Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Schuon : Le mal

Schuon : Le mal

vendredi 14 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

La notion du Bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que nous venons d’évoquer nous permet de revenir une fois de plus — car nous en avons traité en d’autres occasions — à ce problème crucial qu’est celui du mal Übel
Böse
mal
evil
maligno
malefic
the bad
kakos
. La cause causa
cause
aitia
aitía
aition
lointaine et indirecte de ce que nous appelons à bon droit le mal — et c’est la privation de bien — est le mystère mystère
mysterion
mystères
mistério
mistérios
mystery
mysteries
de la Toute-Possibilité possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
 ; celle-ci, étant infinie, englobe nécessairement la possibilité de sa propre négation, donc la « possibilité de l’impossible » ou l’ « être du néant Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
 ». Cette possibilité paradoxale — puisqu’elle existe et que rien ne peut sortir du Bien, lequel coïncide avec l’Être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
— cette « possibilité de l’absurde », donc, a nécessairement une fonction Funktion
fonction
função
function
función
positive, celle de manifester le Bien, ou les biens, au moyen du contraste et cela dans le « temps » ou la succession aussi bien que dans l’ « espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
 » ou la coexistence. Dans l’ « espace », le mal s’oppose au bien et par là en rehausse l’éclat ou en précise la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
a contrario ; dans le « temps », la cessation du mal manifeste la victoire du bien selon le principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
que vincit omnia Veritas aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
 ; les deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
modes démontrant l’ « irréalisme » du mal en même temps que son caractère illusoire. En d’autres termes, la fonction du mal étant la manifestation Offenbarkeit
manifestação
manifestation
manifestación
Bekundungsschichten
contrastante du bien et aussi la victoire finale de celui-ci, nous dirons que le mal par sa nature même se condamne à sa propre négation ; représentant l’absence soit « spatiale » soit « temporelle » du bien, il retourne par là même à cette absence, laquelle est la privation d’être et partant le néant. Si l’on objectait que le bien aussi est périssable, nous répondrions qu’il retourne à son prototype céleste ou divin divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
dans lequel seul il est totalement « lui-même » ; ce qui dans le bien est périssable n’est pas le bien en soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, c’est tel revêtement qui le limite Endlichkeit
finitude
finitude
finitud
finite
limit
limite
limitação
limitación
limitation
. Comme nous l’avons fait remarquer plus d’une fois — et ceci nous ramène au fond de la question Frage
fragen
question
questão
questionner
questionar
pergunta
perguntar
pregunta
preguntar
 —, le mal est une conséquence nécessaire de l’éloignement du Soleil divin, source « débordante » de la trajectoire cosmogonique ; le mystère des mystères étant la Toute-Possibilité en soi. (Frithjof Schuon Schuon Frithjof Schuon (1907-1998), pérennialiste, lecteur et correspondant du métaphysicien français René Guénon. , Avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
un centre centre
centro
center
)


Voir en ligne : FRITHJOF SCHUON

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?