Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Hulin : la mémoire et le sujet

LE PRINCIPE DE L’EGO DANS LA PENSÉE INDIENNE CLASSIQUE

Hulin : la mémoire et le sujet

Le Bouddhisme et la négation de l’ātman

dimanche 29 avril 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

[...] Soit, par exemple, la mémoire mnemosyne
memória
mémoire
memory
. Elle paraît exiger un sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
qui se souvienne, qui identifie et distingue à la fois l’expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
passée (le souvenir) et sa revivescence présente (la remémoration). Le bouddhisme, qui n’admet aucune conservation de la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
d’un instant à l’autre, admet que toute expérience dépose dans la série mentale une imprégnation — vāsanā vasana
vāsanā
imprégnation
residu
désir latent
rémanence
— d’intensité proportionnelle à sa vivacité propre. Ce qui se conserve ainsi n’est pas une « chose » — vastu — mais une simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
disposition Befindlichkeit
disposibilité
disposição
encontrar-se
sentimento-de-situação
attunement
disposedness
disposition
entender-de
saṃskāra
samskara
— saṃskāra — ou propension de la série à faciliter le retour de cette [57] expérience. Le retour effectif se produira si cette propension vient à être « aidée » par une perception Wahrnehmung 
Vernehmen
perception
percepção
percepción
de contenu similaire ou comportant un signe semeion
signe
miracle
sinal
milagre
signal
miracle
associé à l’expérience primitive, etc. [1]. L’hypothèse des « dispositions » procure aux instants de pensée une sorte d’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
pragmatique qui permet de les disposer en série, évitant ainsi de faire appel à l’unité substantielle d’un sujet permanent.

Un problème classique est celui de l’absurdité apparente de toute « rétribution des actes », lorsqu’il n’y a pas identité Identität
identité
identidade
identity
identidad
pratyabhijnā
reconnaissance
reconhecimento
entre l’agent et celui qui récolte les fruits de l’acte acte
puissance
energeia
dynamis
. Les bouddhistes, à vrai dire, ne voient pas de différence fondamentale entre le passage à une nouvelle existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
et cette « mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
 » perpétuelle par laquelle, en cette vie Leben
vie
vida
life
zoe
même, les dharma dharma
dhamma
, corporels ou mentaux, se renouvellent sans trêve. Le brahmanisme mettra l’accent sur le cadre de rétribution : le niveau de satisfaction joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
à attendre de la nouvelle existence, le type de comportement qu’on l’adoptera, seront globalement déterminés par la situation de départ, condition animale, humaine ou divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
, naissance dans tel monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, dans tel pays, dans telle caste lignage
linhagem
lineage
race
raça
caste
casta
, etc. Mais le bouddhisme ne dramatise ni ne valorise la coupure représentée par une nouvelle naissance. La série apparemment inaugurée par le nouveau-né est le prolongement direct de la série apparemment close avec le mort [2]. L’avenir de la série ne dépend que d’elle-même, c’est-à-dire des dispositions acquises qui la « parfument », et le nouveau cadre de rétribution se présente comme une sorte de manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
extérieure des tendances actives à l’intérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
de la série [3]. Advient à l’individu Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
ce qui lui ressemble. Four quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
l’essentiel, la rétribution bouddhique ne prend pas la forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
de récompenses ou de châtiments rattachés de manière seulement « synthétique » aux actes antérieurs. Elle représente, au contraire, la conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
la plus radicalement immanentiste du karman Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
qui se soit fait jour dans l’Inde, celle qui ménage, entre le karlr et le bhoktr, le maximum de continuité intérieure [4]. Pour celui qui a pris l’habitude de voir dans l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
[58] de l’instant présent le simple « héritier légitime » de l’homme de l’instant précédent, le mécanisme de la rétribution est sans mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
 [5]. C’est l’évidence evidência
évidence
evidence
evidente
evidencia
evident
ressentie de cette continuité qui permet alors de se satisfaire de simples métaphores : l’enfant et l’adulte, le lait et le caillé, l’incendie qui se propage dans la jungle, etc. [6].

Reste la difficulté majeure, celle illustrée par l’impossibilité où se trouve chacun d’étendre à autrui sa propre conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
de soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
 [7]. Les vāsanā et saṃskāra peuvent bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
, en effet, rendre compte de l’orientation Ausrichtung 
orientation
orientación
direccionalidad
Orientierung
spécifique, du comportement particulier à travers lesquels telle série déjà constituée confirme concrètement son originalité par rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
aux autres. Ils n’expliquent pas comment, de toute éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
, les dharma se sont trouvés répartis en séries homogènes fermées sur elles-mêmes et radicalement coupées les unes des autres. Ce qui paraît faire défaut vice
vices
vício
vícios
défaut
malice
malícia
kakíai
ici, c’est une théorie de la réflexivité, du mouvement Bewegung
mouvement
movimento
movimiento
motion
kinesis
par lequel la série se totalise elle-même, au lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
de se laisser simplement appréhender de l’extérieur comme unité. Et force est bien de reconnaître que les textes manifestent ici une certaine tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
à esquiver la difficulté. La réponse du Mahāprajnāpāramitāśāstra, notamment, est purement sophistique : « La difficulté nous est commune, car si l’homme concevait l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
d’ātman âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
par rapport à la personne d’autrui, il faudrait encore demander pourquoi il ne conçoit pas l’idée d’ātman par rapport à sa propre personne » [8]. La faiblesse lâcheté
faiblesse
pusillanimité
couardise
paresse
bassesse
indignité
pusilanimidade
covardia
indignidade
de cette réponse tient au caractère purement artificiel de l’hypothèse symétrique envisagée : personne n’est jamais tenté de ressentir comme ātman la personne d’autrui. L’Abhidharmakośa, de son côté, ne parvient pas à éviter la tautologie : « Parce qu’il n’y a pas de relation entre la série des éléments d’autrui et cette notion. Lorsque corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
ou pensée (rūpa, citta-caitta) sont en relation avec la notion de « je » — relation de cause causa
cause
aitia
aitía
aition
à effet — cette notion naît à l’endroit de ce corps, de cette pensée ; non pas à l’endroit d’autres éléments. L’habitude de considérer « ma série » comme « je » existe [59] dans « ma série » depuis l’éternité » [9]. Répondre que « ma série » s’est constituée comme telle depuis l’éternité, précisément en ayant — plutôt qu’en « prenant » — l’habitude de s’appréhender comme « je », revient à supposer résolu le problème de la délimitation de cette série par rapport aux autres : chaque série faisant la même chose pour son propre compte, on n’atteint par cette voie qu’un « je » universel ou formel. En fait, la seule réponse cohérente, d’un point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
bouddhiste, semble bien être celle de l’« école du milieu ». Elle consiste à considérer le problème tout entier comme un de ces dilemmes caractéristiques du domaine de l’expérience mondaine et insolubles à son niveau. Le conflit discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
de ces deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
évidences irrécusables, la conscience de soi et l’insubstantialité des éléments, invite à quitter le plan même où surgissent de telles oppositions. « Ce qui est ātman pour toi est non-ātman pour moi ; il ne s’agit donc pas nécessairement d’un ātman. C’est autour des choses impermanentes — n’est-ce pas — que l’imagination image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
déploie ses hypothèses » [10].


Voir en ligne : LE PRINCIPE DE L’EGO DANS LA PENSÉE INDIENNE CLASSIQUE


[1Détails dans Abhidharmakośa, t. 5, pp. 274-278. Cette solution permet-elle de distinguer souvenir et hallucination ? Le vécu ne doit pas simplement revenir mais aussi être reconnu en tant que passé. C’est la constitution même des dimensions du temps qui fait difïlculté dans l’hypothèse de l’instantanéité universelle.

[2D’où l’importance accordée aux dernières pensées du mourant. L’« être de transition » admis par certaines écoles n’est, lui aussi, qu’un tronçon de la série, car il a même structure que ce qui vient avant lui et après lui (cf. Abhidharmakośa, t. 2, p. 31 sqq.).

[3C’est pourquoi les Jātaka, récits des vies antérieures du Bouddha, le montrent progressant vers la perfection à travers les naissances animales et humaines les plus diverses en utilisant au mieux les possibilités offertes par chacune.

[4Le brahmanisme n’a pas toujours su éviter aussi soigneusement tout extrinsécisme de la rétribution (recours à un Seigneur régulateur du karman, jugement des âmes, etc.), sans doute parce que le dharma y conserve un aspect d’opacité et de transcendance.

[5Bien n’interdit de penser, au demeurant, qu’une telle habitude démarque tout un ensemble de pratiques coutumières où l’individu est toujours défini par rapport à d’autres : comme père, fils, mari, héritier, créancier, débiteur, supérieur, inférieur, etc.

[6Questions of King Milinda, trad. cit., pp. 71-75 ; cf. Abhidharmakośa, t. 5, p. 271. Autres métaphores (la production du riz, le nœud sur la corde, le char) dans Mahāprajnāpāramitāśāstra, trad. cit., p. 748 sq.

[7Cf. supra, p. 51. Le même type d’objection se rencontre aussi dans l’Abhidharmukośa (t. 5, p. 271) : « Si la notion de « je » a pour objet la couleur-figure (rūpa) du corps et les autres éléments, pourquoi cette notion ne naît-elle pas à l’endroit de la couleur-figure d’autrui ? ».

[8Trad. cit., p. 737.

[9T. 5, p. 291 ; cf. p. 292 : « Quelle est la cause de la notion de « je » ? — C’est une pensée souillée, parfumée depuis l’éternité par cette même notion de moi, et ayant pour objet la série de pensées où elle se produit ».

[10Catuhśataka, st. 228