Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Schuon : Bouddha et Shankara

Schuon : Bouddha et Shankara

lundi 24 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Original

Il y a un certain rapport Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
complémentaire entre la réaction bouddhique et la réaction shankarienne : le Bouddhisme a réagi contre un Brahmanisme devenu quelque peu sophistique et pharisaïque, et Shankara Shankara
Shamkara
Sankara
Śañkara
Shankarasharya
Çankara
Śankara
Çamkara
a réagi contre, les simplifications doctrinales du Bouddhisme, simplifications non pas erronées en soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, certes, mais contraires à la métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
traditionnelle de l’Inde. Si la spiritualité spiritualité
espiritualidade
espiritualidad
spirituality
brahmanique n’avait pas subi d’obscurcissement, l’expansion pacifique du Bouddhisme n’eût pas été possible ; de même, si la perspective bouddhique n’était pas centrée sur l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
et ses fins dernières, Shankara n’eût pas eu à la rejeter au nom d’une doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
centrée sur le Soi.

C’est là la grande différence le Bouddha Bouddha
Buddha
Buda
boudhisme
buddhism
budismo
délivre en éliminant ce qui est humain, après l’avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
défini comme souffrance douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
 ; Shankara délivre par la seule connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
de ce qui est réel Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
, pur Sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
, pur Soi. Mais éliminer tout ce qui est humain ne va pas sans métaphysique, et connaître le Soi ne va pas sans élimination de ; l’humain : le Bouddhisme est une thérapie spirituelle qui, comme telle, exige une métaphysique [1], tandis que l’Hindouisme est une métaphysique qui, avec la même nécessité Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
, implique une thérapie spirituelle. (Frithjof Schuon Schuon Frithjof Schuon (1907-1998), pérennialiste, lecteur et correspondant du métaphysicien français René Guénon. , Perspectives spirituelles et faits humains)

Cutsinger

There is a certain complementary relationship between the Buddhist and Shankarian reactions : Buddhism reacted against a Brahmanism that had become somewhat sophisticated and Pharisaical, and Shankara reacted against the doctrinal simplifications of Buddhism—simplifications that were certainly not erroneous in themselves but contrary to the traditional metaphysics of India. If Brahmanic spirituality had not suffered a measure of obscuration, the peaceful expansion of Buddhism would not have been possible ; in the same way Weg
chemin
caminho
way
camino
, if the Buddhist point of view had not been centered on man and his final ends, Shankara would not have had to reject it in the name of a doctrine centered on the Self.

Therein lies the great difference différence
bheda
diferença
difference
 : the Buddha delivers by eliminating what is human after first defining it as suffering ; Shankara delivers solely by the knowledge of what is real, what is pure Subject, pure Self. But to eliminate everything human is not possible without metaphysics, and to know the Self is not possible without eliminating what is human : Buddhism is a spiritual therapy, which as such requires metaphysics [2], whereas Hinduism is a metaphysics, which by the same token requires a spiritual therapy.


Voir en ligne : Hyper-Schuon


[1« Selon l’enseignement du Bouddha, il y a deux ordres de vérités : la vérité suprême, et celle des apparences. Ceux qui n’ont pas encore trouvé la différence des deux vérités n’ont pas compris le sens le plus profond de la doctrine. » (Nâgârjuna, dans le Mâdhyamikashâstra.)

[2“According to the teaching of the Buddha there are two orders of truth : supreme truth and the truth of appearances. Those who have not yet discovered the difference between these two truths have not understood the deepest meaning of the doctrine” (Nagarjuna in the Madhyamika Shastra).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?