Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Présocratiques > Kingsley : La metis en Empédocle

REALITY

Kingsley : La metis en Empédocle

Fragments d’Empédocle

mardi 10 avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Empédocle sonne la note magique de la reconnaissance. Il reprend le fil presque invisible que tout le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
a oublié et existe et, au fond, aimerait beaucoup continuer à oublier. Avant de passer à autre chose, il ramasse au début de son fils
filho
hijo
son
propre grand poème la clé du poème de Parménide.

Il continue la ligne.

Et ainsi nous pouvons commencer à voir exactement ce qu’il veut dire quand il résume son sinistre récit de la condition humaine avec la déclaration que « les metis metis
sagacité
astuce
sagacidade
astúcia
esperteza
clairvoyance
clarividência
smartness
astuteness
cleverness
mortels ne peuvent plus rien faire ». Car il nous a déjà dit, par sa brillante manipulation des images et des mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
, ce qu’est la metis mortelle.

C’est un potentiel jamais réalisé ; une blague pitoyable ; une vigilance attention
atenção
atención
vigilance
vigilância
inattentive ; une faculté de perception Wahrnehmung 
Vernehmen
perception
percepção
percepción
qui est bloquée ; une maîtrise qui consiste en l’impuissance, un raffinement qui n’est que maladresse, une ruse qui se trompe elle-même.

Tout comme Parménide, avec ses références moqueuses à notre « habitude très expérimentée » et à nous « guidant » impuissants nos « esprits errants », il essaie de nous expliquer mortels que la metis mortelle est la contradiction la plus parfaite en termes. Exactement comme Parménide, il utilise le vocabulaire metis avec extraordinaire métis pour faire le même point déjà fait par Parménide à sa manière, que la metis des humains n’est pas du tout metis.

Le plus qu’il peut accomplir est rien.

Et pourtant, même comme vous l’avez peut-être deviné, ce n’est pas toute l’histoire Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
.

La metis n’est jamais simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
ou direct, surtout quand elle semble simple et direct. Son langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
est rusé et ambigu, masqué et complexe. Donc, quand Empédocle utilise le mot metis lui-même, si directement, si ouvertement, vous pouvez être sûr qu’il fait allusion à plus que ce qui vous vient à l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
. Et en fait, sa déclaration selon laquelle « les metis mortels ne peuvent plus gérer » a une autre signification, une seconde signification, un double sens.

Il contient à l’intérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
une ambiguïté fondamentale : pas le type d’ambiguïté que vous pouvez résoudre avec un effort concentré de votre esprit, mais le type persistant. Plus vous y réfléchissez, plus cela devient sous votre peau. Plus vous essayez d’éviter ses implications, plus il se rapproche de vos pas et claque à vos talons.

Dans cette phrase « ne peut plus rien gérer », le mot grec pour « gérer » a le sens fondamental de pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
conduire ; de se régir pour agir action
praxis
agir
atuar
ação
act
acción
prattein
. Et la série de références d’Empédocle au passage d’Homère sur la course des chars et metis ne laisse aucun doute quant à l’implication sous-jacente de sa déclaration, ici, que « les metis mortels ne peuvent plus gérer ». Ça veut dire que tout ce que la metis humaine essaye de faire résulte dans le chaos. Notre pouvoir de mouvement Bewegung
mouvement
movimento
movimiento
motion
kinesis
, tout notre champ d’action, se limite Endlichkeit
finitude
finitude
finitud
finite
limit
limite
limitação
limitación
limitation
strictement à nous laisser tirer et nous pousser dans toutes les directions direction
direção
dirección
directions
direções
direcciones
, tout en nous faisant croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
que nous sommes responsables de ce que nous faisons.

Il n’y a rien que nous pouvons faire nous-mêmes.

Et pourtant ce n’est pas complètement vrai.

Car il y a une seule action que nous pouvons prendre. Nous sommes tout à fait démunis, mais la seule possibilité en notre pouvoir est que nous nous rendions compte à quel point nous sommes démunis et prenons l’initiative de donner un pas de côté où nous pouvons être aidés. Le seul et unique mouvement que nous puissions vraiment, consciemment, faire est de faire ce pas de côté ; c’est de réaliser que nous n’irons jamais nulle part en dérivant dans le brouhaha inconscient que tout le monde appelle la vie Leben
vie
vida
life
zoe
 ; c’est de rassembler la petite énergie que nous avons et de la mettre de côté là où nous pouvons commencer à apprendre.

L’affirmation que « les metis mortels ne peuvent plus gérer » ne contient aucune référence à des limitations de la part de l’enseignement d’Empédocle. Cela n’a aucune pertinence pour lui. Ce qu’il doit enseigner est bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
au-delà de tout ce que les metis mortels peuvent même imaginer, parce que sa source est divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
.

Ce à quoi cette déclaration se réfère est, d’abord, l’incapacité totale des metis humains à gérer ou à réaliser quelque chose d’authentique par eux-mêmes. Et, deuxièmement, il se réfère au sommet de toute réalisation humaine : la chance lointaine que nous saisirons l’effroyable désarroi de notre situation et franchirons le pas crucial de « nous mettre de côté » de trouver le côté où nous pouvons demander de l’aide.

Quand nous réalisons que nous ne pouvons tout simplement pas continuer seuls, nous ne pouvons pas aller plus loin par nous-mêmes, c’est-à-dire aussi loin que l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
humaine et le pouvoir peuvent atteindre.

Les ressources mortels ne peuvent plus gérer.

Original

Empedocles is sounding the magic magie
magia
magic
magía
théurgie
teurgia
theurgy
theourgia
θεουργία
note of recognition. He is taking up the almost invisible thread that everyone else has forgotten even exists and, deep down, would dearly love amour
eros
éros
amor
love
to go on forgetting. Before moving on, he is picking up at the beginning of his own great poem the key to the poem of Parmenides.

He is continuing the line.

And so we can start to see exactly what he means richesse
abondance
riqueza
abundância
wealth
prospérité
Artha
moyens
means
meios
when he sums up his grim account of the human condition with the statement that “mortal metis can manage no more. ” For he has already told us, through his brilliant manipulation of images and words, what mortal metis is.

It’s a potential never realized ; a pitiful joke ; an inattentive alertness ; a faculty of perception which is blocked up ; a mastery maïtrise
mestria
mastery
aīśvarya
that consists of helplessness, a refinement which is all clumsiness, a cunning that deceives itself.

Just like Parmenides, with his mocking references to our “much-experienced habit” and to us helplessly “steering” our “wandering minds,” he is trying to explain to us mortals that mortal metis is the most perfect contradiction in terms. Exactly like Parmenides, he uses the vocabulary of metis with extraordinary metis to make the identical point already made [335] by Parmenides in his own way Weg
chemin
caminho
way
camino
—that the metis of humans is no real Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
metis at all.

The most it can manage to accomplish is nothing Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
.

And yet even this, as you may have sensed, is not the whole story.

Metis is never simple or direct, least of all when it seems simple and direct. Its language is cunning and ambiguity, hiddenness and complexity. So when Empedocles uses the word metis itself, so directly, so openly, you can be sure he is hinting at more than meets the eye. And in fact his statement that “mortal metis can manage no more” has another significance, a second meaning, a double sense.

It contains inside it a fundamental ambiguity : not the type of ambiguity you can resolve with a focused effort of your mind, but the lingering kind. The more you ponder it, the more it gets under your skin. The more you try to avoid its implications, the closer it dogs your steps and snaps at your heels.

In that phrase “can manage no more,” the Greek for “manage” has the basic sense of being Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
able to move ; of stirring oneself to act. And Empedocles’ string of references to the passage in Homer about the chariot race lignage
linhagem
lineage
race
raça
caste
casta
and metis leaves no doubt as to the underlying implication of his statement, here, that “mortal metis can manage no more.” It means that everything human metis attempts to do results in chaos. Our power of movement, all our scope for action, is strictly confined to letting ourselves be pulled and pushed around in every direction—while fooling ourselves that we are responsible for what we do.

There is nothing that we ourselves can do.

And yet this is not completely true. [336]

For there is one single action we can take. We are quite helpless, but the one L'Un
hen
hén
Uno
the One
possibility within our power is that we will realize how helpless we are and take the initiative of stepping aside to where we can be helped. The one and only movement we can truly, consciously, make is to take that step aside ; is to realize we will never get anywhere by drifting along in the unconscious hubbub that everyone calls life ; is to gather the little energy we have and draw aside to where we can start to learn.

The statement that “mortal metis can manage no more” contains not the slightest reference to any limitations on the part of Empedocles’ teaching. It has no relevance to him. What he has to teach is way beyond anything mortal metis can even imagine, because its source is divine.

What this statement does refer to is, first, the utter incapacity of human metis to manage or achieve anything genuine by itself. And, secondly, it refers to the summit of all human achievement : the remote chance that we will grasp the appalling helplessness of our situation and take the crucial step of “coming aside,” of finding the place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
where we can ask for help.

When we realize we simply can’t go on alone, can get no further under our own steam, that is as far as human intelligence and power can reach.

Mortal resourcefulness can manage no more.


Voir en ligne : EMPÉDOCLES