Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Coomaraswamy : Castes - Occupations - Travaux

Approches de l’Inde - Tradition et incidences

Coomaraswamy : Castes - Occupations - Travaux

Cahiers du Sud, 1949

dimanche 1er avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Le mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
caste lignage
linhagem
lineage
race
raça
caste
casta
n’est nullement le synonyme de classe, ni le produit de préjugés de race qui sont caractéristiques des peuples occidentaux et démocratiques ! Il est très intéressant de constater que dans l’Inde moderne, où les puissances dirigeantes furent très loin d’être exemptes du préjugé de races, mais s’efforcèrent, par contre, d’ignorer le système des castes, des distinctions de classe étaient faites dans les services administratifs et déterminées par les différences de salaires ; l’exclusivisme social s’est fortement développé comme c’est le cas quand des hommes Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
sont capables de faire le même genre de travail travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
, mais gagnent des salaires différents selon leur « grade ». Il est non moins intéressant de constater que, dans ces mêmes services, existe une discrimination discernement
diakrisis
diákrisis
discrimination
discernimento
discriminação
discernimiento
viveka
par quota contre les Brahmanes, de crainte Furcht
Furchtbar 
peur
redoutable
temor
medo
fear
miedo
frayeur
crainte
qu’ils n’ « usurpent » grâce à leurs hautes capacités intellectuelles les postes les plus brigués, attitude comparable à celles des Américains qui fixent des quota contre les Juifs et font naître ainsi un sentiment Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
de classes rivales dans un pays où il n’y en avait jamais eu auparavant.

Peut-être demanderez-vous : « Comment peut-on appeler travail choisi un travail qui est imposé ? » Et tout d’abord, comment est-il imposé ? Nous ne devons pas négliger la conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
traditionnelle selon laquelle le père, en ce qui concerne sa personnalité empirique ou « caractère », revit dans son fils
filho
hijo
son
fils, lequel s’identifie à lui sous tous les rapports et prend sa place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
dans la communauté lorsqu’il s’en retire ou après sa mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
, et cette transmission naturelle est confirmée par les rites formels de la transmission. La fonction Funktion
fonction
função
function
función
héréditaire est une forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
du service divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
et le métier (c’est-à-dire le ministère), un travail qui en même temps honore Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
et satisfait les besoins actuels de l’homme. C’est ainsi que dans l’Inde, comme chez Platon, la première raison pour laquelle on « doit » procréer est qu’il faut transmettre de génération génération
geração
generación
generation
gerar
générer
generate
generar
en génération le « bon travail » [1] afin que, comme le dit le Livre de la Sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
, nos descendants puissent « maintenir le système du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
 » (Ecclésiaste, xxxviii, 34), « notre ordre social ». En second lieu, c’est un fait, l’Hindou qui n’est pas corrompu par l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’ « ascension ascensão
ascension
anabasis
 » sociale n’est jamais honteux de sa profession ; il en est fier, au contraire.

C’est en s’inspirant de ce point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
que Hocart pouvait dire que dans l’Inde « chaque occupation est un sacerdoce » [2].

Dans la Gita, vous avez peut-être remarqué ce passage : « C’est autant par son travail que par ses prières qu’il chante Ses louanges. » Ainsi le travail est une sorte de liturgie liturgie
λειτουργία
leitourgía
liturgy
liturgia
liturgía
et Laborare est orare, ou, comme dit le Livre de la Sagesse : « Leur prière euche
prier
oraison
prière
orar
oração
prece
pray
prayer
oración
se confond avec le travail de leurs mains. » [3]. Tous les peuples dont le travail n’a pas été organisé en vue d’un profit ont toujours chanté en accomplissant leur tâche et, bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
souvent, le contenu de ces chansons est religieux ou métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
 : mais dans les sociétés « civilisées », c’est-à-dire mécanisées, ces chansons ne subsistent que sous la forme de divertissements de salon avec accompagnement de piano. Le mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
que l’urbanisme a fait aux cultures traditionnelles et à leurs manufacturiers (au sens littéral et propre du mot), il l’a fait en premier lieu aux travailleurs : « Nous leur avons enlevé la possibilité possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
de réaliser des chefs-d’œuvre. Nous avons effacé dans leurs âmes le besoin Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
de la qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
pour ne leur laisser désirer que la quantité et la vitesse. » [4].

Pouvez-vous imaginer des ouvriers d’usine se mettant en grève pour avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
le droit de prendre en considération la « bonté » du travail à effectuer et non pour avoir de plus gros salaires et une plus grande part des bénéfices patronaux ?

Selon la doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
chrétienne, le travailleur est « naturellement enclin par la justice dike
dikaiosyne
justice
justiça
justicia
imparcialidade
justo
imparcial
compliance
Δίκη
 » à prendre cette « bonté » en considération [5]. Si cela n’est pas, c’est parce que l’homme mécanisé, déterminé par les facteurs économiques et par conséquent irresponsable, a été dénaturé. Comme le dit le comte de Portsmouth : « C’est la richesse richesse
abondance
riqueza
abundância
wealth
prospérité
Artha
moyens
means
meios
et le génie de notre peuple dans la variété, le caractère et l’habileté, que nous devons sauver maintenant. » [6]. Tout cela est, en partie, le prix qui doit être payé pour la poursuite sans fin d’ « un niveau de vie Leben
vie
vida
life
zoe
plus élevé », prix que tout « cobaye », doit payer pour l’insatiable avidité qu’entretient avec tant de succès le commerce moderne. Si la pauvreté pauvreté
ptocheia
pauvre
pauvres
consiste à n’avoir jamais assez, le monde industriel sera toujours dans le besoin.

La « sanctification du travail » a été désignée comme « l’apport le plus important du moyen âge au monde ». Il aurait mieux valu dire que c’est l’héritage d’un passé immense qui a été vendu pour une bouchée de pain douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
et qui n’a plus aucune signification dans notre monde de « réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
appauvrie ». Du point de vue hindou, les castes sont, à la lettre, « nées du sacrifice sacrifice
sacrifício
sacrificio
vidhema
 », c’est-à-dire de la « Rupture du pain », sacrifice primordial de l’Un L'Un
hen
hén
Uno
the One
, que hommes et dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
ont rendu multiple Vielfalt
Mannigfaltigkeit
multiplicité
multiplicidade
multiplicidad
multiple
múltiplo
multiplicity
dez mil
ten thousand
dix mille
et par conséquent aussi, du rituel qui reproduit le sacrifice originel et qui correspond à la Messe chrétienne. La Divinité qui est et qui accomplit le premier sacrifice, « qui se divise pour remplir le monde » par son omniprésence totale, s’appelle, en tant que Démiurge par qui toutes les choses sont faites : « Celui qui fait tout » Vishwakarma, et, en vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
, elle accomplit les actes divers, vishiva karmani, qui sont nécessaires pour célébrer le sacrifice de la Messe d’une façon parfaite. Mais l’individu Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
, lui, n’est pas de même l’Homme de tous les métiers. « J’ai manifesté les quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
castes, dit Shrî Krishna, j’ai réparti les qualités et les tâches. » (Bhagavad Gita, IV, 13) « Il existe donc une diversité de fonctions bien qu’il n’y ait qu’un Dieu qui accomplit tout dans tous les êtres. » (I Cor couleur
cor
color
., 12, 6)

VOIR EN SUITE : Les notions d’égalité et de liberté


Voir en ligne : ANANDA COOMARASWAMY


[1Voir références dans mon « Hinduism and Buddhism », p. 41, n. 146, à Shatapatha Brahmana, 1, 8, 1, 30, 31 ; Philon, Conf., 94 ; Dec, 119, etc..

[2A. M. Hocart, Les Castes, p. 27

[3Ecclésiaste, XXXVIII, 34 ; Saint Thomasd’Aquin, Summa contra Gentiles, III, 135. « Homo autem ex spirituali natura conditus est. Necessarium est igitur secundum dividam ordinationem, ut et corporales actiones exerceat et spiritualibus intendat : et tanto perfectior est’ quanto spiritualibus intendit. »

[4Jean Giono, Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix, 1938.

« Quand les nations vieillissent, les arts se flétrissent et le commerce s’installe à chaque coin de rue » (William Blake). « Aujourd’hui la machine est devenue une chose terrifiante. On la voit partout j dans les champs, dans les fermes, dans les bureaux, dans les magasins, dans les usines. Et partout où elle se trouve, l’humanité est plongée dans les ténèbres du chômage et de la sous-consommation » (R. D. Knowles, Britain’s Problem, 1941).

« Le travail de l’homme, aussi, a cessé de lui apporter un soutien spirituel, il n’est jamais seul en présence de tâches rendues plus chères par un travail lent et pénible, qui dure parfois des années ou même toute une vie... Ainsi le contact personnel, qui fait naître une intimité presque religieuse entre le travailleur et son travail, a été presque détruit, car la « chaîne mobile » ne permet qu’un contact impersonnel avec des milliers de pièces séparées d’un tout ; et le goût de l’artisan pour la qualité a été remplacé par celui de la quantité » (Betty Heimann, Indian and Western Philosophy, 1937, p. 134).

[5Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, II, II, 57, 3 ad 2

[6Comte de Portsmouth, Alternative to Death, 1944, p. 30