Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Heidegger : Vivre

Heidegger : Vivre

samedi 16 mai 2009

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Vouloir et souhait sont enracinés par une nécessité Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
ontologique dans le Dasein Dasein
Da-sein
être-là
être-le-là
ser-aí
estar-aí
pre-sença
being-there
comme souci Sorge 
souci
cura
preocupação
care
cuidado
merimna
sollicitudo
inquiétude
inquietude
inquietud
unquiet
unquietness
, ils ne se réduisent pas à des vécus ontologiquement indifférents, survenant dans un flux totalement indéterminé apeiron
indéterminé
indeterminado
ilimitado
illimité
undetermined
unlimited
en son sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
d’être. Et cela ne vaut pas moins de la tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
et du penchant, qui, eux aussi, sont fondés, pour autant qu’ils puissent en général être purement mis en lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
dans le Dasein, dans le souci. Ce qui n’exclut pas que tendance et penchant ne constituent aussi ontologiquement l’étant qui « vit » sans plus. Néanmoins, la constitution ontologique du « vivre » pose un problème propre, qu’il n’est possible de déployer que sur la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
d’une privation réductrice à partir de l’ontologie du Dasein. [...] L’impulsion Drang 
appétit
impulsion
impulso
urge
« à vivre » est au contraire une « tendance » qui apporte elle-même avec soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
son moteur - une « tendance à n’importe quel prix ». L’impulsion cherche à refouler d’autres possibilités. Ici aussi, l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
-en-avant-de-soi est inauthentique, même si le fait d’être attaqué par l’impulsion vient de celui-là même qu’elle anime. L’impulsion peut courir plus [196] vite que l’affection Affektion
affection
afecção
afección
et la compréhension correspondantes. Mais le Dasein n’est pas alors, n’est jamais « simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
impulsion » à laquelle s’ajouteraient parfois d’autres attitudes, comme la maîtrise et la conduite de celle-ci, mais, en tant que modification anicca
impermanence
impermanência
changement
mudança
change
altération
alteração
modification
modificação
de l’être-au-monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
en sa plénitude, il est toujours déjà souci.

Dans la pure impulsion, le souci n’est pas encore devenu libre, même si c’est lui qui seul rend possible ontologiquement que le Dasein subisse sa propre impulsion. Dans le penchant, au contraire, le souci est toujours déjà lié. Penchant et impulsion sont des possibilités qui s’enracinent dans l’être-jeté du Dasein. Impossible d’anéantir l’impulsion « à vivre », d’extirper le penchant « à se laisser porter » (« vivre ») par le monde. Mais tous deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
, parce que et seulement parce qu’ils se fondent ontologiquement dans le souci, peuvent être modifiés ontico-existentiellement par celui-ci en tant qu’authentique. Être et temps §41


Voir en ligne : Martin Heidegger et la phénoménologie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?