Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Heidegger : Point de départ cartésien

Heidegger : Point de départ cartésien

samedi 16 mai 2009

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

En exposant le problème de la mondanéité Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
(§ 14), nous avons insisté sur l’importance de la conquête d’un accès adéquat à ce phénomène phénomène
fenômeno
phenomenon
phainomenon
. Notre élucidation critique du point de départ cartésien aura par conséquent à poser la question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
suivante : quel mode d’être du Dasein Dasein
Da-sein
être-là
être-le-là
ser-aí
estar-aí
pre-sença
being-there
Descartes Descartes René Descartes (1596-1650), mathématicien, physicien et philosophe français. fixe-t-il comme la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
d’accès adéquate à l’étant à l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
duquel (extensio) il identifie l’être du « monde » ? Réponse : l’accès unique et authentique à cet étant est le connaître connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
, l’intellectio, celle-ci étant prise au sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
de la connaissance mathématico-physique. La connaissance mathématique Mathematik
mathématique
matemática
mathematics
vaut comme ce mode de saisie de l’étant qui peut toujours être assuré d’une possession certaine de l’étant saisi en elle. Ce qui a un mode d’être tel qu’il satisfasse à l’être qui est accessible dans la connaissance mathématique est au sens propre. Cet étant est ce qui est toujours ce qu’il est ; c’est pourquoi ce qui constitue l’être proprement dit [96] de l’étant expérimenté dans le monde est ce dont on peut montrer qu’il a le caractère de la demeurance constante - le remanens capax mutationum. N’est proprement que ce qui constamment subsiste. C’est la mathématique qui connaît un tel étant. Ce qui est accessible par elle dans l’étant constitue l’être de cet étant. Ainsi, c’est à partir d’une idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
déterminée de l’être, celle qui est enveloppée dans le concept begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
de substantialité, et à partir de l’idée d’une connaissance qui connaît ce qui est ainsi que son être est pour ainsi dire dicté au « monde ». Bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
loin de se laisser prédonner par l’étant intramondain le mode d’être de cet étant, Descartes prescrit au contraire au monde son être « véritable » sur la base d’une idée de l’être (être = être-sous-la-main Vorhandensein
Vorhandenheit
vorhanden
être-sous-la-main
présent
présent-subsistant
sous-la-main
ser simplesmente dado
subsistência
being present
objective presence
constant) qui n’est pas plus légitimée en son droit que dévoilée en son origine Anfang
origine
começo
início
comienzo
origem
arche
Anfängnis
começar
iniciar
. Ce n’est donc pas primairement l’invocation d’une science Wissenschaft
science
sicences
ciência
ciências
ciencia
ciencias
episteme
επιστήμη
epistêmê
spécialement appréciée pour des raisons contingentes, la mathématique, qui détermine l’ontologie du monde, mais bien plutôt l’orientation Ausrichtung 
orientation
orientación
direccionalidad
Orientierung
fondamentalement ontologique sur l’être comme être-sous-la-main constant, à la saisie duquel la connaissance mathématique satisfait en un sens privilégié. Ainsi Descartes accomplit-il philosophiquement et expressément le déplacement [1] de l’influence de l’ontologie traditionnelle vers la physique mathématique moderne et ses fondements transcendantaux.

Descartes n’a pas besoin Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
de poser de problème de l’accès adéquat à l’étant intramondain. Étant donnée la domination intacte de l’ontologie traditionnelle, le mode de saisie de l’étant véritable est d’emblée décidé. Il consiste dans le noein, l’« intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
 » au sens le plus large, dont le dianoein, la « pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
 » n’est qu’une forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
d’accomplissement dérivée. Et c’est à partir de cette orientation fondamentalement ontologique que Descartes énonce sa « critique » de l’autre mode d’accès possible à l’étant qui accueille celui-ci en l’intuitionnant, à savoir Wissen
saber
savoir
la sensatio (aisthesis expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
) par opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
à l’intellectio.

Que l’étant ne se montre pas de prime abord en son être authentique, Descartes le sait très bien. Ce qui est « de prime abord » donné, c’est ce morceau de cire avec sa couleur couleur
cor
color
, sa saveur rasa
saveur
sabor
taste
flavor
parfum
perfume
, sa dureté, sa froideur, sa résonance déterminées. Mais tout cela - en général tout ce que nous donnent les sens - demeure sans portée ontologique. « Satis erit, si advertamus sensuum perceptiones non referri, nisi ad istam corporis humani cum mente esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
conjunctionem, et nobis quidem ordinarie exhibere, quid ad illam externa corpora prodesse possint aut nocere. » [2]. Les sens ne nous font absolument pas connaître l’étant en son être, ils annoncent simplement l’utilité ou la nocivité des choses « extérieures » intramondaines pour [97] l’être-homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
attaché à son corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
. « Nos non docent, qualia (corpora) in seipsis existant » [3] : des sens, nous ne recevons absolument aucune révélation révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
sur l’étant en son être. « Quod agentes, percipiemus naturam materiae, sive corporis in universum spectati, non consistere in eo quod sit res dura vel ponderosa vel colorata vel alio aliquo modo sensus afficiens : sed tantum in eo, quod sit res extensa in longum, latum et profondum » [4]. Être et temps § 21


Voir en ligne : Martin Heidegger et la phénoménologie


[1NT : Littéralement : une « commutation » (Umschaltung), terme qui exprimerait aussi bien (il n’est cependant guère usuel) cet extraordinaire « changement dans la continuité » qui caractérise la position historiale unique de Descartes.

[2NA : Id., II, 3, p. 41 ; NT : « Il suffira que nous remarquions que la perception des sens ne se rapporte qu’à cette union du corps humain avec l’esprit, et en effet nous montre ordinairement en quoi les corps extérieurs peuvent lui être utiles ou nuisibles. »

[3NA Ibid. ; NT : « Ils ne nous enseignent pas quels (corps) existent en eux-mêmes. »

[4NA : Id., 4, p. 42 ; NT : « Ce faisant, nous comprendrons que la nature de la matière, ou du corps considéré en général ne consiste pas en ce qu’elle est une chose dure ou pesante ou colorée, ou affecte les sens d’une autre matière - mais seulement en ce qu’elle est une chose étendue en longueur, largeur et profondeur. »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?