Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > L’alternance

L’alternance

dimanche 16 novembre 2008

A. — Le Principe ayant émis sa vertu une, celle-ci se mit à évoluer selon deux modalités alternantes. Cette évolution produisit (ou condensa) l’air médian (la matière ténue). De la matière ténue, sous l’influence des deux modalités yinn et yang, furent produits tous les êtres sensibles. Sortant du yinn (de la puissance), ils passent au yang (à l’acte), par influence des deux modalités sur la matière.

B. — Ce que les hommes n’aiment pas, c’est d’être seuls, uniques, incapables (l’obscurité et l’abaissement), et cependant les empereurs et les princes se désignent par ces termes (humilité qui ne les avilit pas). Les êtres se diminuent en voulant s’augmenter, et s’augmentent en se diminuant.

C. — En parlant ainsi, je redis l’enseignement traditionnel. Les forts arrogants ne meurent pas de leur belle mort. Je fais de cet axiome le fond de mon enseignement.

Lao-Tzeu, 42.


Voir en ligne : Les pères du système taoïste

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.