Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Alain : Cette pensée de plusieurs est-elle elle-même plusieurs (...)

Alain : Cette pensée de plusieurs est-elle elle-même plusieurs ?

samedi 29 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Concevons le célèbre cheval de bois ; donnons-lui des yeux, des oreilles, des narines, et que les choses y fassent empreinte. Ce n’est pas ainsi que nous pensons ; l’odeur n’est pas ici et la couleur couleur
cor
color
là ; mais la couleur et l’odeur sont pensées ensemble dans l’objet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
. Me voilà donc à rassembler mes sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
en quelque sens commun, cerveau ou comme on voudra dire, où les sensations soient ensemble. Mais c’est encore cheval de bois. Les parties de ce sens commun font encore qu’une sensation expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
n’est point où est l’autre ; ou bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
, s’il n’a pas de parties, nous sommes à la pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
, à l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, enfin à ce qui n’est point chose. Mais ce genre d’argument ouvre le chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
à d’étonnantes remarques, qui font entrevoir l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
. Car, s’il vous plaît, cette pensée que les sensations sont différentes, cette pensée aussi que la vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
n’est point l’ouïe, où est-elle ? Et cette pensée que les sensations sont plusieurs, où est-elle ? Et cette pensée que les parties du sens commun sont plusieurs, où est-elle ? Mieux, cette pensée de plusieurs est-elle elle-même plusieurs ? Nous voilà ramenés aux cinq osselets, humble humilité
tapeinophrosyne
humble
humiliation
humildade
humilidad
Reconnaître la grandeur du Soi, du "Je Suis".
exemple. Mais Socrate Socrate
Sokrates
Sócrates
Socrates
Socrate (en grec Σωκράτης Sōkrátēs), philosophe de la Grèce antique (Ve siècle av. J.-C.)
dit dans le Phédon quelque chose qui est encore plus simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
et plus désespérant, par cette évidence evidência
évidence
evidence
evidente
evidencia
evident
qu’il fait paraître Scheinen
paraître
aparentar
parecer ser
aparência
seeming
Schein
apparence
semblance
et qu’aussitôt il cache. Car, dit-il, il ne savait plus comment deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
et deux pouvaient faire quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
 ; bien pis, il ne savait plus comment un et un pouvaient faire deux. Est-ce le premier un qui devient deux, ou le second, ou quoi ? Mais est-il possible que un devienne deux ? Et enfin, ces cinq osselets, comment sont-ils cinq ? Le cinquième fait cinq, mais ce n’est pas lui qui est cinq ; ni lui, ni aucun des autres. Le cinq est en tous et comme posé sur eux, indivisible. Le cinq est sans parties ; le cinq n’est pas une chose ; le cinq ne périt point ; il ne devient point ; il ne vieillit point. Le cinq, c’est une pensée. Mais ce n’est pas assez dire ; car ce n’est pas parce qu’on y pense que le cinq est cinq. Il était cinq avant, il est cinq encore après. Dans les nombres Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
il a sa place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
éternelle, et sa nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
que rien ne corrompt. C’est une idée. (Alain Alain Émile-Auguste Chartier (1868-1951), philosophe, journaliste, essayiste et professeur de philosophie français. , Idées)


Voir en ligne : Alain (Émile Chartier)