhe sucede.

O texto bíblico mais significativo é o Lev. 23, 16 : « Até (“’ad”) no dia seguinte do 7° Sabath », isto é o dia de Pentecoste que une entre ele duas semanas de semanas e que é o dia da aparição divina.

— Enquanto que João está imóvel, Jesus « vinha », « passava ». Esses termos evocam as passagens de Deus na Bíblia : aquela do jardim do Éden, a passagem de Deus na noite do Êxodo (Ex. 12,12 e 11, 14) e visto que a cena tem lugar no Jordão, « a passagem de Deus como fogo voraz » para permitir aos Hebreus entrar em Terra Santa. (Dt. 9, 3).

— Enfim o « cordeiro » :

Todo o relato da morte de Jesus no Evangelho de João é uma alusão ao cordeiro pascal. Ao contrário dos outros Evangelistas ele situa a morte de Jesus no momento quando, no Templo, os cordeiros eram imolados para Páscoa. É o único à falar do hissopo para a esponja molhada estendida à Jesus sobre a cruz, o hissopo [6] sendo Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
especificado no Êxodo (12, 22 [7]) como o que servia à impregnar do sangue do cordeiro. É também o único à precisar que nenhum dos ossos de Jesus devia ser quebrado e fornece a referência ao Êxodo 12,46.

Se, no momento quando Jesus vai cessar de viver, é identificado ao cordeiro pascal, o mesmo acontece no dia de sua primeira aparição no Evangelho de João. É uma « inclusão », a repetição da mesma imagem no começo e no fim da história. E se é dito que o cordeiro tira o pecado do mundo, é porque, no cristianismo, é a morte de Jesus que libera do pecado.

Do mesmo modo, no testemunho de João-Batista no início do Evangelho, corresponde ao testemunho do outro João, o Evangelista no fim : (João 19, 35 e o último versículo do Evangelho).

Se João o Evangelista é testemunho da Páscoa de Jesus, à sua imolação, João-Batista, segundo os Evangelistas, representa Elias, aquele que deve vir em dia de “Pessa’h” (« Páscoa ») na tradição judaica para introduzir o Messias. É por isso que no Seder [8], no ritual da Páscoa judaica, um copo de vinho permanece cheio destinado à Elias.


Voir en ligne : ÉTUDES TRADITIONNELLES


[1Hébreu : « témoignage », ’édut, témoin, éd. — Comparaisons : akkadien : adù : « serment » et « maintenant » ; arabe : ’ahad : « serment », « engagement », ’aud : « retour », « recommencement » ; hébreu : ’edah : « assemblée », ’ad : « éternité », « jusqu’à », ’od : « de nouveau ».

[2Le lendemain se dit aussi bôqer : l’heure du salut. Cf. Zohar II 38 b.

[3NT : “Monogénês” : na Septuaginta foi empregado quando relata sobre a filha de Yiphtah : “Ora ela era verdadeiramente única filha. Fora ela, não tinha nem filho nem filha.” (Jz 11:34). João qualifica várias vezes o Senhor Jesus Cristo de Filho único-engendrado por Deus (Jo 1:14 ; 3:16, 18 ; 1 Jo 4:9) ... em seu estado de existência pré-humana, é apresentado como “Filho único-engendrado” que seu Pai enviou “ao mundo” — (1 Jo, 4:9). In : “UNIQUE-ENGENDRÉ”.

[4Hebreu : « testemunho », ’édut, testemunha, éd. — comparações : acadiano : “adù” : « juramento » e « agora » ; árabe : ’ahad : « juramento », « engajamento », ’aud : « retorno », « recomeço » ; hebreu : ’edah : « assembleia », ’ad : « eternidade », « mesmo inclusivamente », ’od : « de novo ».

[5“No dia seguinte” se diz também “bôqer” : a hora da salvação. Cf. Zohar II 38 b. (NT : Para palavra : “bôqer” ou vide).

[7NT : “Tomareis um punhado de hissopo, molhá-lo-eis no sangue da bacia, aplicareis à padieira e às duas ombreiras das portas e, até o amanhecer, ninguém sairá pela porta de sua casa.” (TEB). Existem outras passagens não mencionadas no texto referentes a hissopo (“ewod” em hebreu) : (Lv 14, 4-6-49-51-52) ; (Nm 19,18) e principalmente o Salmo 51,9 : “Tira o meu pecado com o hissopo e estarei puro ;/ lava-me, e serei mais branco do que a neve.” (TEB). Como leitura complementar sobre hissopo na p. 135, mencionado no início do artigo. In : “Caquot, André. Purification et expiation selon le psaume LI. In : Revue de l’histoire des religions, tome 169, n°2, 1966. pp. 133-154. DOI : 10.3406/rhr.1966.8336.”

[8NT : Seder (hebreu : סדר « ordre ») ritual simbólico da festa de Pessa’h, visa reviver seus participantes, em particular as crianças, o acesso à liberdade após anos de cativeiro.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?