Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Abhinavagupta : DOUZE STANCES SUR LA RÉALITÉ SUPRÊME

HYMNES D’ABHINAVAGUPTA

Abhinavagupta : DOUZE STANCES SUR LA RÉALITÉ SUPRÊME

PARAMĀRTHADVĀDAŚIKĀ

samedi 21 avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

1. Goûte toujours la paix paix
paz
peace
shalom
śanti
et abstiens-toi du perpétuel bavardage aux vains propos [1] en évitant les (expressions) ‘ qui es-tu, pourquoi, comment, qu’est-cela ’ qui encombrent le chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
. Ce qui se révèle (alors) comme la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
(éclairant) les distinctions entre existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
et non-existence, c’est la manière d’être sans fissure, le Vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
, le domaine de Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
, la Réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
, le suprême brahman Brahman . Quelle appréhension objective y (décèlerait-on) ?

2. Une fois écarté l’irréel, le réel auquel tu accèdes est lui-même irréel [2]. Irréel ou réel, n’est-ce pas à ce Réel même que tu es identique ?

3. « Toute manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
est indépendante et non pas due à la Lumière (de la conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
) », dis-tu, mais alors, si cette différenciation elle-même se manifeste, ne se manifeste-t-elle pas, elle aussi, dans la lumière ? Abandonne donc ta tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
à briser cette brisure [3]. Si, au cours d’un rêve sonho
rêve
dream
Morphée
songe
, on sait que l’on rêve, on n’éprouve point de peur Furcht
Furchtbar 
peur
redoutable
temor
medo
fear
miedo
frayeur
crainte
quand on reçoit un coup d’épée, qu’on est noyé, brûlé ou emprisonné, car ce n’est là qu’un jeu jeu
jogo
juego
play
lila
lîlâ
game
.

4-5. Quelles que soient les choses que l’on pose sous l’incitation de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
et de l’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
 [4], dis-moi en quoi elles se distinguent de l’inconscient ? Et si l’inconscient vibre lui aussi, ne (fait-il pas partie) du domaine de la Conscience sans dualité dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
, illimité, éternel et qui, éminemment réel, échappe à toute prise intellectuelle ? Si c’est toi qui manifestes les choses, comment l’illusion Maya
maya
Mâyâ
Māyā
illusion
ilusão
ilusión
se répandrait-elle par leur intermédiaire ? et si celles-ci manifestent cette (illusion) n’est-ce pas grâce à toi ? qu’importe, ici encore [5], ton éclat demeure indivis. Sinon (si tu n’es pas celui qui manifeste les choses), elles n’ont pas d’existence. Dans les deux cas (on ne peut poser d’existence objective distincte de la conscience). (Toi) grandeur grandeur
grandeza
greatness
toujours satisfaite, spontanée, que rien ne [68] restreint, qui pulvérise l’erreur, oh ! merveille, tu es perpétuellement illuminé !

6. Tourne ton regard vers l’extérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
tout en passant au-delà du sentier du visible (dis-tu) ! Allons donc ! Il s’agit de cette tromperie à la ressemblance ressemblance
homoiosis
semelhança
imitação
semblance
similitude
de la bhairavīmudrā [6] : le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
de la Conscience libre de dualité n’est ni à l’extérieur ni à l’intérieur, le domaine de l’épanouissement ne leur laissant pas de place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
.

7. Tout ce qui se révèle lorsque le flot d’impressions s’épanche avec véhémence [7], c’est cela même qu’il te faut observer avec intensité : si tu y apparais et apparais encore et encore au début, au milieu et à la fin Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
, Oh ! l’univers Univers
Universo
Universe
(différencié) se dissoudra.

8. La confusion s’épaissit quand on se préoccupe de doutes relatifs à la douleur douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
. Les entraves, dues aux erreurs surgies en même temps que leur cause causa
cause
aitia
aitía
aition
, déterminent son extrême variété. On la compare à la forteresse des gandharva. Si elle ne se manifestait dans le firmament de la Conscience — réceptacle de l’alternative dualisme et non-dualisme non-dualité
não-dualidade
advaita
non-duality
non-dualidad
non-dualisme
— en quel autre lieu brillerait-elle et quel serait (son) ultime refuge, elle dont l’essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
est multiplicité ?

9. Ce flot (d’impressions), vraiment irréel pendant le rêve, dans l’état de sommeil sommeil
sleep
état de sommeil
estado de sono
sleep state
profond ne se manifeste pas ; comment le saisirait-on dans le firmament de la Conscience sans limite Endlichkeit
finitude
finitude
finitud
finite
limit
limite
limitação
limitación
limitation
et par-delà ces (états) [8] ?

Si tu dis que dans la veille même, l’ensemble des objets telle la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
existe, là encore, il arrive que grâce à la Connaissance, si ce (flot) prend fin, en un instant et en quelque lieu que ce soit, l’ensemble n’apparaît plus scindé (de la Conscience), (ainsi) comment (dans la veille, la Conscience) pourrait-elle être brisée ?

10. Quelles que soient les apparences manifestées à la Conscience, on les atteint en moi, suprême firmament ; car ces rayons Rayonnement
rayonnement
irradiação
irradiación
irradiation
rayons
raios
rays
qui sont en elles (en leur spécificité), c’est en moi qu’ils brillent indifférenciés dans la Splendeur éternelle [9]. Et cette Lumière consciente illimitée, autonome, véritable, infinie, sans imperfection, éternelle, spontanée, qui disperse les ténèbres tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
fuites de deux ennemis irréconciliables : dualisme et non-dualisme, (cette Lumière) c’est moi !

[69] 11. Que le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
suscite les parcelles temporelles en les accumulant [10], que le créateur crée avec ardeur, ou que le dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
de l’amour amour
eros
éros
amor
love
secoue intensément (le cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
humain) selon les prescriptions (de Śiva) dont il dépend, que ce tintamarre du jeu divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
ayant pour seul asile le ciel [11] constitue les phases successives (menant) à la révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
du Soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, ou qu’il ait le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, etc., pour asile, n’est-ce pas dans la grande illusion du changement anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
universel que je les perçois ?

12. Holà, quelqu’un ! que je le dévore ; holà quelqu’un ! que je le tue séance tenante ; holà, quelqu’un ! que je le boive, moi qui suis ivre d’avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
mâché la vigueur de la suprême Conscience !

Śiva-le-lion, Dieu charmant, ayant accédé à la plus grande des satisfactions en se promenant dans les forêts impénétrables de son propre domaine [12], a fait barrir l’éléphant de cette vile différenciation [13]. Son apparition Erscheinung
apparition
manifestação
aparecimento
apariencia
appearance
Erscheinende
aparição
fulgure pour les êtres sagaces (parvenus) aux cimes de l’Eveil en même temps qu’elle met en fuite les maux — ces chacals — et qu’elle dissipe la peur inhérente à l’existence.


Voir en ligne : HYMNES D’ABHINAVAGUPTA


[1Phrases creuses et insignifiantes.

[2On peut comprendre aussi : le réel auquel tu accèdes est la réalité A, l’lnsurpassable (anuttara) et donc ton Soi.

[3Bhangibhangagraha, jeu de mots où Abhinavagupta insiste sur le terme briser.

[4Doit-on comprendre kalana comme une activité subtile et kriyā comme l’activité ordinaire ?

[5En cette objectivité.

[6Bhuiravīmudrā on tant que pratique préparatoire ; ou plutôt une parodie do cette attitude ? Cf. Anubhavanivedana, ici p. 40.

[7Impressions comme la terreur, la surprise, la colère. Ici p. 15, 21.

[8A savoir turya, quatrième état qui transcende les trois autres.

[9On pourrait traduire autrement : car les rayons brillent en elles dans leur splendeur éternelle et, en moi, (en leur) indivision, c’est-à-dire indifférenciés. Kāśa a aussi le sens de brin d’herbe, et donc insignifiant et qui ne pèse nullement sur la Conscience.

[10L’allitération sur la racine kal- produit un effet poétique certain mais intraduisible en français.

[11Éthéré et léger, car le poids du corps et la contrainte du souffle ont disparu.

[12Le Soi. K. C. Pandey a choisi la variante sudhāma, de son beau domaine.

[13D’après le swāmi Lakșman il faudrait comprendre : Śiva a mis en pièces l’éléphant barrissant de cette vile différenciation, sens auquel on s’attend ici. Le swāmi gardait en mémoire une autre version probablement perdue et qu’il ne m’a pas soumise. Cette dernière strophe n’est sans doute pas de la main d’Abhinavagupta et semble tardive. Nulle traduction n’est vraiment satisfaisante.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?