Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > Duyvendak : Commentaire Tao Te Ching XLII

Duyvendak : Commentaire Tao Te Ching XLII

dimanche 16 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Ce chapitre sous sa forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
traditionnelle n’est certainement pas en ordre. Il commence par les mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
 : « La Voie Tao
Dao
la Voie
The Way
a produit un » ; mais le Houai-nan tseu (2e siècle av. J. C.), citant ce passage, omet ces trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
mots. Je suis persuadé qu’ils n’appartiennent pas au texte. La Voie n’est pas un principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
créateur abstrait, au dessus de tout ce qui existe. Elle est plutôt elle même le principe d’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
. Sur cette unité, comparer le chapitre XXXIX. Cette unité opère par une dualité dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
. La phrase suivante rend évident que l’auteur vise le dualisme du Yin Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
et du Yang, mentionné ici pour la première fois. Voir aussi le Livre des Mutations (Legge Legge LEGGE, James. Tao Te Ching. (Sacred Books of the East, Vol 39) [1891] , p. 355) : « Une alternance de Yin et Yang s’appelle la Voie. » Yin est la catégorie sombre, froide, féminine, passive, Yang la catégorie claire, chaude, masculine, active.

« Trois » indique sans doute « le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
, la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
et l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
 », dont tous les autres êtres procèdent.

Toutes choses tournent le dos à l’obscurité et cherchent la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
 ; et pourtant elles sont l’une comme l’autre essentielles pour qu’il y ait un développement harmonieux. Le décroissement (à savoir Wissen
saber
savoir
le sombre, Yin) peut conduire à l’augmentation (le clair, Yang). Tch’ong est ici un mot difficile : on serait tenté de le rendre par « monter dans les airs » ce qui, avec « souffle pneuma
πνεῦμα
souffle
sopro
breath
prāna
prāṇa
prana
Vayu
, vapeur », donnerait un bon sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
qui est assez usuel et se rencontre dans le Che ki ; pourtant, vu l’emploi de ce mot dans les chapitres IV et XLV, je m’en tiens à la signification de « vide vide
vazio
void
vacuité
emptyness
empty
śūnyatā
shunyata
shûnya
shunya
śūnya
VOIR néant
 ».

Il serait séduisant de reporter l’exemple des titres royaux « orphelin, délaissé », etc. et la leçon à en tirer : augmentation par la perte, au chapitre XXXIX où le même exemple est donné. Que ces deux passages se soient trouvés ensemble à l’origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
est en effet très probable (le texte traditionnel porte porte
porta
puerta
gate
door
ici wang kong « rois et ducs », ce qui me paraît aussi artificiel que wang heou , leçon proposée par Kao Heng ; je pense que la leçon originale est heou wang , bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que la date de cette expression soit suspecte ; voir XXXVII). Toutefois, après quelque hésitation, je laisse le texte tel qu’il est, puisque l’exemple donné ici s’accorde bien avec l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
du mélange harmonieux de Yin et Yang. Le premier paragraphe, qui enseigne que la Voie opère d’une manière dualiste, se trouve également en rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
logique lógica
logique
logic
Logik
tarka-vidyā
nyāya
nyaya
avec cette idée.

Le dernier paragraphe est obscur. Il me semble que la dernière phrase doit être interprétée comme je le fais : l’auteur n’a aucune prétention à l’originalité dans son enseignement, sauf sur un point, à savoir que la violence conduit à une fin funeste. L’emploi de deux pronoms différents dans la première personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
est curieux, à savoir wo et wou respectivement dans : « Je l’enseigne aussi » et « Je serai le père ». Cela me paraît indiquer une corruption du texte. La phraséologie de la phrase finale est bizarre et le rapport avec le reste du chapitre me paraît faible. L’explication donnée par A. Waley, p. 195, bien qu’ingénieuse, ne me satisfait pas. Il traduit : « Montre-moi un homme violent qui ait eu une bonne fin et je le prendrai comme maître guru
enseignant
professeur
maître
mestre
professor
. »


Voir en ligne : LE TAO TÖ KING, LE LIVRE DE LA VOIE ET DE LA VERTU

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?