Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Un traité de John Milton tombé dans l’oubli

Traité de la doctrine chrétienne

Un traité de John Milton tombé dans l’oubli

Antonio Carneiro (contribuição)

mercredi 11 avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

RARES sont les auteurs qui, comme John Milton, l’auteur du poème épique Le Paradis Paradis
Paraíso
Paradiso
Paradise
perdu, ont eu une telle influence sur leur temps. D’après un de ses biographes, “beaucoup l’adulaient, quelques-uns le haïssaient, mais très peu n’en avaient jamais entendu parler ”. Aujourd’hui encore, la littérature et la culture anglaises doivent beaucoup à ses œuvres.

Comment Milton en est-il venu à exercer une telle influence ? Qu’est-ce qui a fait de son fils
filho
hijo
son
dernier livre — “Traité de la doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
chrétienne” — une œuvre si controversée qu’elle est demeurée inédite pendant 150 ans ?

1.Traité de la doctrine chrétienne

Pendant des années, Milton a également souhaité rédiger un exposé complet sur la conduite et la doctrine chrétiennes. Devenu totalement aveugle dès 1652, il n’en travaille pas moins à ce projet avec l’aide de secrétaires jusqu’à sa mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
, en 1674. Il intitule cette dernière œuvre Traité de la doctrine chrétienne élabor travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
é exclusivement à partir des Saintes Écritures. Dans sa préface, il écrit : “La plupart des auteurs qui se sont penchés sur ce sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
[...] ont relégué dans la marge, en n’en précisant que le chapitre et le verset, les textes des Écritures sur lesquels repose tout ce qu’ils enseignent. Pour ma part, je n’ai pas hésité à remplir mes pages — jusqu’à les en faire déborder — de citations tirées de toutes les parties de la Bible.” Conformément à ce qu’il annonce, le “Traité de la doctrine chrétienne” cite les Écritures ou s’y réfère plus de 9 000 fois.

Jusque-là, Milton n’a jamais craint d’exprimer son opinion doxa
opinion
opinião
opinión
Meinung
δόξα
. Mais cette fois, il se retient de publier son traité. Pourquoi ? Déjà parce qu’il sait que ses explications diffèrent considérablement de ce qu’enseigne son Église. En outre, depuis le rétablissement de la monarchie, il n’est plus en odeur de sainteté sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
auprès du gouvernement polis
cidade
πόλις
pólis
sítio
política
politique
politics
governo
gouvernement
government
gouvernance
governança
. Peut-être attend-il la venue de jours plus cléments. Toujours est-il qu’après sa mort son secrétaire porte porte
porta
puerta
gate
door
le manuscrit en latin chez un éditeur, qui refuse de le faire imprimer. Un secrétaire d’État finit par confisquer le manuscrit et le met aux oubliettes. Un siècle et demi vont passer avant que le traité de Milton ne refasse surface.

En 1823, un archiviste déballe le manuscrit perdu du célèbre poète. Le roi d’Angleterre, George IV, ordonne que l’œuvre soit traduite du latin et rendue publique. Lorsque le manuscrit est publié en anglais deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
ans plus tard, il suscite une énorme controverse dans les cercles littéraires et théologiques. Un évêque en parle aussitôt comme d’un faux, refusant de croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
que Milton — que beaucoup considèrent comme le plus grand poète religieux d’Angleterre — ait pu rejeter aussi nettement les doctrines darshana
doctrines
points de vue
auxquelles son Église est le plus attachée. Ayant anticipé une telle réaction et souhaitant confirmer la paternité de l’œuvre, le traducteur a émaillé l’édition de notes établissant 500 parallèles entre le “Traité de la doctrine chrétienne” et Le Paradis perdu.

2. Ce que croyait Milton

Du temps de Milton, l’Angleterre a d’ores et déjà adhéré à la Réforme protestante et rompu avec l’Église catholique romaine. En général, les protestants croient qu’en matière matière
matéria
matter
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
de foi
foi
faith
pistis
et de morale seules les Saintes Écritures font autorité, et non le pape. Cependant, dans le “Traité de la doctrine chrétienne”, Milton montre que nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
de doctrines et de pratiques praktike
prática
práticas
pratique
pratiques
protestantes sont elles aussi en désaccord avec les Écritures. S’appuyant sur la Bible, il rejette l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
calviniste de prédestination au profit du libre arbitre. Il encourage l’utilisation respectueuse du nom divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
, Jéhovah, qu’il emploie fréquemment dans ses écrits.

Milton affirme, en se fondant sur les Écritures, que l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
humaine peut mourir. Dans un commentaire de Genèse genèse
genesis
génesis
2:7, il écrit : “L’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
ayant été créé de la sorte, on lit finalement : l’homme devint ainsi une âme vivante [...]. Il n’est ni biparti ni divisible : il n’est pas, comme on le pense bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
souvent, le produit et la composition de deux éléments différents et distincts, l’âme et le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
. Au contraire, l’homme tout entier est l’âme, et l’âme, c’est l’homme.” Milton pose alors cette question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
 : “Est-ce l’homme tout entier qui meurt, ou bien seulement le corps ?” Après avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
cité une multitude de versets bibliques attestant que tout ce qui constitue l’homme meurt, il ajoute : “Mais la preuve la plus convaincante que je puisse fournir concernant la mort de l’âme nous vient de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
lui-même, Ézékiel 18:20 : l’âme qui péchera sera celle qui mourra.” Milton cite également des textes comme Luc 20:37 et Jean 11:25 pour montrer que tout espoir pour les humains déjà morts réside dans une résurrection future, un réveil du sommeil sommeil
sono
sleep
état de sommeil
estado de sono
sleep state
de la mort.

Mais qu’est-ce qui a suscité la plus vive réaction contre le Traité de la doctrine chrétienne ? L’affirmation, simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
mais bibliquement fondée, selon laquelle Christ, le Fils de Dieu, est subordonné à Dieu, le Père. Après avoir cité Jean 17:3 et Jean 20:17, Milton s’interroge : “Si le Père est le Dieu de Christ et notre Dieu, et s’il n’y a qu’un seul Dieu, qui peut bien être Dieu hormis le Père ? ”


Par ailleurs, Milton fait remarquer ceci : “Le Fils lui-même et ses apôtres reconnaissent dans tout ce qu’ils disent ou écrivent que le Père est plus grand que le Fils en toutes choses.” (Jean 14:28). “N’est-ce pas Christ qui dit, Matt. xxvi. 39 : Ô mon Père, si c’est possible, que cette coupe passe loin de moi ; néanmoins, pas comme je veux, mais comme tu veux [...]. Pourquoi s’adresse-t-il au Père seul, plutôt qu’à lui-même, s’il est lui-même Dieu en réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
 ? S’il est lui-même à la fois homme et Dieu suprême, pourquoi prie-t-il finalement pour quelque chose qui est en son pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
 ? [...] Car partout le Fils n’adore et ne vénère que le Père, et il nous enseigne à faire de même. ”


Voir en ligne : La Tour de Garde 2007