Philosophia Perennis

Accueil > Symbolisme > Novalis : le médiateur

Novalis : le médiateur

lundi 1er décembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

« Rien de plus nécessaire à un réel Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
sentiment Gefühle
sentiment
sentiments
sentimentos
feelings
sentimientos
emotion
emoção
emoción
emotions
emoções
emociones
bhava
religieux qu’un médiateur, qui nous relie à la divinité divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
. L’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
ne peut absolument pas être immédiatement en relation Beziehung
Bezug
Verhältnis
Weiter-reden 
relation
relação
relación
rapport
avec elle. Mais le choix de ce médiateur, l’homme doit en être entièrement libre. La moindre contrainte est nuisible à sa religion Religion
religion
religião
religión
. Ce choix est d’ailleurs caractéristique, et les gens cultivés choisiront, en effet, des médiateurs assez semblables, alors que les incultes, au contraire, seront habituellement déterminés par le hasard. (...) Plus l’homme évolue et gagne en indépendance, plus se réduit en quantité le nombre Zahl
nombre
número
number
nombres
números
numbers
des médiateurs, plus s’affine leur qualité tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
, et plus aussi se compliquent et se multiplient, se perfectionnent et s’ennoblissent les relations qu’ils ont avec l’homme : fétiches, astres, animaux, héros, idoles, dieux Gotter
deuses
dieux
gods
dioses
, l’unique enfin, le Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
-Homme. On a tôt fait de remarquer combien ces choix sont relatifs, et l’on en vient insensiblement à penser denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
que l’essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
de la religion ne dépend point de la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
du médiateur mais consiste uniquement dans l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
qu’on s’en fait, dans les rapports qu’on a avec lui.

Ce médiateur, si je le tiens et le prends pour Dieu lui-même, c’est un culte idolâtre au sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
le plus large. Si je n’admets aucun médiateur, c’est de l’irréligion. (...) La vraie religion est celle qui accepte ce médiateur comme médiateur, le tient en quelque sorte pour l’organe de la divinité, le regarde comme sa manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
sensible. (...) Mais en serrant les choses de plus près, la vraie religion paraît à son tour se séparer antinomiquement en panthéisme panthéisme
panteísmo
pantheism
et monothéisme. Il est vrai que j’use ici de licence en ne prenant pas le mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
panthéisme au sens habituel, car j’entends par là que tout peut être organe de la divinité, médiateur, si je l’élève à ce rang ; tandis que le monothéisme croit au contraire et affirme qu’il n’y a pour nous qu’un seul organe de ce genre en ce monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, que l’idée d’un médiateur est seule admissible, et que Dieu ne se manifeste que par ce seul moyen. (...) » (Novalis Novalis Novalis, de son vrai nom Friedrich Leopold, Freiherr von Hardenberg (1772-1801), poète et romancier allemand. )


Voir en ligne : LITTERATURA

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?