Philosophia Perennis

Accueil > Tradition islamique > Attar : Rêverie nocturne

Attar : Rêverie nocturne

vendredi 12 décembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

D’aventure Geschehen
aventure
provenir
desenlace
acontecer
occurrence
geschehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
avénement
, un derviche embrassait du regard le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
, cet océan plein de perles divines. Les astres, purs joyaux, illuminaient la nuit tenèbre
ténèbres
nuit
trevas
escuridão
darkness
noite
night
noche
 ; leur resplendissement la faisait toute claire. Ils semblaient arrêtés au fond du firmament pour tenir ce langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
aux êtres de la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
 : « Vous, humains négligents ! soyez donc attentifs ! Tenez-vous en éveil despertar
éveil
awake
awakening
despiertar
Bodhi
, devant cet empyrée ! Pourquoi donc êtes-vous plongés dans le sommeil sommeil
sleep
état de sommeil
estado de sono
sleep state
 ? Morts, vous devrez dormir jusqu’au grand Jugement ! » Et le contemplatif demeura dans l’extase ; son œil versa des pleurs limpides comme un astre : « Seigneur ! le toit du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
inférieur est tel qu’à le voir on dirait un trésor Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
de peintures. Mais comment donc est fait ton sublime palais, puisque notre prison semble un jardin fleuri ? Pourquoi ces soleils d’or, par milliers, errent-ils aux neuf voûtes des cieux, tellement ? Qui le sait ? Ce faisant, ils ne sont ni enivrés ni sobres ; dans leur état, il n’est ni éveil verhüllen 
voiler
velar
ocultar
veil
conceal
voilemente
obnubilation
vilaya
tirodhana
ni sommeil. Nuit et jour, de tout coeur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
, ils s’en vont, cherchant Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
 ; et cela durera jusqu’à l’appel des morts ! Vous, humains ! vous dormez et les astres cheminent ; Ils baisent, ô mon Dieu ! la poudre de ton seuil. » (Attar Attar Farīd al-Dīn ʿAṭṭār, poète persan, (v. 1142-1220) , Farâïd, III, p. 94.)


Voir en ligne : ATTAR

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?