Philosophia Perennis

Accueil > Le Bouddhisme > Wei Wu Wei > Wei Wu Wei : Ici et Là

UNWORDLY WISE

Wei Wu Wei : Ici et Là

As the Owl Remarked to the Rabbit

mardi 8 mai 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

« Triste à propos de ce pauvre pauvreté
ptocheia
pauvre
pauvres
vieux faisan ! » Soupira le lapin, « il avait une si belle queue ! »
« Qu’est-il arrivé à lui qui vous rend triste ? » Demanda quête
busca
demanda
search
quest
le hibou.

« Tué par l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
de ces bipèdes ».
« Triste pour toi, ou pour lui » ?

« C’est triste pour lui, mais je suis désolé aussi ! » Expliqua le lapin.
« Triste pour toi, et idiot - mais pas pour lui ».

« Pourquoi pas triste pour nous deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
 ? » Demanda le lapin, surpris.
« Quelle différence pourrait-il y avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
entre “vivre” et “mourir Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
” ? »

« Eh bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
, » dit le lapin, « “vivre” est vivant, pour ainsi dire, et “mourir” est-bien-être mort ! »
« Je ne sais pas la différence », déclara le hibou ; « Un phénomène phénomène
fenômeno
phenomenon
phainomenon
est une image image
imagem
imagen
imaginação
imagination
kalpanā
dans un psychisme, et les images psychiques sont des apparences, apparemment à la fois réelles et factuelles, qu’elles soient perçues dans les rêves, les hallucinations ou dans ce qu’on appelle “la vie Leben
vie
vida
life
zoe
quotidienne” ».

« Oui, bien sûr, mais il avait une si belle queue ! » Soupira le lapin. Ne l’avez-vous pas admiré ?
« Et si je le faisais ? » Insista le hibou. « Tout les “vous” sont des images psychiques, les miennes aussi, et tout ce qui est objectivé, tout ça est autre-que-moi. »

« Si vous le dites, mais je pense que c’est important pour vous ! » Insista le lapin. [46]
« Ce n’est que du sentiment Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
en relativité », hulula le hibou. « Il peut avoir d’importance que ces images semblent “vivre” ou semblent “mourir” ? »

« Sentimentally en effet, il peut ! » Le lapin a persisté.
« Cela fait partie du rêve sonho
rêve
dream
Morphée
songe
vivant », a déclaré le hibou. « D’ailleurs, et c’est le point le point
ponto
punto
center
centro
, je ne peux pas mourir, mais seulement ce-que-je-ne-suis-pas. »

« Pouvez-vous vivre, alors, ou seulement ce-que-vous-n’êtes-pas ? » Demanda le lapin.
« “Vivre” n’est que l’imagerie psychique étendue “spatialement” et dans “le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
”, explique patiemment le hibou ; « Je ne peux ni “vivre” ni “mourir” ».

« Alors que pouvez-vous faire ? » Demanda courageusement le lapin.
« Rien », répondit le hibou, « il n’y a rien à faire, JE SUIS ».

« Ça m’est ennuyeux ! » Observa le lapin, découragé.
« Cela aussi est relatif, en contraste à son contraire », insista le hibou ; « absolument, les contraires et les contradictions n’ont aucun sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
, et par conséquent n’existent pas factuellement ».

« Ça semble encore plus terne » !, se lança le lapin.
« La relativité ne peut pas juger l’Absolu Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
Bhairava
Paramaśiva
 », expliqua brièvement le hibou, « car l’absolu est tout ce que la relativité est quand elle cesse d’être relative ».

« Donc ce n’est pas ennuyeux ? » Demanda le lapin.
« Ce n’est rien ; si c’était le cas, ce ne serait pas absolu mais relatif ! » observa le hibou.

« Même si ce n’est pas ennuyeux, ça sonne un peu esseulé, » rumina le lapin. [47]
« Esseulé ! » a hululé le hibou, battant ses grandes ailes, « Trèèès-quoiiii-trèèès-oùùù-trèèès-quiii ; pourquoi, nous sommes tous ICI : c’est ce que nous tous SOMMES » !

« Alors où donc est-ce ? » Demanda le lapin.
« C’est là où tu ES, tout ce que tu ES, et rien que ce que tu ES », déclara la chouette, rivant le lapin avec un regard de ses yeux pénétrants. « Comment pourriez-vous “vivre” ou “mourir” quand vous ÊTES comme JE » ?

Original

“Sad about that poor old pheasant !” sighed the rabbit, “he had such a lovely tail !”
“What happened to him that makes you sad ?” asked the owl.

“Shot by one of those bipeds.”
“Sad for you, or for him ?”

“Sad for him, but I’m sorry too !” the rabbit explained.
“Sad for you, and silly—but neither for him.”

“Why not sad for both of us ?” asked the rabbit, surprised.
“What difference différence
bheda
diferença
difference
could there be between ‘living’ and ‘dying’ ?”

“Well,” said the rabbit, “‘living’ is being Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
alive, so to speak, and ‘dying’ is—well—being dead !”
“I do not apperceive the difference,” the owl declared ; “a phenomenon is an image in a psyche âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, and psychic images are appearances, apparently both actual and factual, whether perceived in dreams, hallucinations, or in what is called ‘daily living.’”

“Yes, of course, but he had such a lovely tail !” sighed the rabbit ; “did you not admire him ?”
“What if I did ?” insisted the owl. “All ‘you’s are psychic images, mine also, and all that is objectivized, all that is other-than-I.”

“If you say so, but I think denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
it matters to you nevertheless !” insisted the rabbit. [46]
“That is only sentiment in relativity,” the owl hooted. “Can it matter matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
whether such images appear to ‘live’ or appear to ‘die’ ?”

“Sentimentally indeed it can !” the rabbit persisted.
“That is part of the living-dream,” the owl stated. “Besides, and this is the point, I cannot die, but only what-I-am-not”

“Can you live, then, or only what-you-are-not ?” asked the rabbit.
“‘Living’ is only psychic imagery extended ‘spatially’ and in ‘time’,” the owl patiently explained ; “I can neither ‘live’ nor ‘die.’”

“Then what can you do ?” asked the rabbit, courageously.
Nothing Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
whatever,” answered the owl, “nor is there anything whatever to be ‘done.’ I AM.”

“Sounds dull to me !” the rabbit observed, dejectedly.
“That also is relative, in contrast to its opposite,” the owl insisted ; “absolutely, opposites Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
and contradictions have no meaning, and therefore do not factually exist.”

“Sounds even duller !” the rabbit ventured.
“Relativity cannot judge Absolute,” the owl explained shortly, “for Absolute is all that relativity is when it ceases to to be relative.”

“So it is not dull ?” the rabbit asked.
“It is not anything ; if it were it would not be absolute but relative !” the owl observed.

“Even if it’s not dull, sounds a bit lonely,” the rabbit ruminated. [47]
“Lonely !” hooted the owl, flapping his great wings, “Tooo-whaaat-tooo-wheeere-tooo-whooo ; why, we are all HERE : it is what we all ARE !”

“Then wherever is it ?” asked the rabbit.
“It is where you ARE, all that you ARE, and nothing but what you ARE,” stated the owl, riveting the rabbit with a glance of his penetrating eyes. “How could you ‘live’ or ‘die’ when you ARE as I ?”


Voir en ligne : UNWORDLY WISE