Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Heidegger : La question de la « vie »

Heidegger : La question de la « vie »

samedi 16 mai 2009

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

La question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
de la « vie Leben
vie
vida
life
zoe
 » n’a jamais cessé de tenir en haleine les recherches de W. Dilthey, qui s’efforce de comprendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
la connexion structurelle et génétique des « vécus » à partir du tout de cette « vie » dont ils forment le tissu. Toutefois, s’il faut attribuer une pertinence philosophique à sa « psychologie comme science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
de l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
 », celle-ci ne consiste pas dans son refus de s’orienter sur des éléments et des atomes psychiques et de morceler la vie de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, mais bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
plutôt dans le fait que Dilthey, en tout cela et avant tout, était en chemin Weg
chemin
caminho
way
camino
vers la question de la « vie ». Naturellement, c’est sur ce point également que se manifestent de la manière la plus nette les limites de sa problématique, et de la conceptualité [47] où il était obligé de l’exprimer. Ces limites, tous les courants du « personnalisme » déterminés par Dilthey et Bergson, toutes les tendances en direction direction
direção
dirección
directions
direções
direcciones
d’une anthropologie philosophique les partagent avec eux. Même l’interprétation phénoménologique de la personnalité, pourtant bien plus radicale et clairvoyante, ne parvient pas à atteindre la dimension de la question de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
du Dasein Dasein
Da-sein
être-là
être-le-là
ser-aí
estar-aí
pre-sença
being-there
. Toutes réserves faites sur leurs différences en ce qui concerne le mode de questionnement et d’exécution, ainsi que l’orientation Ausrichtung 
orientation
orientación
direccionalidad
Orientierung
de la conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, les interprétations de la personnalité par Husserl et Scheler Scheler Max Scheler (1874-1928), philosophe et sociologue allemand. s’accordent négativement en ceci que l’une et l’autre ne posent plus la question de l’« être-personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
 » lui-même. Nous choisissons comme exemple l’interprétation de Scheler, non seulement parce qu’elle est littérairement accessible [1], mais parce que Scheler accentue expressément l’être-personne en tant que tel et cherche à le déterminer en dissociant l’être spécifique des actes de toute réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
« psychique ». La personne, selon Scheler, ne peut être pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
en aucun cas comme une chose ou une substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
, elle « est bien plutôt l’unité Einheit
unité
unidade
unidad
unity
immédiatement co-vécue du “vivre” — non pas une chose simplement pensée derrière et hors de ce qui est immédiatement vécu » [2]. La personne n’est pas un être substantiel chosique. En outre, l’être de la personne ne peut s’épuiser à être le sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
d’actes rationnels réglés par une certaine légalité.

Martin Heidegger - Être et Temps, §10


Voir en ligne : Martin Heidegger et ses références


[1NA : Cf. le présent Jahrbuch, t. I-2 , 1913 et t. II 1916, notamment p. 242 sq. [Heidegger cite ici Le formalisme en éthique et l’éthique matériale des valeurs. Cf. le Handbuch, p. 481-482, et la trad. fr. de M. de Gandillac, 1955 (N.d.T.)]

[2NA : Id., t. II, p. 243.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?