Philosophia Perennis

Accueil > Tradition islamique > IBN ARABI > Chittick : dé-couvrir Dieu

THE SUFI PATH OF KNOWLEDGE

Chittick : dé-couvrir Dieu

THE DIVINE PRESENCE

jeudi 17 mai 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Comment puis-je découvrir Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
 ?

Ibn al-’Arabī Ibn Arabi
Ibn al-’Arabī
Muhyi-d-dîn ibn ’Arabî
« Cheikh al-Akbar » (« le plus grand maître », en arabe), ou encore « Ibn Aflatûn » (« le fils de Platon ») (1165-1240)
soutient que tous les êtres humains doivent chercher à répondre à cette question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
. Ayant répondu, ils doivent ensuite chercher à vérifier la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
de leur réponse en trouvant Dieu en fait, pas en théorie. Il se réfère à ceux qui ont vérifié avec succès la vérité de leur réponse en tant que Peuple du dévoilement et de la découverte (ahl al-kashf wa’l-wujūd Unverborgenheit
hors-retrait
découverte
desencobrimento
unconcealment
Entborgenheit
wujud
wujūd
découvrir
). Ils ont dépassé les voiles qui les séparent de leur Seigneur et se tiennent dans Sa Présence Anwesenheit
présence
parousia
presença
presence
parusía
. Le chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
qu’ils ont traversé est ouvert à tous. C’est le chemin apporté par les prophètes et suivi par les amis de Dieu (al-awliya), et c’est le chemin tracé en des détails incroyables dans les œuvres d’Ibn al-’Arabī. Pour comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
comment il conçoit le problème, le chemin et le but sont la tâche principale de la présente étude. Nous commençons par examiner la question : « Comment puis-je découvrir Dieu ? »

« Découvrir » rend l’arabe wujūd, qui, dans un autre contexte, peut être traduit par « existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
 » ou « être ». La fameuse expression « Unicité de l’Être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
 » ou « Unicité de l’Existence » (waḥdat al-wujūd), qu’on dit souvent représenter la position doctrinale d’Ibn al-Arabī pourrait également être traduite par « unicité » ou « unicité de découverte ». Malgré les centaines de volumes sur l’ontologie qui ont été inspirés par les travaux travail
travaux
tâche
labeur
trabalho
labor
trabajo
tarefa
task
d’Ibn al-Arabī, sa principale préoccupation n’est pas avec le concept begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
mental esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
d’être mais avec l’expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
de l’être de Dieu, la saveur rasa
saveur
sabor
taste
flavor
parfum
perfume
(dhawq) de l’être, cette « découverte » qui est à la fois percevoir et être ce qui est vraiment. Il ne fait aucun doute que Ibn al-’Arabī possédait l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
des plus grands esprits philosophiques que le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
ait jamais connu, mais la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
ne l’intéressait pas. Il voulait seulement se reposer dans la découverte constante et toujours renouvelée de l’Être et de la Conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
Divines. Lui, pour sa part, avait dépassé les voiles, bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
qu’il fût toujours prêt à admettre que les voiles sont infinis et que chaque instant de la vie Leben
vie
vida
life
zoe
, dans ce monde et pour toute l’éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
, représente une levée continuelle des voiles.

Trouver Dieu, c’est tomber dans la perplexité (ḥayra), non pas la perplexité d’être égaré et incapable de trouver son chemin, mais la perplexité de découvrir et de connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
Dieu et de ne pas Le découvrir et de ne pas Le connaître en même temps. Chaque chose existante autre que Dieu demeure dans un pays imaginaire d’affirmation et de négation, découverte et recouverte, connaissance et inconnaissance. La différence entre les Découvreurs et le reste d’entre nous est qu’ils sont pleinement conscients de leur propre situation ambiguë. Ils connaissent la signification signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
du dicton du premier calife Abou Bakr : « L’incapacité d’atteindre la compréhension est la compréhension même. » Ils savent que la réponse à toute question importante concernant Dieu et le monde est « oui et non » ou, comme le Cheikh l’exprime, « Lui / pas Lui » (huwa lā huwa).

Chodkiewicz fait remarquer qu’il ne serait pas erroné de dire que Ibn al-’Arabī n’écrit jamais rien que sur la sainteté sainteté
santidade
sainthood
saint
santo
Heiligkeit
holiness
santidad
, ses chemins et ses buts. Les saints, un terme qui sera traduit ici dans l’un de ses sens littéraux comme « amis (de Dieu) » ont trouvé Dieu dans cette vie et demeurent dans Sa Présence. Ibn al-’Arabī se réfère souvent à eux comme les « gnostiques » (’ārifūn). Ils voient et reconnaissent Dieu partout où ils regardent. Le verset coranique, « Où que vous alliez, il y a le visage de Dieu » (2 : 115) est devenu la description de leur état spirituel. D’autres sont empêchés de le voir par des voiles, mais les amis de Dieu savent qu’Il est les voiles et les autres. Pas que les amis soient confus. Ils ne disent pas « Tout est Lui » et en restent là. Ils disent : « Tout est Lui, tout n’est pas Lui », puis procèdent à clarifier les différents points de vue darshana
doctrines
points de vue
en fonction Funktion
fonction
função
function
función
desquels la situation peut être perçue. S’ils se trouvent parmi ces amis que Ibn al-’Arabī considère comme les plus hauts gradés - les Vérificateurs (al-muhaqqiqūn) - ils auront vérifié la vérité de leur vision de Dieu à tous les niveaux de l’existence et trouveront, non moins au niveau de l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
et de la parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
, les marques spécifiques de l’être humain Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
. Ainsi, eux et Ibn al-’Arabī en particulier fourniront des exposés sophistiqués de la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
exacte de l’ambiguïté ontologique et épistémologique qui remplit le Vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
et est communément appelé le « monde ». La perplexité des Vérificateurs à l’égard de Dieu en tant qu’Il est en Lui-même, ne les empêche jamais de Le trouver comme lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
et sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
et d’employer les fruits de ces attributs divins pour éclairer la nature des choses et mettre chaque chose à sa place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
.

« Comment puis-je découvrir Dieu ? » Cette question signifie : Comment puis-je enlever les voiles qui m’empêchent de voir Dieu ? Nous demeurons maintenant dans la situation de voir le Non-Lui en toutes choses. Comment pouvons-nous aussi percevoir l’univers Univers
Universo
Universe
comme Lui ?

Nous-mêmes sommes inclus parmi les « choses » de l’univers. Alors, « Comment puis-je découvrir Dieu ? » Signifie aussi : Comment puis-je enlever ces voiles qui m’empêchent d’être Dieu à cet égard où le « Lui » doit être affirmé. « Découvrir », il doit être répété, n’est jamais juste épistémologique. C’est fondamentalement ontologique. Être précède la connaissance en Dieu comme dans le monde ; rien ne sait jusqu’à ce qu’il existe d’abord. Et comme le dit si souvent le proverbe soufi : « Personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
ne connaît Dieu que Dieu ». La connaissance et l’être sont découvrir.

Original

Ibn al-‘Arabī maintains that all human beings Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
must seek to answer this question. Having answered it, they must then set out to verify the truth of their answer by finding God in fact, not in theory. He refers to those who have successfully verified the truth of their answer as the People of Unveiling and Finding (ahl al-kashf wa’l-wujūd). They have passed beyond the veils that stand between them and their Lord and stand in His Presence. The path they have traversed is open to everyone. It is the path brought by the prophets and followed by the friends of God (al-awliya), and it is the path set down in incredible detail in Ibn al-’Arabī’s works. To understand how he conceives of the problem, the path, and the goal Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
is the major task of the present study. We begin by examining the question : “How can I find God ?”

“Finding” renders the Arabīc wujūd, which, in another context, may be translated as “existence” or “being.” The famous expression “Oneness of Being” or “Unity Einheit
unité
unidade
unidad
unity
of Existence” (waḥdat al-wujūd), which is often said to represent Ibn al-’Arabī’s doctrinal position, might also be translated as the “Oneness” or “Unity of Finding.” Despite the hundreds of volumes on ontology that have been inspired by Ibn al-’Arabī’s works, his main concern is not with the mental concept of being but with the experience of God’s Being, the tasting (dhawq) of Being, that “finding” which is at one and the same time to perceive and to be that which truly is. No doubt Ibn al-‘Arabī possessed one of the greatest philosophical minds the world has ever known, but philosophy was not his concern. He wanted only to bask in the constant and ever-renewed finding of the Divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
Being and Consciousness. He, for one, had passed beyond the veils, though he was always ready to admit that the veils are infinite Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
Infinité
and that every instant in life, in this world and for all eternity, represents a continual lifting of the veils.

To find God is to fall chute
queda
decadência
caída
fall
into bewilderment (ḥayra), not the bewilderment o being lost and unable to find one’s way, but the bewilderment of finding and knowing God and of not-finding and not-knowing Him at the same time. Every existent thing other than God dwells in a never-never land of affirmation and negation Negieren
Negation
negação
negating
wu-nien
, finding and losing, knowing and not-knowing. The difference différence
bheda
diferença
difference
between the Finders and the rest of us is that they are fully aware of their own ambiguous situation. They know the significance of the saying of the first caliph Ab AB
Aitareya Brāhmana
Aitareya Brahmana
Rigveda Brahmanas : The Aitareya and Kausitaki Brāhmanas of the Rigveda, cd. A. B. Keith, Cambridge, Mass., 1920 (HOS XXV).
ū Bakr : “Incapacity to attain comprehension is itself comprehension.” They know that the answer to every significant question concerning God and the world is “Yes and no,” or, as the Shaykh expresses it, “He/not He” (huwa lā huwa).

Chodkiewicz points out that it would not be far from the mark to say that Ibn al-‘Arabī never writes about anything except sanctity, its paths, and its goals.1 The saints, a term which will be translated here in one of its literal meanings as “friends (of God),” have found God in this life and dwell wohnen
habitar
dwell
habitação
dwelling
Vâsyam
Vasyam
in His Presence. Ibn al-‘Arabī often refers to them as the “gnostics” (’ārifūn). They see and recognize God wherever they look. The Koranic verse, “Whithersoever you turn, there is the Face of God” (2:115) has become the description of their spiritual state. Others are prevented from seeing Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
Him by veils, but God’s friends know that He is the veils and the others. Not that the friends are muddle-headed. They do not say ‘All is He”2 and leave it at that. They say, “All is He, all is not He,” and then proceed to clarify the various points of view in terms of which the situation can be perceived. If they happen to be among those friends whom Ibn al-‘Arabī considers of the highest rank—the “Verifiers” (al-muhaqqiqūn) — they will have verified the truth of their vision of God on every level of existence and finding, not least on the level of intelligence and speech, the specific marks of being human. Hence they and Ibn al-‘Arabī in particular will provide sophisticated expositions of the exact nature of the ontological and epistemological ambiguity that fills the Void and is commonly referred to as the “world.” The bewilderment of the Verifiers in respect to God as He is in Himself never prevents them from finding Him as Light and Wisdom and from employing the fruits of those divine attributes to illuminate the nature of things and put each thing in its proper place.

“How can I find God ?” This question means richesse
abondance
riqueza
abundância
wealth
prospérité
Artha
moyens
means
meios
 : How can I remove the veils that prevent me from seeing God ? We dwell now in the situation of seeing the Not He in all things. How can we also perceive the universe as He ?

We ourselves are included among the “things” of the universe. So “How can I find God ?” also means : How can I remove those veils that prevent me from being God in that respect where the “He” must be affirmed. “Finding,” it needs to be repeated, is never just epistemological. It is fundamentally ontological. Being precedes knowledge in God as in the world ; nothing Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
knows until it first exists. And as the oft-quoted Sufi saying maintains, “None knows God but God.” Both knowledge and being are finding.


Voir en ligne : THE SUFI PATH OF KNOWLEDGE

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?