Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Boehme : Le combat de l’âme

Boehme : Le combat de l’âme

dimanche 23 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Saint-Martin

XI, 74. Toutefois le corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
froid et à moitié mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
ne comprend jamais ce combat combat
agon
lutte
agôn
de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
. Il ne sait pas comment cela lui arrive ; mais il est accablé et dans l’angoisse Angst 
angoisse
angústia
anxiety
angustia
angstbereit
prêt à l’angoisse
ängsten
s’angoisser
angustiar-se
 ; il va d’un objet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
ou d’un lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
à un autre ; il y cherche le calme et le repos repos
repouso
stillness
quietud
quietness
passividade
doçura
quietude
quiescence
recueillement
recolhimento
apaisement
hesychia
śānta
Śamah
 ; et quand il croit les tenir, il ne trouve rien. Alors le doute et l’incrédulité l’obsèdent. Il en est de lui comme s’il était rejeté de la divinité divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
 : mais il ne comprend pas le combat de l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
 ; comment cet esprit a tantôt le dessus et tantôt le dessous ; et quel est le terrible assaut et le combat avec les qualités infernales et célestes. Ce feu Feuer
fogo
feu
fire
pyr
Agni
têjas
tejas
est allumé par les démons, et tempéré par les saints anges anjo
anjos
ange
anges
angel
angeles
arcanjo
arcanjos
archange
archanges
deva
devas
. Je laisse ceci à considérer à toutes les saintes âmes [1] (Jakob Boehme Böhme
Boehme
Jakob Böhme (1575-1624), théosophe allemand, surnommé « Philosophus teutonicus ».
, Aurore)

John Sparrow

139. But the cold and half-dead body doth not always understand verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
this fight of the soul : The body doth not know connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
how it is with it, but is heavy and anxious ; it goeth from one room or business to another ; and from one place to another ; it seeketh for ease and rest.

140. When it cometh thither, where it would be, yet it findeth no such thing ; then doubtings and unbelief fall chute
queda
decadência
caída
fall
in between and come upon it ; sometimes it seems to it as if God Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
had quite cast it off ; but it doth not understand the fight of the spirit, how the same is sometimes down, and sometimes gets aloft.

141. What vehement and furious war guerre
guerra
war
and fight there is between the hellish quality tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
and the heavenly, which fire the devils blow up, and the holy angels quench it, I leave to every holy soul to consider of.


Voir en ligne : JACOB BOEHME


[1Très nombreux sont les passages de ce genre, dans lesquels Boehme invite le lecteur à réfléchir sur le drame de l’objectivation de l’être humain. On sait à quel point une telle réflexion a pu nourrir l’œuvre d’un des plus grands philosophes russes, Nicolas Berdiaeff. Dans Esprit et Réalité, ce dernier, notons-le en passant, faisait pertinemment remarquer : « La vision de Boehme a fécondé la pensée de Kant, de Fichte, de Schelling, de Hegel, de Schopenhauer. Mais la vision de Boehme fut si rationalisée et si transformée dans la métaphysique allemande qu’elle perdit presque tout le caractère chrétien qu’elle conserve chez lui. Sa mystique est en effet christocentrique au plus haut point. J. Boehme et saint Thomas d’Aquin représentent les deux types opposés de la gnose. L’édifice grandiose de Boehme est musical, c’est une symphonie. L’édifice grandiose de saint Thomas d’Aquin est architectural, c’est une cathédrale gothique. (...) La métaphysique allemande a rationalisé un thème musical, là résident ensemble sa force et sa faiblesse. Mais dans son essence la mystique est plus musicale qu’architecturale. » (P. Aubier, 1950, pp. 183-184.)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?