Philosophia Perennis

Accueil > Le Bouddhisme > Wei Wu Wei : le chemin de l’écoute

Wei Wu Wei : le chemin de l’écoute

jeudi 29 mars 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Le « son fils
filho
hijo
son
 » n’a pas de sens en dehors de l’écoute Hören 
l’entendre
escutar
escuta
oír
hearing
Hinhören
écoute
écouter
de celui-ci, de même que le savoir Wissen
saber
knowledge
savoir
n’a pas de sens en dehors de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
de celui-ci.

Et l’écouter du son, comme le connaître de la connaissance, est perception Wahrnehmung 
Vernehmen
perception
percepção
percepción
sensorielle - objectivement ’son’ et ’connaissance’, subjectivement la source de l’écoute et de la connaissance, et de toute perception sensorielle, parfois appelée ’bodhi despertar
éveil
awake
awakening
despiertar
Bodhi
’, qui est inévitablement un nom indiquant ce que nous sommes subjectivement.

Ainsi, tout son et toute forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
de perception sensorielle peuvent nous ramener directement à notre source, comme toute ombre à sa substance Substanz
substance
substância
substancia
Substanzialität
substancialité
substancialidade
substantiality
substancialidad
, qui est la totalité Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
immuable de l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
(mind [1]).

À part « l’esprit », il ne peut y avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
rien - car quoi d’autre pourrait-il exister Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
, puisque rien n’est plus connaissable que par l’esprit ? Le mental seul connaît, et toute la cognition intellection
intelecção
intelección
cognição
cognición
cognition
mentation
a lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
à l’esprit, mais l’esprit « lui-même » est méconnaissable puisqu’il n’y a rien pour le connaître que l’esprit et le « il » ne peut pas connaître la cognition qui est tout ce qu’il est.

« L’esprit », donc, l’esprit qui est intégral, lui-même n’est pas « chose » - car une « chose » est seulement ce qui est connaissable, et l’esprit ne pourrait jamais connaître sa cognition. Le terme « esprit » - « nouménon » ou « nouménalité » dans un langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
plus technique techne
tékhnê
technique
técnica
- n’est rien de plus qu’une tentative de définition du participe présent du verbe « être », dont un autre est « je ».

Original

’Sound’ has no meaning apart from the hearing of it, just as knowledge has no meaning apart from the knowing of it.

And the hearing of sound, like the knowing of knowledge, is sensory perception — objectively ’sound’ and ’knowledge’, subjectively the source of hearing, of knowing, and of all sensory perception, sometimes termed ’bodhi’, which inevitably is a name indicating what subjectively we are.

Thus every sound, and all forms of sense-perception, can lead us directly back to our source, as every shadow to its substance, which is the immutable wholeness of mind.

Other than ’mind’ there cannot be anything — for what else could there be, since nothing Nichts
néant
nada
nothing
VOIRE vide
is cognisable otherwise than by mind ? Mind alone cognises, and all cognition takes place in mind, yet mind ’itself’ is uncognisable since there is nothing to cognise it but mind and ’it’ cannot cognise the cognising which is all that it is.

’Mind’, therefore, mind that is integral, itself is no ’thing’ — for a ’thing’ is only that which is cognisable, and mind could never cognise its cognising. The term ’mind’ — ’noumenon noumène
númeno
noumenon
noúmeno
νοούμενoν
’ or ’noumenality’ in more technical language — is no more than an attempted definition of the present participle of the verb ’to be’, another of which is ’I’.


Voir en ligne : WEI WU WEI


[1Francis Lucille dirait "conscience".