Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Tourniac : L’Alléluia

Tourniac : L’Alléluia

samedi 31 mars 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Original

Mais nous rencontrerons l’Amen Amen
Amém
Āmēn
Āmyn
dans une autre circonstance apocalyptique (Apocalypse révélation
revelatio
apocalypse
apocalypsis
ἀποκάλυψις
Shruti
5, 7, et 19-4), lorsque les 24 vieillards vêtus de blanc, couronnés d’or, entourent le trône devant lequel brûlent les sept sept
sete
seven
siete
lampes ardentes des sept esprits de Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
, et que cernent les quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
« vivants ». L’Amen est alors proféré pendant que la création Création
Criação
criação
creation
creación
entière acclame l’Agneau Triomphant. Les 24 vieillards et les 4 vivants se prosternent et adorent l’Eternel assis sur son trône en disant « Amen-Alléluia ».

Curieusement, l’Alléluia était déjà, dans les anciennes liturgies occidentales, une sorte de nom substitué du Christ Jésus-Christ
Jesus Cristo
Jesus Christ
Jesús Cristo
Jesus
Jesús
Cristo
Christ
Ungido
Ointed
, puisqu’on l’enterrait symboliquement, avant la résurrection pascale, en enfouissant une brique dans une niche du chœur des églises. Faudrait-il en conclure que ces noms hébreux, Amen et Alléluia, sont les essences de la « langue Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
sacrée » conservées dans le christianisme et appliquées à désigner le Nom du Seigneur ? On observera, au passage, que ces deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
noms valent numériquement 91 + 86 = 177, soit trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
fois la valeur Wert
valeur
valor
value
Werte
valeurs
valores
values
valioso
valuable
tesouro
treasure
trésor
du chapelet latin formé, au total, de 59 grains...

Ce sont, en tout cas, les deux seuls mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
qui subsistent dans la Jérusalem céleste et dans le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
apocalyptique, ce « monde qui vient Olam habba
monde qui vient
mundo que vem
o além
 » et alors que les langues ont cessé et que la contemplation contemplation
theoria
theoría
contemplação
contemplación
s’effectue face à face, selon la description connue de Paul.

On pourrait vraiment considérer que si le Christ est « la Parole », ces deux noms sont « sa Parole » puisqu’ils demeurent alors que le monde a pris fin, et que lui-même a dit « la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
Gea
Khouen
prithvî
et le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
passeront mais mes paroles ne passeront pas ».

Antonio Carneiro

Mas nós encontraremos o Amém em outra circunstância apocalíptica (Apocalipse 5, 7, e 19-4), quando os 24 anciãos vestidos de branco, coroados de ouro, rodearam o trono diante do qual queimam sete lâmpadas ardentes dos sete espíritos de Deus, e que delimitam os quatro « viventes ». O Amém é então proferido enquanto que a criação inteira aclama o Cordeiro Triunfante. Os 24 anciãos e os 4 viventes se prosternam e adoram o Eterno assentado sobre seu trono dizendo « Amém - Aleluia Alléluia
Alleluia
Hallelujah
haleluya
ἀλληλούϊα
αλληλούια
Aleluia
louvor
louange
praise
glória
gloire
glory
 ».

Curiosamente, o Aleluia era já, nas antigas liturgias ocidentais, um tipo de nome substituto do Cristo, já que se enterrava simbolicamente, antes da ressurreição pascal, um tijolo enfiando em um nicho do coro das Igrejas. Seria preciso concluir disso que esses nomes hebreus, Amém e Aleluia, são essências da « língua sagrada » conservados no cristianismo e aplicados para designar o Nome do Senhor ? Observar-se-á, de passagem, que esses dois nomes valem numericamente 91 + 86 = 177, ou seja, três vezes o valor do terço latino formado, no total, de 59 grãos...

Essas são, em todo caso, as duas únicas palavras que subsistem na Jerusalém celeste e no mundo apocalíptico, esse Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
« mundo que vem » e enquanto as línguas tiverem cessado e que a contemplação se realizar face à face, segundo descrição conhecida de Paulo.

Poder possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
-se-ia verdadeiramente considerar que se o Cristo é « a Palavra », esses dois nomes são « sua Palavra » já que permanecem enquanto que o mundo acabou, e que ele-mesmo disse « a terra e o céu passarão mas minhas palavras não passarão ». (Mt 24:35, Mc 13:31 e Lc 21:33).


Voir en ligne : JEAN TOURNIAC

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?