Philosophia Perennis

Accueil > Tradition islamique > Sanai : les aveugles et la question sur l’éléphant

THE ENCLOSED GARDEN OF THE TRUTH

Sanai : les aveugles et la question sur l’éléphant

On the Blind Men and the Affair of the Elephant

samedi 12 mai 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Il y avait une grande ville dans le pays de Ghūr, dans laquelle tous les gens étaient aveugles. Un certain roi passa près de cet endroit, amenant sa armée et campant dans la plaine. Il avait un grand et magnifique éléphant pour remplir sa pompe et susciter la crainte Furcht
Furchtbar 
peur
redoutable
temor
medo
fear
miedo
frayeur
crainte
, et attaquer au combat combat
agon
lutte
agôn
. Un désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
s’éleva parmi le peuple de voir cet éléphant monstrueux, et un certain nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
d’aveugles, comme des imbéciles, le visitèrent, chacun courant dans sa hâte pour découvrir sa forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
et sa forme. Ils sont venus, et étant sans la vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
de leurs yeux tâtonnaient à ce sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
avec leurs mains ; chacun d’entre eux en touchant un membre a obtenu une notion d’une partie ; chacun a eu une conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
d’un objet impossible, et a entièrement cru sa fantaisie vraie. Quand ils sont retournés aux gens de la ville, les autres se sont rassemblés autour d’eux, tous attendent, tellement égarés et trompés étaient-ils. Ils ont posé des questions sur l’apparence Scheinen
paraître
aparentar
parecer ser
aparência
seeming
Schein
apparence
semblance
et la forme de l’éléphant, et ce qu’ils ont dit à tous écouté. L’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
lui demanda quête
busca
demanda
search
quest
qui avait la main sur l’oreille de l’éléphant ; il a dit, c’est un objet énorme et formidable, large et rugueux et étalé, comme un tapis. Et celui dont la main était venue sur sa trompe, dit : J’en ai eu connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
 ; il est droit et creux au milieu comme une pipe, une chose terrible et un instrument de destruction. Et celui qui avait senti les jambes épaisses et dures de l’éléphant disait : Comme je l’ai en tête, sa forme est droite droite
direita
right
comme un pilier raboté. Chacun avait vu une de ses parties, et tous l’avaient vu à tort. Aucun esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
ne connaissait le tout Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
, la connaissance n’est jamais la compagne des aveugles ; tous, comme des imbéciles trompés, imaginaient des absurdités.

Les hommes Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
ne connaissent pas l’essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
 ; dans ce sujet les philosophes ne peuvent pas entrer.

Sur l’allégorie allégorie
allégorique
alegoria
alegórico
allegory
ci-dessus.

On parle du « pied », de l’autre de « la main », repoussant au-delà de toutes limites leurs paroles folles ; cet autre parle de « doigts » et de « changement anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
de lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
 » et de « descendant », et de sa venue en tant qu’incarnation incarnation
sárkosis
encarnação
encarnación
. Un autre considère dans sa science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
son « établissement » et « trône » et « divan », et dans sa folie parle de « Il s’est assis » et « Il s’est couché », faisant de sa folie une cloche pour nouer autour de son cou. « Son visage » en dit un ; « Ses pieds » un autre ; et personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
ne lui dit : « Où est ton objet ? » De toute cette conversation vient l’altercation, et il en résulte ce qui s’est passé dans le cas des aveugles et de l’éléphant.

Exalté soit le nom de Celui qui est exempté de « quoi » et de « comment » ! les foies des prophètes sont devenus du sang. [C’est-à-dire que les prophètes sont dans une affliction profonde, parce qu’ils n’ont même pas atteint les sommets de la connaissance de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
. Cf. p. 3, 1. 18.]] Raison paralysée par cette parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
, [1] Les sciences des savants sont repliées. Tous sont venus reconnaître leur faiblesse lâcheté
faiblesse
pusillanimité
couardise
paresse
bassesse
indignité
pusilanimidade
covardia
indignidade
 ; malheur à celui qui persiste dans sa folie ! Dis, c’est allégorique ; ne dépendez pas d’elle et fuyez des conceptions folles. Le texte du Qur’ān - nous croyons tout ; et les traditions - nous admettons la totalité d’entre eux. [2]

Major J. Stephenson

There was a great city in the country of Ghūr, in which all the people were blind. A certain king passed by that place, bringing his aimy and pitching his camp on the plain. He had a large and magnificent elephant to minister to his pomp and excite awe, and to attack in battle. A desire arose among the people to see this monstrous elephant, and a number of the blind, like fools, visited it, every one running in his haste to find out its shape and form. They came, and being Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
without the sight of their eyes groped about it with their hands ; each of them by touching one member obtained a notion of some one part ; each one got a conception of an impossible object, and fully believed his fancy true. When they returned to the people of the city, the others gathered round them, all expectant, so misguided and deluded were they. They asked about the appearance Erscheinung
apparition
manifestação
aparecimento
apariencia
appearance
Erscheinende
aparição
and shape of the elephant, and what they told all listened to. One asked him whose hand had come upon its ear about the elephant ; he said, it is a huge and formidable object, broad and rough and spreading, like a carpet. And he whose hand had come upon its trunk said, I have found out about it ; it is straight and hollow in the middle like a pipe, a terrible thing and an instrument of destruction. And he who had felt the thick hard legs of the elephant said, As I have it in mind, its form is straight like a planed pillar. Every one had seen some one of its parts, and all had seen it wrongly. No mind knew the whole,—knowledge is never the companion of the blind ; all, like fools deceived, fancied absurdities.

Men know not the Divine essence ; into this subject the philosophers may not enter.

On the above Allegory.

One talks of ‘ the foot ’, the other of ‘ the hand ’, pushing beyond all limits their foolish words ; that other speaks of ‘ fingers ’ and ‘ change of place ’ and ’ descending ’, and of His coming ac an incarnation. Another considers in his science His ‘ settling himself ’ and ‘ throne ’ and ‘ couch ’, and in his folly speaks of ‘ He sat ’ and ‘ He reclined ’, making of his foolish fancy a bell to tie round his neck. ‘ His face ’ says one ; ‘ His feet’ another ; and no one says to him, ‘ Where is thy object ?’ From all this talk there comes altercation, and there results what happened in the case of the blind men and the elephant.

Exalted be the name of Him who is exempt from ‘what’ and ‘how’ ! the livers of the prophets have become blood. [3] Reason dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
hamstringed by this saying ; [4] the sciences of the learned are folded up. All have come to acknowledge their weakness ; woe to him who persists in his folly ! Say, It is allegorical ; depend not on it, and fly from foolish conceptions. The text of the Qur’ān—we believe croyance
croire
crença
crer
belief
believe
it all ; and the traditions—we admit the whole of them. [5]


Voir en ligne : THE ENCLOSED GARDEN OF THE TRUTH


[1c’est-à-dire, la déclaration de Dieu comme infinie et absolue.

[2Sc. "Bien que nous nous réservons le droit de les interpréter comme des allégories."

[3i.e., the prophets are in deep affliction, becaune even they have not attained to the heights of the knowledge of God. Cf. p. 3, 1. 18.

[4i.e., the declaration of God as infinite and absolute.

[5Sc. ‘ though we reserve the right of interpreting them as allegories.’

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?