Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Silburn : Le Śivaīsme du Kashmīr

LE PARAMĀRTHASĀRA DE ABHINAVAGUPTA

Silburn : Le Śivaīsme du Kashmīr

INTRODUCTION AU PARAMĀRTHASĀRA

lundi 18 juin 2018, par Cardoso de Castro

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Le Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
īsme du Kashmīr est généralement connu sous les noms de Trika et de Pratyabhijñādarśana afin de le distinguer du Śivaīsme dualiste appelé Śivāgama et Siddhānta, mais Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
préfère désigner son école par les termes Svātantryavāda ou mieux encore Bhairava Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
Bhairava
Paramaśiva
śāsana, et c’est à juste titre, car ce système met l’accent, du point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
, sur la libre spontanéité spontanéité
espontaneidade
spontaneity
espontaneidad
ou volonté voluntas
volonté
vontade
voluntad
volition
the will
icchā
(svātantrya Freiheit
liberté
liberdade
freedom
liberdad
eleutheria
svātantrya
Atiguna
) qui n’est autre que l’Énergie shakti
kālī
kali
l'Énergie
divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
(śakti) tandis que, du point de vue mystique mysticisme
misticismo
mysticism
μυστικός
mystikos
místico
místicos
mystic
mystique
, il insiste tout particulièrement sur la vie Leben
vie
vida
life
zoe
théopathique, l’étape ultime qu’il nomme ‘bhairava’. Ce sont là les deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
aspects originaux du système Trika.

Le Śivaīsme kashmirien ne fait pas partie de la tradition diadosis
tradition
tradição
tradición
védique car il ne reconnaît pas l’autorité des Veda Véda
Veda
Vedas
.

Les débuts de cette école remontent officiellement au ixe siècle, mais la source de son inspiration inspiration
inspiratio
inspiração
inspiración
est beaucoup plus ancienne. Ce sont des Traités religieux śivaītes, les Āgama dont certains datent du début de l’ère chrétienne alors que d’autres sont de rédaction plus tardive.

Mais, d’après les philosophes du Trika, ces Āgama existent de toute éternité aion
aiôn
éon
éternité
eternidade
eternity
eternidad
parce qu’ils sont l’expression même de la Parole Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
divine. Les Āgama de tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
moniste qu’ils vénèrent tout spécialement sont le Vijñānabhairava, le Svacchanda, le Rudriyamala, la Parātriṃśikā et le Mālinīvijaya.

A la fin Ende
la fin
o final
o fim
el fin
finalité
finalidade
finalidad
the end
the goal
purpose
propósito
telos
télos
meta
du viiie siècle, l’Inde entière et le Kaśmīr en particulier étaient un foyer intense de renouveau mystique et philosophique. L’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
de la découverte régnait encore pleinement du ixe au xie siècle parmi les partisans du Svātantryavāda qui étaient à la recherche Untersuchen
rechercher
recherche
investigar
investigação
investigación
investigation
anvīksikī
anviksiki
anvesanā
observation
examen
de la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
la plus courte apte à conduire au but suprême, l’identité Identität
identité
identidade
identity
identidad
pratyabhijnā
pratyabhijñā
reconnaissance
reconhecimento
à Śiva.

Leur doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
philosophique s’appuie entièrement sur leur expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
personnelle de l’extase et d’autres états mystiques. La littérature śivaīte n’est donc pas une scolastique à la manière de la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
indienne en général ; elle repousse nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
de symboles symbolon
symbolisme
symboles
symbole
simbolismo
símbolo
símbolos
symbol
symbolism
symbols
traditionnels et s’efforce d’exprimer une originalité profonde et vécue en se servant de vocables nouveaux.

Entraînés par le flot de leurs expériences inédites, ces penseurs tendent vers la réalisation pratique praktike
prática
práticas
pratique
pratiques
, concrète, en cherchant une vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
vécue plutôt qu’une vérité abstraite.

Mais c’est dans la révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
qu’ils eurent de la conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
en tant que libre conscience de soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
et conscience en acte acte
puissance
energeia
dynamis
que nous verrons la marque la plus incontestable de leur génie. C’est là le trait majeur de l’édifice doctrinal qu’ils édifièrent, et ce qui lui donne sa cohérence métaphysique.

Ces philosophes sont donc d’abord des mystiques, car ils soutiennent que l’essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
inexprimable du Soi ne peut être atteinte que par la voie de l’intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
spirituelle. Presque tous, et en particulier Vasugupta, Utpaladeva Utpaladeva
Utp
Utpala
Utpaladeva (« Seigneur du Lotus Bleu ») ou Utpalācārya (Xe siècle), philosophe shivaïte (śaivasiddhānta) du Cachemire, élève de Somānanda et maître de Abhinavagupta.
et Abhinavagupta, ont joui d’une expérience mystique authentique. Ainsi Abhinavagupta était considéré par ses contemporains qui eurent le juste sentiment Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
de sa grandeur grandeur
grandeza
greatness
comme l’un L'Un
hen
hén
Uno
the One
de leurs plus grands maîtres spirituels car il avait réalisé le Soi ainsi que son identité à Śiva [1].

D’autre part les adhérents du système de l’autonomie Selbständigkeit
autonomie
estar-em-si-mesmo
self-constancy
autonomia
insistent sur l’état bhairava, l’aboutissement le plus élevé de la vie spirituelle, l’identité à Paramaśiva même, c’est-à-dire la divinité douée de son énergie omnisciente et toute-puissante, en sorte qu’ils soutiennent qu’on peut jouir dès ici-bas d’une vie divinisée aux énergies infinies.

Ces mystiques sont d’autre part des rationalistes, car ils se servent autant qu’il leur est possible de la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
pour étayer leur expérience spirituelle. Ils s’intéressent également au monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
de l’expérience usuelle et c’est dans la vie courante qu’ils trouvent des exemples propres à illustrer les états mystiques qu’ils s’efforcent de décrire et de classer.

Vasugupta [2], le fondateur du système de l’autonomie (svātantryavāda) est un grand mystique qui cherche Śiva plus par l’extase que par la voie métaphysique. Ses Śivasūtra qui, dit-il, lui furent révélés par Śiva lui-même, ne traitent que de la triple voie qui conduit à l’identité au Seigneur. Il insiste tout particulièrement sur caitanya, la conscience de soi dont il fait un spanda Réverbération
réverbération
reverberação
reverberation
reverbaración
vibration
vibração
vibración
echo
eco
tremor
Spanda
, l’acte pur saisi en sa source, au moment où il s’ébranle alors qu’on prend conscience de soi. ou que s’amorce la décision ou au cours de tout état d’une exceptionnelle intensité qui provoque un brusque retour sur soi [3].

Somānanda, un grand sage sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
Sage
Sábio
qui lui succédé de près, voulut donner un fondement Grund
Fundament 
fondement
fundamento
Fundamente
fondations
fondation
ādhāra
root
philosophique à la mystique moniste de Vasugupta et écrivit en ce but la Sivadrsti, une œuvre qui ne manque pas d’audace.

Ce traité décrit une voie nouvelle vers l’absolu, voie que Vasugupta n’avait pas mentionnée : c’est la Reconnaissance intuitive et directe de Siva en nous et dans l’univers Univers
Universo
Universe
qu on nomme Pratyabhijñā. C’est ainsi que la Réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
ultime qui est acte pur et liberté infinie peut être réalisée grâce à la Reconnaissance de cette liberté au cours des activités journalières.

Un élève de Somānanda, Utpaladeva, qui vivait dans la première moitié du xe siècle, fut l’auteur de l’Īśvarapratyabhijñākārikā, un ouvrage qui connut une grande célébrité au Kaśmīr en raison de sa puissante inspiration. Outre les commentaires qu’il écrivit a ce traité, il chante dans sa Stotrāvalī les louanges du Seigneur et s’y montre un grand poète lyrique. La Reconnaissance immédiate de soi est non seulement celle de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
unique et absolu, mais aussi celle de Śiva digne d’amour amour
eros
éros
amor
love
et d’adoration dévotion
devoção
devotion
devoción
adoration
adoração
adoración
bhakti
.

Mais par l’ampleur de son œuvre et par la profondeur de son génie Abhinavagupta dépasse ces trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
promoteurs de l’école Trika.

Ses œuvres sont pleines d’un savoir Wissen
saber
savoir
extraordinaire qui s’étend a tous les domaines, d’une expérience mystique riche et profonde et d’une vie débordante — quel que soit le sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
qu’il traite.

Il ne se contente pas d’exposer les conceptions philosophiques mystiques et tantriques de ses prédécesseurs en un système vigoureux et bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
construit ; interprète pénétrant et hardi il y imprime la marque de son vaste génie. Son œuvre magistrale, le Tantrāloka
T.Ā.
T.A.
Tantrāloka
Tantraloka
TANTRĀLOKA D’ABHINAVAGUPTA
, constitue la somme théologique de l’école Trika.

Abhinavagupta n’est pas seulement le plus grand des philosophes du Kashmīr, il est plus célèbre encore, et célèbre dans l’Inde entière, par ses œuvres esthétiques sur la jouissance artistique (rasa rasa
saveur
sabor
taste
flavor
parfum
perfume
) et sur la suggestion (dhvani), laquelle implique une théorie intéressante de l’inexprimé en art Kunst
arte
art
.

L’exposition qu’il fit des théories esthétiques de ses devanciers est remarquable par son originalité et sa maîtrise. Elle fait de lui la plus grande autorité en poétique indienne [4].


Voir en ligne : LE PARAMĀRTHASĀRA DE ABHINAVAGUPTA


[1Aujourd’hui encore on vénère au Kaśmīr la mémoire d’Abhinavagupta ainsi que celle de Lallā et d’Utpaladeva dont le peuple récite les hymnes mystiques. Lakṣman Brahmacārin de Śrinagar est un disciple éloigné mais fervent d’Abhinavagupta.

[2Vasugupta vivait au début du ixe siècle. Il est probablement l’auteur de la Spandakārikā que certains attribuent à son disciple Bhaṭṭakallaṭa.

[3S. K. 22.

[4Sur la vie et les œuvres d’Abhinavagupta nous renvoyons à la thèse du Dr Kanti Chandra Pandey : Abhinavagupta. The Chowkhamba Sanskrit Series. 1935. Vol. I, p. 1-21, thèse à laquelle nous empruntons nombre de renseignements.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?