Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Plotin : De la dialectique et de l’âme

Plotin : De la dialectique et de l’âme

vendredi 14 novembre 2008

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

D’où la dialectique dialectique
dialegesthai
dialegein
dialética
dialéctica
dialectic
tire-t-elle ses principes ? C’est l’intelligence intelligence
inteligência
inteligencia
qui donne des principes évidents, à condition que l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
puisse les recevoir ; de là, la série de ses opérations ; elle compose, combine et divise, jusqu’à ce qu’elle arrive à l’intelligence complète. La dialectique, dit Platon Platon
Plato
Platão
Platón
Platon (en grec ancien Πλάτων) (427-348 aC)
, est le plus pur de l’intelligence et de la prudence phronesis
prudence
prudência
sabedoria prática
circunvisão
φρόνησις
. Étant la plus précieuse de nos facultés, elle se rapporte par conséquent à l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
et à la réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
la plus précieuse, à savoir Wissen
saber
savoir
la prudence à l’être, et l’intelligence à ce qui est au-delà de l’être. Quoi donc ! la philosophie Philosophie
philosophy
filosofia
filosofía
φιλοσοφία
philosophia
n’est-elle pas précieuse entre tout ? Oui, mais la dialectique lui est identique, ou du moins en est la partie précieuse ; n’allons pas croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
en effet qu’elle est un simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
organe du philosophe, qu’elle soit simplement un ensemble de théorèmes et de règles ; elle porte porte
porta
puerta
gate
door
sur des réalités, et sa matière matière
matéria
matter
ύλη
hyle
material
matériel
materialidade
matérialité
materiality
materialidad
, ce sont les êtres ; mais c’est qu’elle a une méthode pour aller jusqu’aux êtres, et elle possède, en même temps que les théorèmes, les réalités elles-mêmes. Elle ne connaît que par accident l’erreur et le sophisme ; quand un autre les commet, elle les discerne comme une chose qui lui est étrangère ; elle connaît l’erreur par la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
verdade
Wahrheit
qui est en elle, lorsqu’on lui présente une affirmation contraire à la règle du vrai. Elle ignore la théorie des propositions (qui sont à elle comme les lettres sont à un mot Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
) ; mais connaissant la vérité, elle sait ce qu’on appelle une proposition et, d’une manière générale, elle connaît les opérations de l’âme ; la proposition affirmative et la négative ; la règle : Si on nie [le conséquent], on pose [le contraire de l’antécédent], et autres règles analogues ; elle sait si des termes sont différents ou identiques, mais elle a toute ces connaissances d’une manière aussi immédiate que la sensation expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
perçoit les choses, et elle laisse à ceux qui ont le goût de cette étude le soin d’en parler avec minutie. ENNÉADES : I, 3 [20] - De la dialectique 5


Voir en ligne : PLOTIN

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?